Abbé Prévost - Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut (18e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut de L’abbé Prévost

Personnages principaux :

  • Le chevalier des Grieux
  • Manon Lescaut
  • M Renoncour
  • Le père du chevalier
  • Tiberge
  • M de B.
  • Lescaut, frère de Manon
  • Le frère aîné du chevalier
  • M le lieutenant de police
  • M de G.M père
  • M de G.M fils
  • Le prince
  • M de T. fils
  • Marcel
  • Le garde du corps
  • Le gouverneur
  • Synnelet

Résumé par parties

Avis de l’auteur : L’auteur explique que son livre est un exemple à ne pas suivre, qu’il est là pour éviter de faire des erreurs.

Partie 1 : Rencontre avec le chevalier des Grieux qui est bien malheureux de ne pas pouvoir approcher sa belle. M de Renoncour aide le chevalier en lui donnant de l’argent et en négociant avec le chef. Deux ans plus tard, il retrouve le chevalier à Londres qui lui promet de lui raconter son histoire. M Renoncour assure au lecteur la véracité du récit. Retour en arrière, il était sage et réputé. Il quitte un ami qu’il regrette de n’avoir pas écouté. Rencontre avec Manon. Il en tombe tout de suite amoureux : début de ses malheurs. Il cherche un moyen de lui éviter le couvent. Il prépare leur fuite mais un élément a failli tout annuler. Tiberge veut, par amitié, lui ouvrir les yeux. Le chevalier va le tromper et prendre la fuite avec Manon. Ils arrivent à Saint-Denis où ils veulent se marier. C’est les qualités de Manon qui font son désespoir. Il veut se réconcilier avec son père, Manon l’en dissuade. Il ne voit rien dans le jeu de Manon. Elle trouve de l’argent comme ça. Il rentre chez lui et la servante lui dit que M de B. était là. Il ne veut pas croire que Manon le trompe. Il croit en l’amour fidèle et éternel. Il lui cherche des excuses. Il rentre en espérant que Manon lui explique. Elle pleure sans lui dire pourquoi. Il est « enlevé » par les hommes de son père et retrouve son frère. Il cherche à savoir qui l’a dénoncé. Il ne veut pas croire que cela puisse être Manon. Il retrouve son père qui lui fait des reproches, etc… Il n’écoute pas, il ne pense qu’à revoir Manon et donc à fuir. Le père du chevalier parle de M de B., celui-ci le presse de s’expliquer. On lui raconte qu’elle l’a aimé au mieux douze jours. M de B. est celui qui l’a dénoncé avec l’aide de Manon. Il ne croit toujours pas que Manon ait pu le trahir, il pense que M de B. lui a fait violence pour cela. Il comprend qu’il ne pourra pas rejoindre Paris, il veut alors mourir. Il ne peut pas oublier Manon. Son père veut lui trouver une autre femme. Il n’est pas raisonnable pour un sou. Il croit et ne croit pas que Manon puisse être infidèle. Il a des envies de vengeance. Il est resté six mois dans sa chambre à étudier et à faire un commentaire sur L’Eneide. Tiberge est un vrai ami, il a essayé d’aider le chevalier. Il espère que son ami est redevenu raisonnable. Son ami lui donne envie de rentrer dans l’état ecclésiastique. Il prévoit tout mais se rend compte qu’il lui manquera quelque chose : Manon. Son père l’encourage dans son plan de carrière. Il est aimé de tous et son travail est des plus intéressants. Il est reconnu de tous mais la passion va être plus forte. Il ne pensait plus à elle mais lors d’un exercice public, elle est présente. Il attend qu’elle parle. Il en est tout retourné. Il lui dit qu’il n’a jamais cessé de l’aimer. Il est épouvanté par ce qu’il ressent lorsqu’elle l’embrasse. Il lui pose 1000 questions sur sa fidélité et son amour pour lui. Il sait qu’il va tout perdre pour elle mais n’a pas l’air de s’en inquiéter. Elle lui raconte comment elle s’est laissée séduire par M de B. et les remords qu’elle a eus. S’il ne la pardonne pas, elle est prête à mourir. Il a tout quitté pour elle, ils vont refaire leur vie grâce à l’argent de M de B. Elle ne veut pas quitter Paris. Ils prennent un appartement à Chaillot, à proximité de Paris. Ils prévoient de vivre au moins dix ans sur la fortune qu’ils ont. Il espère avoir du bien à la mort de son père. Cette résolution de faire des économies ne dure