Anouilh - Oedipe ou le roi boiteux (20e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Œdipe ou le roi boiteux d’Anouilh

Personnages principaux

  • Le chœur
  • Œdipe
  • Jocaste
  • Créon
  • Tirésias
  • L’homme
  • Le berger
  • Le messager
  • Antigone

Résumé

Le chœur présente la situation, explique la vie d’Œdipe et les raisons de son mariage avec Jocaste. Discussion entre Œdipe et Jocaste. Ils parlent du plaisir pris ensemble, de l’ennui et de la tentative pour casser la routine. Début de la peste qui est une punition des dieux. Le peuple vient demander l’aide d’Œdipe. Œdipe promet son aide. Il a envoyé Créon à Delphes pour consulter l’oracle sur ce qui est bon de faire. Il faut trouver l’assassin de Laïos pour retrouver la paix. Œdipe promet de s’en charger au péril de sa vie. Le chœur raconte l’amour d’Œdipe et de Jocaste ainsi que l’absurdité de la vengeance. Œdipe cherche un témoin. Il a envoyé chercher Tirésias, grand prêtre aveugle de l’époque. Il espère que le meurtrier va se dénoncer. Tirésias ne veut pas répondre et quand il le fait c’est pour accuser Œdipe. Celui-ci est en colère. Tirésias lui parle en énigme. Le chœur raconte qu’Œdipe est prêt à jouer le rôle que lui ont donné les dieux. Créon et Œdipe se « disputent ». Ils sont sur le point de se battre quand Jocaste arrive. Elle va devoir les départager. Œdipe demande l’exil de Créon, il l’obtient. Œdipe a peur d’avoir tué Laïos. Il fait venir le dernier témoin. Jocaste dit que l’oracle s’est trompé pour Laïos et qu’il ne faut donc pas y croire. Le chœur dit au peuple qu’il est plus heureux que les riches. Jocaste demande l’aide d’Apollon pour apaiser Œdipe. Un homme annonce que Polybe est mort. Œdipe n’était pas son fils. Il veut savoir qui il est. Jocaste prie pour qu’il ne le sache jamais. Le berger lui dit qu’il est le fils de Laïos et de Jocaste. Œdipe a accompli son destin. Jocaste s’est suicidée, Œdipe s’est crevé les yeux et s’apprête à partir. Antigone va l’accompagner. Créon revient. Œdipe lui dit qu’il a eu raison. Créon va remettre de l’ordre. Le chœur conclut en disant que le malheur est partout et est universel.

Publié dans 20e siècle

Commenter cet article