Appel à contribution - Editions Hélène Jacob

Publié le par litteratureetfrancais

Appel à contribution - Editions Hélène Jacob

L’avenir de notre maison d’édition est aujourd’hui plus qu’incertain. Nous avons besoin de votre aide pour continuer à exister.

Notre situation actuelle ? Un paradoxe frustrant…

Lorsque nous avons créé notre maison d’édition à compte d'éditeur en août 2012, nous étions loin de penser que nous serions aussi fiers de notre bilan trois ans et quelques mois plus tard :

- près de soixante auteurs ayant signé avec nous, pour plus de cent livres publiés à ce jour,

- une croissance continue, tant en édition numérique que papier,

- de magnifiques rencontres avec les lecteurs et toutes les personnes qui ont choisi de nous rejoindre pour participer à l’aventure, bénévolement, en tant que bêta-lecteurs ou chroniqueurs,

- un partenariat tout récent avec une agence audio-visuelle,

- des centaines d’excellents avis et témoignages à propos de nos livres, qui soulignent le sérieux de notre travail…

Le parcours effectué est plus que satisfaisant et les perspectives d’évolution sont très prometteuses pour nos auteurs, avec de nombreux projets en cours de développement pour l'année à venir (dont un troisième mode de distribution au format papier, par impression à la demande directement en librairie, nous permettant de toucher ainsi encore plus de lecteurs).

Mais – car il y a un « mais », sinon nous ne serions pas ici aujourd’hui, à solliciter votre soutien ! – ce parcours n’a été possible qu’au prix d’une logique incontournable : celle du bénévolat intégral.

Depuis ses débuts, dans le respect de sa philosophie associative et tournée vers les auteurs, l’équipe EHJ a en effet travaillé de façon strictement bénévole, économisant patiemment les petits bénéfices de la maison pour construire l’avenir et investir dans de nouveaux projets.
Seuls nos prestataires extérieurs sont payés (et pas très bien, à notre grand regret !) pour leurs services.

Notre maison d’édition est totalement indépendante : aucun actionnaire, aucune banque et aucun sponsor ne nous accompagnent.
Nous n’avons pas de dettes. Nous avons commencé avec notre énergie et nos économies personnelles comme seul moteur.
Les cotisations des adhérents à notre association sont notre unique source de revenus, en dehors de notre marge sur la vente des livres. Ce qui est bien peu, une fois que l’on soustrait toutes les dépenses indispensables pour faire tourner l’activité.
Plus d’une fois les fondateurs ont même mis la main à la poche pour faciliter le développement de la maison.

Mais ce qui a été possible pendant plus de trois années devient très difficile aujourd’hui.

S’il était tenable de gérer une toute petite structure sur notre temps libre, à nos débuts, en marge d’un quotidien professionnel déjà chargé, il nous devient matériellement impossible d’envisager la poursuite des activités de la maison dans ces conditions.

La gestion continue de la maison représente en effet une quarantaine d’heures de travail hebdomadaire pour Hélène, qui pilote toute l’activité d’EHJ, heures réparties entre ses multiples tâches éditoriales, administratives, comptables, techniques, marketing, etc.

Si les autres membres de l’équipe qui n’interviennent que ponctuellement, quelques heures par semaine, peuvent continuer bénévolement de cette façon pour le moment, effectuer ce travail central en plus d’une activité à temps plein « alimentaire » n’est mathématiquement plus possible.
Les semaines de plus de 80 heures ne peuvent durer qu’un temps… et ce temps est largement dépassé depuis le printemps dernier.