pas. Ils vont jusqu’à avoir deux logements. Rencontre avec le frère de Manon qui les ruine par des dépenses. Le chevalier veut s’expliquer avec lui mais un accident les laisse ruinés. Il a perdu tous ses biens dans l’incendie de la maison de Chaillot. Il sait que si Manon l’apprend, il la perdra : elle aime plus l’opulence que lui. Que va-t-il faire ? Il demande de l’aide au frère de Manon. Est- ce une bonne idée ? Le frère de Manon propose le libertinage soit de Manon soit du chevalier comme solution. Celui-ci en est choqué. Il doute beaucoup surtout du frère de Manon, il pensait recourir à son père mais il abandonne l’idée. Il veut faire appel à Tiberge. Tiberge va venir. Il a un peu honte. Tiberge reste un ami même dans la douleur.  Tiberge est persuadé qu’il faut quitter Manon ce que le chevalier voit comme le pire des maux. Tiberge lui prête l’argent alors qu’il est persuadé que ça ne le guérira pas. La vertu n’a aucun effet contre sa passion pour Manon. Il préfère se priver du nécessaire car il sait que même si Manon l’aime, elle le quittera s’il est sans le sou. Il rentre dans le jeu avec le frère de Manon. Il est un très bon tricheur, il amasse une belle fortune ce qui lui permet d’acheter une autre maison. Tiberge tente toujours de le sortir de cette vie déshonorante  sans succès. Il lui prédit tous les malheurs qui soient. Ils vivent sans prendre garde aux conseils de Tiberge. Ils vont se faire trahir par leurs domestiques. Ils ont été dévalisés, il ne leur reste rien du tout, ni à lui, ni à elle. Manon accepte, dans le dos du chevalier, le plan de son frère. Le chevalier trouve une lettre dans la chambre de Manon. Elle le quitte pour refaire leur fortune. La fidélité ne compte pas dans la nécessité. Il est dans un état indescriptible. Il en veut à Manon ? Arrivée de Lescaut. Le chevalier veut se battre. Lescaut dit avoir une bonne nouvelle. Il raconte ce que M de G.M va faire pour eux. Ils l’ont fait passer pour un frère orphelin. Il regrette sa vie d’avant mais accepte tout de même de partager Manon avec M de G.M car c’est le seul moyen de la garder près de lui. Il n’est pas très réjoui à la vue de Manon. Il a du mal à accepter son infidélité. Il lui explique ses sentiments. Manon accepte de tout arrêter dès le soir même quand elle aura reçu les derniers cadeaux. Il informe Lescaut du projet et mettent en place les derniers détails. Tout semble marcher comme prévu. Ils dînent avec M de G.M, et au moment du coucher, ils partent tous les trois à la barbe du vieil homme. Cette friponnerie va être sévèrement punie. M de G.M les fait arrêter pour libertinage. Ils sont séparés. Manon est en prison où elle doit travailler. Lui est conduit à Saint-Lazare où le père le retient ? Le père espère le faire changer. Il sait tout de lui et de ses aventures. Cette connaissance lui fait honte. Il donne des preuves de changement car le père croit voir en lui un honnête homme. Ne fait-il pas cela juste pour sortir et retrouver Manon ? Il avoue être hypocrite, il est prêt à tout pour sortir même à subir une visite de M de G.M. Il supporte tout et apprend que Manon « apprend la sagesse » à l’Hôpital. Le chevalier se jette sur lui. Le supérieur ne comprend pas. M de G.M dit qu’il les fera plier. Le chevalier explique tout au père qui prend pitié de lui et va tout faire pour l’aider à sortir de se « prison » et empêcher M de G.M de mal agir. Il cherche un moyen de s’évader si le père n’arrive pas le sortir de là. Il doit tout de même rester à Saint-Lazare pendant six mois afin de satisfaire M. de G.M. Il fait venir Tiberge qui sera un instrument de sa liberté sans que celui-ci ne le sache. Tiberge en véritable ami accourt pour lui offrir son aide. Il dit à Tiberge qu’il n’a pas changé. Tiberge lui dit qu’il est inexcusable car conscient du mal qu’il se fait. Il explique et démontre à Tiberge qu’il a tort. Tiberge le traite de sophiste impie. Eloge de l’amour et du plaisir qu’il offre contre ceux de la religion. Manon est plus forte que toutes les volontés du monde. Tiberge dit qu’il est janséniste. Tiberge a de nouveau pitié et ramène