Paul Garcia - Auteur de Entre ombre et lumière, La Confession d'un lâche et Rapt maudit in rose

Publié le par litteratureetfrancais

Présentez-vous en quelques mots.

Paul Garcia né le 13 Mai 1952 à Oran (Algérie).

Du fait de son parcours professionnel dans le monde de l’audiovisuel et, plus particulièrement, de ses missions en tant que réalisateur Tv, il a toujours écrit que ce soit par les images ou par les mots.

Il a aussi animé des ateliers d'écriture de loisirs, ainsi que des ateliers d'écriture audiovisuelle, bases de la réalisation, et d’écriture de scénarios de long métrage

Il agit, aujourd’hui, comme:

Script doctor : analyse et évaluation d'un scénario de long métrage déjà écrit.

Coach writter : à partir d'une trame, d'une idée, il aide, par étapes successives et divers questionnements, tout scénariste à élaborer une structure cohérente avant qu’il n’écrive la première ligne de son scénario de long métrage.

Scénariste : Plusieurs projets en instance de concrétisation.

Ecrire est un besoin, transcrire les textes en images est une passion, concilier ces deux envies est toute ma vie.

 

Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

« Entre ombre et lumière », sous le pseudo Paul G. Sergeant chez chapître.com

 

De tout temps, à tous les niveaux socioprofessionnels, l'homme ne vise qu'un seul but: celui d'être reconnu, considéré, respecté.

 

Dans le monde de l'audiovisuel, et notamment dans le monde de la télévision, ce principe a du mal à se concrétiser; car deux mondes s'affrontent, involontairement ou consciemment: le monde de ceux qui travaillent dans la lumière et celui de ceux qui travaillent dans l'ombre, le monde de ceux qui récoltent tous les avantages et privilèges et celui de ceux qui ne récupèrent que des miettes de la gloire ou pire encore mépris et déconsidération.

 

Des techniciens, faisant partie des gens de l'ombre ayant longtemps évolué dans le monde télévisuel avec plus ou moins de succès, ressentent ce phénomène. Malgré leur expérience, ils sont toujours confrontés à cette lutte interne. Ils vivent ou subissent toujours rêves, désillusions, humiliations, stress, angoisse, aux dépens de leur vie privée et de leur épanouissement personnel. Certains acceptent cela sans réagir, d'autres le vivent mal. Dans ce monde replié sur son nombril, une série de crimes inexpliqués, car apparemment sans mobile, va être perpétrée.

 

L'enquête, qui en découlera, va déterminer le lien entre tous ces crimes. Découvrirons-nous l'auteur de ces assassinats ?

 

Depuis quand écrivez-vous ?

Episodiquement depuis 1980, sérieusement depuis 1999

 

Que vous apporte l’écriture ?

Après la mort de mon amie en 1993 et la perte de mon boulot en 1998, cela m’a permis de vider toutes les émotions que j’avais contenues trop longtemps.

 

Dans quelle condition écrivez-vous ?

C'est-à-dire ? Pas clair !! Chez moi, dans la pièce qui me sert de bureau, face à mon PC, en écoutant de la musique soul, de jazz ou autres.

 

Quelle est votre source d’inspiration ?

Pour les deux premiers romans : La confession d’un lâche et Entre ombre et lumière, les expériences vécues par le passé, en tentant de « romancer » tout cela. Pour le troisième roman « Rapt maudit in rose » et les nouvelles, l’envie d’emmener mon lecteur dans une direction avec suspense et humour pour aboutir sur une fin déroutante. L’inspiration peut venir d’un mot, d’une expression, d’une scène entrevue ça et là et l’exploiter au maximum en oubliant les deux premières idées qui peuvent me venir et m’attacher plus aux suivantes, nettement plus originales.

 

Etes-vous écrivain à part entière ou exercez-vous une profession à coté ?

 

Par la force des choses, je le suis devenu, puisqu’au chômage.

 

J’effectue quelques travaux de correcteurs pour des auteurs et des scénaristes. Je propose aussi mes services en tant que script doctor, analyse d’un scénario écrit entièrement, voire un roman et enfin de coach writter pour scénario de long métrage ; afin de donner au futur scénariste les bases de son travail, les notions à avoir en tête avant d’écrire la première ligne du scénario et ainsi d’éviter de reprendre moult fois le texte à écrire.

 

Que vous apporte-t-elle par rapport à votre travail d’écrivain ?

De découvrir d’autres mondes, d’autres univers, d’autres styles, de relativiser mon travail et celui des autres. Piocher, dans ces univers différents, des bases d’idées.

 

Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

 Deux romans : « L’immeuble » une enquête sur la mort d’une résidente de l’immeuble où tous les habitants de cet immeuble ont eu affaire avec elle, et souvent sur des sujets un peu douteux, difficiles voire scabreux. Les deux policiers, qui mènent l’enquête, sont très opposés : le vieux routier confronté au nouveau qu’on lui a affecté qui est arrogant et plus amène d’utiliser les nouvelles technologies.  Des prises de bec constantes animent cette enquête.