Or, si nous avons atteint un seuil de développement qui requiert un poste à temps plein depuis plusieurs mois, nos moyens financiers ne nous permettent pas encore d’assumer le coût d’un salaire mensuel décent tout en maintenant le développement de la maison.
D’où le paradoxe évoqué en préambule…
 

Ce que nous pourrions faire, mais dont nous ne voulons pas

  1. En tant qu’association à but non lucratif, nous nous refusons à adopter les pratiques commerciales de l’édition traditionnelle, à savoir : laisser 8 % de royalties à nos auteurs. Ce serait bien sûr la solution la plus simple à notre dilemme actuel.
    En pratiquant la règle du 50/50, nous avons fait le choix d’une plus grande égalité de revenus et nous ne le regrettons absolument pas, mais ce principe fondateur présente un revers majeur : au rythme de notre progression actuelle, nous ne serons capables d’assumer le coût d’un salaire mensuel que dans un an environ.
    Et tenir un an dans les conditions présentées plus haut ne sera humainement pas possible.
     
  2. Nous pourrions aussi multiplier par deux le prix de vente de nos livres, ce qui serait suicidaire dans le contexte économique actuel et irait encore une fois contre tous nos principes : notamment celui d’un accès facilité à la lecture numérique et celui d’une culture de qualité à prix correct qui soit accessible aux étudiants et aux précaires.
     
  3. Nous pourrions tenter de transformer notre association en société à but lucratif, avec des actionnaires.
    Or, ne nous leurrons pas, qui dit « actionnariat » dit nécessairement « nécessité de rendement » et ligne éditoriale plus « commerciale ». C’est la logique naturelle de notre système économique et nous ne souhaitons pas qu’elle s’applique à notre activité d’éditeur, dont nous n’aurions alors plus « d’indépendant » que le nom.
    Dénicher de nouveaux auteurs, permettre à des textes inédits et parfois polémiques de voir le jour, promouvoir le développement du numérique et de l’impression à la demande pour l’édition papier… : toute notre philosophie repose sur une nécessité d’indépendance.
    Sans elle, nous perdrions notre identité.
     
  4. Ralentir l’activité de la maison n’est plus envisageable au stade de développement où nous nous trouvons aujourd’hui, à moins de ne plus répondre à nos partenaires, de snober les lecteurs qui nous écrivent, de ne plus interagir avec nos auteurs, de ne développer aucun projet et de ne plus rien publier pendant six mois… ce qui nuirait à la réputation, aujourd’hui excellente, de notre structure et ne ferait que différer une fin inéluctable en nous obligeant à régresser.
     
  5. Quant à tout arrêter immédiatement, comme le font malheureusement des dizaines d’éditeurs indépendants chaque année, ce serait bien sûr un crève-cœur.
    Les milliers d’heures investies dans la maison ont donné naissance à un catalogue et une réputation dont nous sommes très fiers.
    Abandonner nos auteurs et tirer un trait sur tout ce qui a été accompli est une issue que nous voulons absolument éviter.


Paradoxalement, notre planning éditorial est plein jusqu’au printemps 2017, pour vous donner une idée de la confiance que les auteurs de la maison placent en nous et de notre propre désir d’avancer.

 

Oui, notre activité est déjà planifiée pour les dix-huit prochains mois, alors que nous sommes en train de nous demander comment nous allons pouvoir continuer à la faire vivre correctement…

Et c’est donc là que votre participation est décisive pour notre avenir !

Aidez-nous à poursuivre notre activité : ce sont tous nos auteurs et nos milliers de lecteurs qui sont concernés à nos côtés.

Même si vous ne pouvez contribuer qu’à hauteur du prix moyen d’un livre numérique chez nous, soit 5 €, soutenez notre démarche d’éditeur indépendant et notre philosophie associative en relayant cette page à vos contacts.

En nous aidant à atteindre notre objectif avant les Fêtes et en nous permettant collectivement de ne pas mettre un terme à cette formidable aventure, vous nous feriez le plus beau cadeau de fin d'année qu’on puisse imaginer (tout en permettant à Hélène de fêter son 39e anniversaire, le 31 décembre, dans l'allégresse la plus totale, en sachant que l'année 2016 sera belle pour la maison et pour tous ses auteurs ! :) )

Merci à tous pour votre lecture et pour vos partages solidaires.