la lettre qui arrive à Lescaut le soir-même. Même Lescaut n’a pas de nouvelles de Manon. Ils cherchent un moyen de faire sortir le chevalier. Celui-ci a une idée, il lui faut un pistolet non-chargé. Il veut récupérer les clés du père pour sortir en le menaçant de l’arme si nécessaire. Il demande les clés. Il réussit à fuir, il a tué le portier. Le père est effrayé et déçu. Lescaut lui conseille de se faire petit quelques jours à cause du coup de feu et de l’évasion. Il réfléchit à comment sauver Manon. Il veut utiliser le fils de M de T., administrateur de l’Hôpital, pour sortir Manon de sa prison. Le fils de M de T. est prêt à tout pour aider le chevalier à voir Manon et peut-être à la faire sortir. Il arrive à la chambre de Manon, il veut savoir comment elle a vécu,… Manon et le chevalier se retrouvent avec de grandes effusions d’amour. M de T. fils va tout faire pour les aider car leur amour le touche. Ils ont du mal à se séparer. Le valet qui s’occupe de Manon propose de l’aider à la faire évader. Le chevalier n’écoute pas les conseils de M de T. fils. Ils lui ramènent des vêtements pour sa fuite. Celle-ci réussit. Ils vont quitter Paris. Le cocher est un malin, il fait payer le transport plus cher. Ils vont chez Lescaut. Le cocher, n’étant pas payé, va les dénoncer. Lescaut se fait tuer. Manon est quasi-morte. Ils vont aller à Chaillot. Il essaye de consoler Manon mais lui-même aimerait un peu de fortune pour aller vraiment mieux. Manon ne sait pas qu’il n’a pas d’argent. Il veut régler ce problème seul. Manon lui dit l’aimer à la folie. Il la croit pourtant l’argent prime toujours pour elle. Il ment en disant prendre un carrosse pour se rendre à Paris. Il réfléchit aux besoins présents et futurs et à leur sécurité. Il n’a aucun moyen. Il ne veut pas aller chez M de T. fils ou chez Tiberge car il serait trop honteux. Il repense à Manon et se rend chez ses deux amis. Tiberge lui donne l’argent très facilement, il lui raconte que le père n’a pas dit comment il était parti. Tiberge lui conseille de retourner chez ses parents. Il écrit à son père pour lui dire qu’il va mener une vie honnête, il espère ainsi recevoir quelque argent. Il arrive chez M de T. fils qui lui dit qu’il n’a rien à craindre du côté de l’Hôpital ou de la mort de Lescaut. M de T. fils offre des étoffes magnifiques à Manon et au chevalier. L’abbé Prévost l’arrête le temps de souper.

Partie 2 : La joie est de retour. Le chevalier a à peine vingt ans. Ils mènent un petit train-train satisfaisant, M de T. fils est très proche d’eux. Il a quand même quelques peurs vite dissipées. Un valet vient dire au chevalier qu’un prince italien semble avoir de l’affection pour Manon. Il demande au valet de suivre le prince. Aucun sujet d’inquiétude. Manon ne sait rien. Le prince tente de corrompre le valet. Trois jours après, difficile journée : Manon a donné une lettre au prince. Elle semble très calme et veut qu’il soit plus souvent près d’elle. Il est content que Manon veuille passer du temps avec lui mais a peur de devoir essuyer de nouvelles infidélités. Manon joue avec lui. Cela semble un moment heureux. Il espère qu’elle lui parlera du prince. Le prince vient la voir alors qu’elle est avec le chevalier. Elle lui demande un moment de complaisance ! Manon prouve son amour d’une des plus belles façons qui soient. Elle dit au prince qu’il n’a aucune chance. Le prince s’en va sans un regard pour Manon ce que le chevalier trouve grossier. Manon a voulu se donner un peu d’amusement. C’est une belle preuve d’amour. C’est toujours quand il est heureux qu’il lui arrive quelque chose. Rencontre avec M de G.M fils. Celui-ci s’excuse de la conduite de son père. Est-il attiré par Manon ? Il est fier de l’effet de Manon sur les hommes. Ils vont aller à la Comédie. M de T. fils avoue les plans qu’a concoctés M de G.M fils pour conquérir Manon. Il se sent coupable. Il faut partir. Il a peur d’être dénoncé. M de G.M fils doit arriver. Le chevalier, devant l’urgence de la situation, décide de tout dire à Manon pour qu’elle ait la force de refuser. Manon veut se venger du père sur