Penny Watson Webb - Auteur de romances historiques

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture

1.     Présentez-vous en quelques mots : Bonjour, j’ai 32 ans et suis infirmière, maman de trois princesses et issue d’une famille de filles (encore et toujours du rose !) où la romance est une institution familiale. Ma grand mère était férue de littérature sentimentale et je crois qu’aucun Barbara Cartland ne lui a échappée, son préféré : Séréna, j’ai du au moins le lire trois fois. J’ai également grandit avec un père et un grand père qui dévoraient les livres d’Histoire et les grandes épopées, romancés ou non. Je crois que ce terreau était propice à la romance historique !  

2.     Parlez-nous de votre dernier ouvrage : Mon dernier livre, A la merci des rois, est une romance qui a comme toile de fond les turpitudes de la cour de Clotaire, fils de Clovis. Complots, guerre, jeux de pouvoir et d’alliance, se suivent et balayent les innocents sur leur passage. Nos deux protagonistes seront bien malmenés, chacun à leur façon, et devront s’unir pour survivre et grandir ensemble.

3.     Depuis quand écrivez-vous ?: Je suis éditée depuis Avril 2014 chez HQN et depuis ce printemps chez VFB, ce roman est le cinquième, il sera suivi cet été/automne d’une trilogie sur la construction des Etats Unis (HQN). J’écris depuis deux ans et tout cela est parti d’une plaisanterie de mon mari qui me voyait dévorer deux ou trois bouquins en même temps et qui m’a demandé si au lieu de lire, je n’avais jamais eu envie d’écrire. De fil en aiguille une histoire s’est construite dans ma tête et Pour porter ton nom est né en 1 mois et demi!

4.     Que vous apporte l’écriture ?: Une immense satisfaction et le plaisir de créer des histoires que j’aime avec des fins qui me plaisent. Je suis une égoïste (rire) mon premier lectorat c’est moi, j’aime rêver à mes personnages et à leur histoire. Et puis j’ai tenté la grande aventure de l’édition, en tremblant un peu (beaucoup!) je l’avoue, mais depuis ce n’est que du bonheur.

5.     Dans quelle condition écrivez-vous ?: J’écris avec mes trois sioux préférés qui courent autour de la table et mon chat qui marche sur le clavier! Si je suis auteure à temps partiel, je suis maman à temps complet! Je vous épargne les retards à l’école et les casseroles brulées parce que je suis plongée dans un manuscrit. Je crois que ma famille m’aime toujours malgré tout (rires).

6.     Quelle est votre source d’inspiration ?: Tout et n’importe quoi, quelques fois c’est un livre, un tableau, une musique.  Pour le dernier roman ce sont les merveilleux ouvrages d’Anne Bernet sur les reines de France qui m’ont inspirée. Le manuscrit en cours, c’est un tableau d’Anne de Bretagne qui m’a séduite.

8.     Avez-vous d’autres projets d’écriture ? : Beaucoup oui,  je planche actuellement sur le 15ème siècle entre Bretagne et Normandie, et j’ai au moins 5 scénarii qui dorment dans un dossier. J’ai aussi des projets en Fantaisie, nous verrons (mystère !).

9.     On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?: Je suis amoureuse de notre Histoire, c’est une grande dame souvent malmenée et on dit tant de sottises à son sujet ! J’aime partager cet engouement avec mon lectorat, je suis contente d’offrir à mes lecteurs, en plus d’un joli voyage, des descriptions précises et étayées des époques décrites. Je passe beaucoup de temps en recherches. Pour savoir où l’on va il faut savoir d’où l’on vient, non ?

10.  Si vous deviez changer quelque chose dans votre carrière d’écrivain, ce serait quoi ?: Rien, (en mode Edith Piaf !) je pense que chaque étape est importante, il faut se réjouir de ses succès et réfléchir sur ses erreurs pour mieux faire la prochaine fois. Je suis une incorrigible optimiste.

11.  Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ? Pour HQN, j’ai voulu taper tout de suite chez les grands du domaine (Harlequin) pour savoir si je valais quelque chose. Pour VFB, c’est par un ami auteur que j’ai connu cette maison et je suis ravie de travailler avec eux, je me sens en confiance pour le travail d’éditing et mes textes sont valorisés. Que demander de plus ?