 

A quoi va servir le financement ?

Aidez-nous à rester indépendants !

En participant à ce financement, vous contribuerez à :

  • Rémunérer le poste à temps plein dont la maison ne peut plus se passer pour être correctement gérée (et nous vous promettons qu’Hélène n’a pas pour objectif de partir en vacances avec la collecte, de toute façon elle ne quitte jamais son écran d’ordinateur !).
     
  • Permettre l’achat des logiciels et applications que nous allons devoir renouveler/développer en 2016, compte tenu de la croissance de la maison (nouvel outil de gestion des royalties, par exemple, l’ancien étant dépassé par le nombre de titres que nous devons y intégrer).
     
  • Concrétiser un nouveau partenariat pour l'impression à la demande de nos livres directement en librairie, nous donnant ainsi un troisième mode innovant de distribution papier en 2016.
     
  • Nous donner le second souffle nécessaire pour que les bénéfices financiers de notre activité « rattrapent » le temps incompressible et les investissements qu’elle requiert désormais.
    Nous n’en sommes plus très loin, il ne nous manque qu’une petite année pour atteindre ce nouveau palier de développement !

Les 20 000 € que nous espérons réunir au minimum nous donneraient cet élan aujourd’hui essentiel, afin de travailler dans la sérénité.

Et si d'aventure (soyons fous et optimistes !), ce palier initial devait être nettement dépassé, nous ne manquons pas de projets en attente qui pourraient profiter de votre généreuse solidarité !

Quelques exemples :

  • En atteignant le palier de 25 000 euros : une nouvelle édition luxe pour certaines de nos publications en format papier "collector" pourrait voir le jour.
  • En atteignant le palier de 30 000 euros : la création systématique de marque-pages pour tous nos livres, afin de faire plaisir aux fans et auteurs de la maison, pourrait être mise en place.
  • En atteignant le palier de 35 000 euros : nous pourrions nous lancer dans le développement d'un premier livre au format audio.

Pour vous remercier de votre soutien, voici ce que nous vous proposons :

À noter : si la plupart des contreparties seront livrées durant le mois de janvier 2016, certaines ne pourront l'être que dans les mois à venir (contreparties liées à des ouvrages à paraître en cours d'année, la série pulp Temps mort, de Kathy Dorl et Marie-Pierre Bardou, étant par exemple planifiée d'avril à septembre 2016).

 

A propos du porteur de projet

Les Editions HJ sont une maison d’édition à compte d’éditeur au statut associatif à but non lucratif, fondée en août 2012.

Elle est aujourd’hui composée d’une équipe décisionnaire de quatre bénévoles (Sébastien Cerise, Mélanie Coydon, Marie-Pierre Bardou et Cathy Seigneur) pilotée par Hélène Jacob, qui gère la maison et l’ensemble de ses activités au quotidien.

Avec nous travaillent un graphiste (Jérémy Calli) et un correcteur additionnel (Thierry Pingault), tous deux (très médiocrement !) rémunérés, qui nous accompagnent depuis plus de deux ans.

L’équipe étendue inclut un comité de lecture de douze personnes, une vingtaine de bêta-lecteurs et plus de cinquante chroniqueurs partenaires.

Nous sommes distribués en numérique chez Amazon, Kobo, iTunes, Google Play, Fnac.com, Smashwords, Youscribe et via notre propre boutique numérique.
Nos livres au format papier peuvent être commandés sur Amazon ou dans les librairies traditionnelles.

Fin 2015, notre catalogue comporte plus de cent titres publiés pour cinquante-six auteurs. Nos trente prochaines publications sont déjà planifiées, jusqu’au printemps 2017.

Pour en savoir plus sur notre maison, nos auteurs, notre catalogue et nos modes de distribution : voir notre site éditorial.

Voir aussi notre page Facebook et notre boutique numérique.

Publié dans La parole est à vous

Commenter cet article