la bourse du fils. Qui sera la dupe de cette histoire ? M de G.M fils et le chevalier s’amusent beaucoup l’un de l’autre sans le savoir. Il a fait sa déclaration à Manon. Manon lui répète tout ce qu’a dit son prétendant. Le chevalier lui demande si elle est tentée. Elle joue la femme choquée. Arrivée de la lettre, l’offre est généreuse. M de G.M n’a peur que d’une chose : que Manon n’arrive pas quitter le chevalier. Le chevalier veut tout arrêter mais Manon refuse. Le plan semble sans faille. Ils vont déménager. Le jour du plan est arrivé. Il doute, Manon n’est pas là où elle devrait être. Une étrangère lui apporte une lettre. Que se passe-t-il ? Manon est restée avec M de G.M fils. Elle lui a envoyé une autre fille. Il est en colère, il veut oublier la perfide Manon et toutes les femmes. Il est la dupe de l’amour. Il a des envies de vengeance et de meurtre. Il ne supporte pas la jeune fille qui est là pour le consoler. Il veut savoir comment elle sait son nom, etc. C’est Manon et M de G.M fils qui lui ont tout dit. Ils ne se sont pas aimés car il n’a que de l’amour à offrir. Après s’être calmé, il se rend compte qu’il savait ce qui allait arriver. Il veut récupérer Manon. Il ne peut pas la récupérer par la force, il veut juste lui parler. Il a besoin de M de T. fils. Ils ont un plan pour éloigner M de G.M fils de Manon : M de T. fils aurait perdu de l’argent au jeu. Il a réussi à entrer chez Manon sans problème. Pour le moment, le plan est un succès. Manon est légèrement surprise. Elle a peur du silence du chevalier. Il se plaint de ce qu’elle lui fait subir pour la troisième fois. Il lui reproche ses larmes et ses faux serments. Il n’y a que le mal qui est récompensé. Elle dit qu’elle ne se savait pas coupable. Il entre dans une colère noire. Il ne veut plus jamais avoir affaire à elle. En voyant Manon, il oublie tout, se met à genoux et lui fait des excuses. Il aimerait qu’elle quitte son rival. Il est triste sans elle. Elle est prête à le suivre s’il le désire mais elle veut d’abord lui dire la vérité. Elle lui raconte tout et elle dit n’avoir pensé qu’à leur intérêt, qu’elle l’aime sincèrement. Il veut qu’elle parte avec lui immédiatement. Au début, il ne veut pas qu’elle emporte quoique ce soit puis il finit par consentir à emmener quelque chose. M de T. fils lui propose une nouvelle friponnerie. Le chevalier veut partir tout de suite mais Manon aime beaucoup l’idée. Il cède à Manon et trouve un moyen pour empêcher M de G.M fils de les déranger. Il mange le souper de M de G.M fils et s’apprête à dormir dans son lit avec Manon. Quel malheur va arriver ? Un laquais, suivant M de G.M fils, est allé prévenir le père. Celui-ci ne trouvant pas son fils se rend chez Manon. Il les surprend, ils n’ont aucun moyen de se défendre. M de G.M père est persuadé que le chevalier a tué son fils. Il veut le faire pendre. Il les fait habiller. Il a fait parler Marcel en le menaçant. Il a dévoilé tout le plan à cause de la peur. Il dit qu’on allait duper le fils. Il les traite de voleur, il veut les mener au Châtelet. Il est dans une grande colère. La stratégie de flatterie du chevalier ne marche pas. Ils vont être menés au Châtelet. Il parle à Manon comme si elle était une reine déchue. Ils se redisent leur amour. Il a peur pour Manon, il lui promet de la sortir de là dès qu’il sera libre. Ils arrivent à la prison. Il paye le concierge pour avoir de bons traitements. Il demande à son père de venir en personne à Paris. Son père va chez Tiberge qui ne l’aide pas beaucoup. Il apprend vite que son fils est au Châtelet. Il subit l’interrogatoire. Il est dans les bonnes grâces du lieutenant. Il défend Manon avec force et conviction. Arrivée de son père qui le surprend. Son père lui reproche qu’on le connaisse pour libertinage. Son père lui reproche de le déshonorer. Il dit qu’il a juste l’aspect d’un honnête homme. Le chevalier se défend des outrages qu’il trouve exagérés. Son père semble bien disposé à l’aider. Il lui fait le résumé complet de sa vie. Il est libre mais ce qu’il ne sait pas c’est que Manon va être envoyée en Amérique. Il