Charles Demassieux - Auteur de Une légende chrétienne et de Les vraies fables du conteur Lepeintre

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture

1.     Présentez-vous en quelques mots.

Je suis une moitié de vieux (43 ans), pris dans les filets de la lecture depuis un certain nombre d’années, au point d’avoir fait des études de Lettres modernes. Je suis venu à l’écriture d’abord pour copier ce que j’aimais lire et ensuite découvrir, peut-être, un plaisir équivalent. Ce n’est pas le cas, même si j’affectionne particulièrement cette activité.

2.     Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

Mon dernier livre publié aux éditions Hélène Jacob (« Les vraies fables » du conteur Lepeintre) est un hommage rendu à l’Histoire, particulièrement celle de la France, à travers de grandes dates et de grands personnages et d’autres plus anonymes. C’est aussi un jeu (quelques énigmes sont dissimulées dans le texte) avec ces secrets qui alimentent l’imaginaire des romanciers depuis des siècles, dont le trésor des templiers ou le Masque de fer.

3.     Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis l’âge de onze ans. Et, ne vous moquez pas de moi, mon premier texte était un poème dédié aux…24 heures du Mans, que j’allais voir chaque année, puisque j’habitais Le Mans !

4.     Que vous apporte l’écriture ?

Lorsque j’écris une fiction, je voyage en quelque sorte, et je me divertis. Sauf pour la relecture, qui est un véritable pensum ! Par contre, avec mes articles je plonge dans le monde réel sans mise en scène et j’exprime mes convictions de manière plus directe que dans une fiction.

5.     Dans quelle condition écrivez-vous ?

N’importe quand, partout et sur n’importe quel support. Je n’appartiens pas à cette espèce d’auteurs qui réclament la solitude et le silence. Bon, quand j’ai vu Metallica en concert je n’ai pas essayé d’écrire : il y a des limites tout de même !

6.     Quelle est votre source d’inspiration ?

Tout, mon capitaine ! La littérature, la peinture, la musique, le cinéma, l’Histoire, la politique, la Nature, etc.

7.     Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Oui : un roman policier qui verse plutôt dans le genre thriller et une histoire fantastique.

8.     On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

Je l’ai déjà dit, je me méfie des messages simplistes et émotionnels qui ne reposent souvent que sur des impressions, lesquelles ne reflètent pas la réalité objective. Les messages, je les réserve pour mes articles, et encore. Dans ce cas, je parlerais plutôt d’opinions.

 

Quelques questions sur vous et la lecture

1.     Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

Ma grand-mère paternelle, mon grand-père maternel, deux professeurs de français, au collège et au Lycée, et beaucoup de rencontres. Toutes les personnes qui ont joué un rôle dans ma vie m’ont fait découvrir au moins un livre. L’écriture est née de mon goût de lire.

2.     Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

J’en ai trop pour les citer ici, mais celui dont le style me fait crever de jalousie, c’est Flaubert. Il composait plus qu’il n’écrivait, avec ce souci du mot juste et de la mesure. Je parle pour ses romans, pas sa correspondance où il se lâche plus.

3.     Quel type de lecteur êtes-vous ?

Je lis beaucoup, d’après ce qu’on me dit. Et je ne peux concevoir une journée sans lecture.

4.     Qu’aimez-vous lire ?

Le genre m’importe peu, pourvu qu’il soit bien écrit, selon mes critères évidemment ! 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.     Que pensez-vous des blogs littéraires ?

Si j’émets parfois des réserves sur la qualité des critiques, trop émotionnelles et pas assez construites, je suis cependant heureux de voir que l’hégémonie de la presse et des médias en général est mise en danger. Je déteste les prophètes du bon goût, capables de massacrer un livre uniquement à des fins personnelles, voire idéologiques. Les blogs proposent une voix dissidente et nettement plus désintéressée. J’ai récemment découvert Babelio et régulièrement je poste des critiques sur ce site, qui est une authentique communauté de lecteurs permettant des échanges très intéressants. Bien sûr, c’est inégal, mais nombre de critiques volent nettement plus haut que dans un quelconque hebdomadaire nombriliste n’ayant d’yeux que pour les auteurs de sa caste intellectuelle.

2.     Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

Je découvre votre blog, et ce que j’en ai aperçu est prometteur. L’intérêt de répondre, vous l’avez souligné, est de mieux de se faire connaître. Mais il y en a un autre : les blogs doivent être alimentés pour « vivre ». C’est pourquoi, par exemple, j’ai bien volontiers publié un article sur le blog littéraire chroniquesdunchatdebibliotheques autour d’un sujet passionnant : le livre et son adaptation au cinéma.

3.     Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

Lorsqu’elles sont bien écrites et étayées, je m’incline, quel que soit l’avis sur mon texte. Dans le cas contraire, je me tais pour ne pas alimenter une polémique stérile. Mais je ne suis pas le bonheur obligatoire, et ne pas apprécier mes livres est un droit sacré de lecteur !

4.     Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

Une fessée et au lit sans manger ! Plus sérieusement, il faudrait que l’école redevienne un espace d’enseignement et pas un laboratoire pédagogique, et non moins démagogique, voire politique. Par ailleurs, les maisons d’édition seraient bien inspirées de séduire les jeunes ! Redonner au livre son pouvoir de séduction est essentiel.

5.     Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

C’est encore trop tôt pour me prononcer.

6.     Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

Lire et apprendre les règles de la langue française. Ensuite, s’entraîner à écrire en participant à des concours ou en s’amusant à pasticher le style d’un auteur. L’écriture demande de l’entraînement. Et par-dessus tout, éviter d’étaler sa vie en imaginant qu’elle ne peut que passionner les lecteurs. Ce n’est que mon avis !

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

On n’écrit pas pour soi, mais toujours pour les autres.

Publié dans Les auteurs

Commenter cet article