« Et voici le TV Show » que je souhaiterai écrire dans l’esprit des films « Y a-t-il un pilote dans l’avion » qui relate les péripéties de trois personnages qui travaillent dans le monde de la télévision. Le premier est un jeune assistant réalisateur, fraîchement sorti de l’école et qui va, par son parcours, décrire la télévision telle que je l’ai connue entre 1980 et 2000. Un réalisateur malin et arriviste qui va proposer un projet d’émission, afin de redorer l’image de la police. Par cette expérience, il décrit la télévision trash de nos jours et de ses conséquences. Et enfin un troisième personnage qui, après le vote de plusieurs corporations techniques et artistiques, devient le président d’une chaîne privée. Il incarnera par son action la télévision idéale, en tout cas, celle dont je rêve.

 

On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

Le message de faire découvrir des situations particulières, des mondes spécifiques et d’intéresser mon lecteur à cela. En dehors de cela rien de transcendantal !

 

Si vous deviez changer quelque chose dans votre carrière d’écrivain, ce serait quoi ?

 

Avoir le courage de mieux me vendre et d’entreprendre tout pour cela.

 

Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ?

La première via Internet. Elle avait accepté de publier un recueil de mes nouvelles « Jeux de… Jeux de vilains », tout s’était déroulé normalement : de la correction à la sortie en librairie. Elle devait publier un roman « Entre ombre et lumière » ; mais, entre la relecture de celui-ci et la publication du recueil, la maison a déposé son bilan pour mauvaise gestion. Je me suis tourné vers Chapitre.com pour une publication d’auteurs auto édités assisté, j’ai payé 198 euros pour la fabrication du numéro 0, maintenant le livre est vendu au tirage à la demande via Internet.

 

Quelques questions sur vous et la lecture

C’est par période, des fois je lis trois livres par mois, des fois pendant des mois je ne lis pas une ligne.

Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

La découverte de deux auteurs : Fredrik Forsyth via son roman « L’alternative du diable ». Fredrik Brown pour l’ensemble de ses nouvelles. J’ai voulu imiter le second et tenter de me rapprocher de la clarté et des constructions des romans du premier.

 

Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

Je n’en ai pas qu’un. Les deux sus cités et Ken follet, Robert Ludlum et Brigitte Aubert.

 

Quel type de lecteur êtes-vous ?

Comme dit plus haut, épisodique, irrégulier.

 

Qu’aimez-vous lire ?

Des romans policiers, des thrillers, du fantastique se référant au quotidien, des histoires bien ficelées ne se terminant pas par une fin peu plausible.

 Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

Que pensez-vous des blogs littéraires ?

 

Un point de repère utile pour les auteurs et leurs lecteurs potentiels.

 

Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

 

Je ne l’ai pas étudié de façon approfondie, je le ferai une autre fois. Une façon de cerner les « pseudos auteurs » comme moi et leurs problèmes.

 

Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

 

Je les prends de façon très sérieuse car ce sont celles de mes vrais lecteurs, ceux qui achètent et achèteront « mes œuvres ».

 

Si vous deviez remercier un professeur que vous avez eu : ce serait qui et pourquoi ?

Aucun

 

Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ?

Une partie seulement pris par l’image et leurs jeux vidéo, les autres l’ont montré avec les récits de Harry Potter et autres livres qui leur sont destinés.

 

Quels remèdes proposeriez-vous ?

 

Faire venir dans les classes des auteurs pour lire des extraits de leurs écrits, pour expliquer ce qui les motive, pour apprendre aux jeunes qu’à travers les livres on s’ouvre à d’autres mondes, d’autres pensées et que l’on chasse ainsi les idées préconçues et une forme d’obscurantisme.

 

Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

Que du bien, même si les retombées financières pour les nouveaux auteurs sont faibles pour l’instant. Ces éditions permettent à des auteurs d’être découverts, car ils sont ignorés par les maisons d’éditions dites classiques qui n’éditent que leurs poulains, les personnalités déjà médiatisées et des coups traitant de l’actualité futile du moment, sans rechercher les nouveaux talents.

 

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

Lire. Lire de tout pour mieux déterminer ce qui leur plaît, s’inspirer d’auteurs qu’ils ont appréciés et forger leur propre style.

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

L’écriture est le dernier moyen d’expression qui n’a pas besoin d’outils couteux et sophistiqués, défendons le ! Même si des barbares, ces derniers temps, tentent de la museler.

Mon blog : http://audiovisueletcritures.blog4ever.com/

Mes écrits: http://audiovisueletcritures.blog4ever.com/articles/oeuvres-publiees

 

Publié dans Les auteurs

Commenter cet article