 

Quelques questions sur vous et la lecture

2.     Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ? Les grands classiques de la littérature française, Hugo, Dumas, Rostand, Molière, Racine, Balzac. Je suis multi genre comme lectrice, je me promène chez Exbraya, Arthur Conan Doyle, aussi bien que chez Montaigne ou Ronsard, et j’ai adoré les JK Rowlings et les Juliette Benzoni ou les John Green. Les cours de français à l’école n’ont jamais été une corvée bien au contraire ! J’aime aussi la poésie, les Maudits ont ma préférence. J’ai d’ailleurs eu la joie d’être publiée en poésie il y a peu chez VFB Editions, j’espère pouvoir proposer un autre recueil l’année prochaine.

 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.     Que pensez-vous des blogs littéraires ?: Ils sont nos porte-paroles et nos publicitaires sur la toile! Je les suis déjà comme lectrice et bien sur comme auteure. Je suis d’ailleurs en relations privilégiées avec certains et j’apprécie beaucoup nos échanges décomplexés et amicaux.

2.     Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?: Je pense que faire partager son amour des livres est une excellente chose. Qui pourrait vous le reprocher ? On ne s’ennuie jamais quand on a un livre et on peut vivre tant de vies à la fois. Répondre à votre questionnaire me permet tout d’abord de vous rencontrer, ce dont je suis ravie, et de vous parler de notre passion commune : les livres (et en l’occurrence des miens) ! Bravo pour le blog il est très sympa, couleurs très féminines come je les aime.  ;)

3.     Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?: Jusqu’ici je suis vernie et m’estime chanceuse la plus part des critiques sont très bonnes, voir excellentes. J’ai eu des retours de professeurs d’histoire et de lectrices chevronnées qui étaient très enthousiastes. J’ai évidemment eu des critiques négatives, deux en fait, dont une très blessante, ça arrive. Ça fait parti du jeu. Je pense avant tout que pour critiquer un livre il faut se renseigner sur le genre, les romans historiques traitent de sujets et de mœurs correspondants à une époque, que faut il faire ? Emporter une lectrice du 21ème siècle et l’immerger dans une époque ancienne ou adapter les discours et les faits des personnages pour correspondre aux critères de notre époque ? J’écris principalement sur des femmes, qui n’ont pas toujours la vie rose, car les époques dans lesquelles elles vivaient étaient très violentes. Je préfère la véracité historique à la complaisance et quelques fois ça dérange. Les rapports hommes /femmes n’ont pas toujours été les même et Mai 68 est assez récent (rires) il ne faut pas l’oublier.

4.     Si vous deviez remercier un professeur que vous avez eu : ce serait qui et pourquoi ?: Ce serait sans hésiter mon professeur de Philosophie, Pascal, avec qui je suis toujours en contact. C’est quelqu’un qui croyait en moi et en ce que j’étais au lycée. Il savait porter ses élèves un peu à la façon du film Le cercle des poètes disparus. Nous n’avons pas déchiré nos livres scolaires mais il voulait savoir ce que nous avions dans la tête et développer notre raisonnement et notre libre-arbitre plutôt que de nous farcir le crâne avec des citations sans fin.

5.     Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?: Eteignez vos télévisons s’il vous plaît! Ouvrez des livres et créer vous vos propres illustrations, réapprenez à rêver et à penser par vous même.

6.     Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?: Je suis éditée en numérique, ce n’est pas moi qui irai vous dire du mal des liseuses (rires), mais je suis aussi très attachée au papier, l’idéal est d’avoir les deux. J’espère être un jour publiée en papier bien sur, bien que je ne compte pas me séparer de ma kindle !

7.     Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?: J’en suis une moi même, mais je leur dirais : « Prenez plaisir à ce que vous faites, n’essayez pas d’être « commerciaux » ou de faire comme tout le monde sous prétexte qu’il y a une mode ou un courant qui a le vent en poupe, si vous êtes à l’aise avec ce que vous écrivez vos lecteurs le sentiront. Ne prenez pas un échec comme une fin de non recevoir, persistez ! Ayez à cœur de parfaire votre travail avant de le présenter et surtout amusez vous ! »

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

Une phrase d’Alexandre Dumas au sujet des romans historiques : « Il est permis de violer l’Histoire si c’est pour lui faire de beaux enfants »

 

Publié dans Les auteurs

Commenter cet article