Dominique Lebel - Auteur de Elle s'appelait Sonia Verjik et de Monstres

Publié le par litteratureetfrancais

 

        Présentez-vous en quelques mots.

        J’ai 62 ans (quelle horreur, déjà !), on me dit légère et optimiste. Je suis professeur de Français (comme vous, je crois). Je viens d’arrêter et j’ai adoré mon métier.

        Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

        « Monstres » est un recueil de 7 nouvelles, mettant en scène des personnages objectivement monstrueux, mais plutôt plus attendrissants que leur entourage, pour certains. Ou réellement monstrueux, en dépit de la compassion qui les entoure.

        Depuis quand écrivez-vous ?

        Depuis très longtemps, mais je m’applique depuis quatre ans.

        Que vous apporte l’écriture ?

        Elle me tue le temps, au sens baudelairien du terme !

        Dans quelle condition écrivez-vous ?

        J’écris par fragments, quelques lignes, puis quelques autres. J’écris dans mon tout petit bureau, que mon mari appelle « mon pigeonnier ».

        Quelle est votre source d’inspiration ?

        Tous les auteurs qui ont un style « tendu », j’aime bien quand on tire sur l’élastique. Donc, Racine, Camus, Françoise Sagan, Malraux, Philippe Djan.

        Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

        Je travaille sur un nouveau roman : l’histoire d’une veuve noire.

        On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

        Les seules personnes fréquentables sont les êtres excessifs.

        Si vous deviez changer quelque chose dans votre carrière d’écrivain, ce serait quoi ?

        J’aurais commencé plus tôt !

        Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ?

        Par hasard, en me promenant sur Internet. Et je ne regrette pas ce hasard-là !

 

Quelques questions sur vous et la lecture

        Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

        C’est une prof de français qui m’a fait lire, très tard d’ailleurs (en terminale). Après, je n’ai plus arrêté. Pour l’écriture, je pense que c’était en moi et que je n’ai eu besoin de personne.

        Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

        Je ne suis pas du tout mon auteur préféré, j’ai lu tellement de belles choses que je serais plutôt du genre complexée dans ce domaine. Mon auteur préféré, c’est Camus. C’est mon deuxième papa.

        Quel type de lecteur êtes-vous ?

        Boulimique, surtout depuis que mes filles m’ont offert une liseuse.

        Qu’aimez-vous lire ?

        Uniquement des romans. Et des biographies écrites par de vrais biographes (Emmanuel Carrère, Henry Troyat, Stefan Zweig)

 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

        Que pensez-vous des blogs littéraires ?

        Désolée, je n’en connais pas beaucoup et je préférais les belles émissions littéraires à la télé (question de génération sans doute)

        Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

        Je n’ai pas trop aimé l’intitulé de votre blog au départ (à cause de mon métier, sûrement) mais je le trouve intéressant car très varié. Et je le trouverai évidemment beaucoup plus intéressant si un jour vous faites un article sur l’un de mes livres ! je suppose que vos élèves viennent vous rendre visite, c’est une chose que j’aurais faite volontiers, si ça avait existé avant.

        Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

        Toute critique me fait plaisir, le but c’est quand même avant tout d’être lu !

        Si vous deviez remercier un professeur que vous avez eu : ce serait qui et pourquoi ?

        Ecoutez, c’est vieux et je ne sais plus son nom mais c’est cette dame que j’ai eue en terminale, elle ressemblait à Pauline Carton. Elle n’avait l’air de rien mais quand elle parlait de Nerval, elle avait le feu !

        Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

        Les jeunes lisent des romans énormes ! mais ce ne sont pas ceux que nous lisons nous, en général. Le remède, je ne l’ai pas trouvé. Enfin si, leur montrer notre propre passion.

        Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

        C’est l’avenir sûrement, mais je trouve qu’on y trouve un peu n’importe quoi, beaucoup de livres en tout cas qui sont mal écrits. Avant on différenciait la littérature et les livres de gare (j’aime bien aussi de temps en temps les livres de gare) mais maintenant il n’y a plus de distinction et c’est dommage.

        Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

        Ne pensez pas à votre classement sur Amazon, à vos ventes, aux critiques qui vous attendent. Appliquez-vous à n’écrire que ce qui vous donne envie d’écrire. Et arrangez vos textes jusqu’à ce qu’ils vous plaisent vraiment, à la virgule prés –parce que d’ailleurs, le plus important c’est le rythme.

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

Vous vous appelez Emmanuelle, je crois ? C’est le prénom de mon personnage, dans le roman que je viens de finir.

Publié dans Les auteurs

Commenter cet article