apprend du concierge cette mauvaise nouvelle. Il a failli en mourir. Il veut la sauver. Le concierge lui apprend d’où vient la décision qui a failli le tuer. Il a recours à Tiberge qui lui prête de l’argent sans rien dire. Il va ensuite chez M de T fils qui lui donne un conseil très dangereux pour sauver Manon. Il fait venir son père au jardin du Luxembourg afin de lui parler. Il lui dit qu’il a été odieux de condamner ainsi Manon et lui demander de le tuer s’il ne l’aide pas à la sauver. Le père dit ne lui donner que ce qu’il mérite. Il cherche à jouer sur l’amour. Les deux parents se disent adieu dans une colère et une tristesse puissantes. Les résolutions de M de T fils sont les seules qui lui restent. Il va devoir mettre la main aux fers pour sauver Manon. Préparation pour l’attaque. Il envoie quelqu’un à l’Hôpital pour se renseigner, il a bien fait car l’itinéraire a changé. Tout ne marche pas comme prévu. Les hommes désertent. Il ne reste que le chevalier et le garde du corps contre six archers. Il décide que s’il ne peut la sauver, il va la suivre par-delà les mers. Contre argent, il peut voir Manon, seulement sa bourse est vite vide quand les gardes comprennent qu’il est amoureux. Manon est dans un sale état. Il lui dit qu’il l’aimera toujours et qu’il va la suivre. Elle en est heureuse. Il a peur de la pauvreté dans laquelle ils vont se trouver. Il écrit une fois de plus à Tiberge pour obtenir son aide. Il raconte que la promesse des gardes faite à M de Renoncour a été tenue et que cela lui a procuré beaucoup de bonheur. Son désespoir donne envie à Manon de mourir. Il fait tout pour lui faire oublier cette idée. Il n’a aucun mal à embarquer. Il laisse une dernière lettre d’amitié à Tiberge. Il fait tout pour que Manon soit bien à bord. L’Amérique est presque une bonne chose, leur amour n’a jamais été aussi fort. Arrivée en Amérique, tout leur semble hostile. La ville n’est « qu’un assemblage de pauvres cabanes ». Manon et lui sont choyés, ils disent être mariés. On essaye d’adoucir leur sort. Manon s’inquiète pour son amour. Il essaye de se montrer enjoué en disant que tant qu’elle l’aime, il est heureux. Elle s’en veut de la peine causée et lui dit à quel point elle l’aime. Il se croit au paradis car il est sincèrement aimé de Manon. Ils sont très bien considérés. Il travaille et sont tous les deux heureux. Ils décident de vivre de façon pieuse et de révéler qu’ils ne sont pas mariés afin qu’on les marie. Cette volonté semble être la cause de grands malheurs. Il va chez le gouverneur pour lui dire son projet. Celui-ci en est réjoui. Il dit cela devant Synnelet qui est amoureux de Manon. L’aumônier vient lui apprendre que le gouverneur a décidé de donner Manon à Synnelet. Il décide, après maintes réflexions, d’aller voir le gouverneur. Manon a peur de ne jamais le revoir. Il n’arrive pas convaincre le gouverneur. Il les prévient qu’il préfère mourir plutôt que de perdre Manon. Il croise Synnelet, ils se battent et le chevalier finit par le tuer. Il sait que cet acte va être lourd de conséquences. Il retrouve Manon qui tombe évanouie quand elle apprend ce qui est arrivé. Quand Manon comprend qu’ils vont être séparés, elle fait tout pour le convaincre de partir avec elle. Ils fuient vers l’inconnu. Ils ne savent pas où aller. Il espère rejoindre les colonies anglaises en apprivoisant les sauvages. Ils s’arrêtent et prennent soin l’un de l’autre. Il prie pour qu’elle passe une bonne nuit. Le récit est en train de le tuer. Il pensait qu’elle dormait mais elle meurt dans ses bras en lui donnant les dernières preuves de son amour. Il n’est pas mort et renonce à une vie heureuse. Il veut mourir avec elle, il décide de l’enterrer. Une fois que c’est fait, il perd connaissance. Synnelet n’est pas mort, on guérit le chevalier. Il veut rentrer en France et mener une vie sage. Arrivée de Tiberge qui voulait voir son ami pour qu’il rentre en France. Il donne tout à Tiberge et lui assure qu’il est vertueux. Il arrive en France, apprend la mort de son père et rejoint son frère aîné.

Publié dans 18e siècle

Commenter cet article