Balzac - La peau de changrin (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

La peau de chagrin de Balzac

Personnages principaux

  • Raphaël de Valentin
  • Emile
  • Rastignac
  • Pauline Gaudin
  • Mme Gaudin
  • L’antiquaire
  • Aquilina
  • Euphrasie
  • Foedora
  • Jonathas
  • M de Marivault
  • Le duc de N***
  • M Porriquet

Résumé par parties

Partie 1 : Un jeune homme se présente au jeu. Philosophie du jeu qui dépouille de tout même du chapeau. Le vieillard est « un avis » sur le jeu « en chair et en os ». Description de l’ambiance et des conséquences de la passion du jeu. Le jeune homme joue et perd. Il part, dépité. Les autres joueurs parlent de lui et pensent qu’il va se suicider. Le jeune homme parcourt Paris, il veut attendre la nuit pour se suicider. Il entre dans un magasin d’antiquités pour passer le temps. Description de la boutique qui est surchargée de pièces de maîtres. Le jeune homme étouffe. Il y a tout un mystère autour du maître des lieux. Il est comme dans un rêve de mort et l’apparition du vieillard le trouble. Description du vieillard qui semble être un personnage mystique. Le jeune homme a un pressentiment inexplicable, il se croit en présence de la magie. Le vieillard lui montre un tableau de Raphaël. Il est ébloui mais veut quand même se suicider. Le vieillard lui offre une peau de chagrin. Le jeune homme ne veut pas y croire. La peau est pourtant magique. Le vieillard lui explique que « savoir » est un plaisir mais que « vouloir » et « pouvoir » sont un malheur. Le jeune homme fait des souhaits et s’empare de la peau. Le pacte est signé. Raphaël rencontre trois de ses amis qui lui promettent la fortune grâce à un journal. Il est surpris mais il n’accorde pas cette chance à la peau de chagrin. Le rêve se réalise. Lieu fabuleux, plein de richesses où des hommes d’esprit sont réunis. Description du dîner, les paroles et idées politiques volent. L’alcool coule à flot. Passage aux cafés avec description des femmes puis de Z en particulier. Aquilina et Euphrasie discutent avec Emile et Raphaël : elles sont amères et veulent profiter de cette vie de débauche. Raphaël avoue à son ami qu’il voulait se suicider. Celui-ci affirme qu’il n’a aucune raison valable.

Partie 2 : Raphaël raconte sa jeunesse avec un père difficile qui a tenté de le garder loin de la débauche parisienne. Une fois libre, il a le fardeau de l’honneur de sa famille sur le dos. Son père mourra de chagrin, il sera ruiné et sans avenir. Il explique sa solitude. Son besoin d’avoir une maîtresse à aimer. Il a un plan… Il raconte qu’il va vivre pendant trois ans une vie monacale pour écrire un livre qui fera sa fortune et sa renommée. Il vit de peu et est heureux. Il raconte comment il a trouvé un logement vétuste et qu’il prenait plaisir à son travail malgré des pulsions incontrôlables. Son livre n’a pas eu de succès ! Il raconte qu’il aime les femmes qui ont de la fortune. En échange des services qu’elle lui rend, il éduque Pauline qu’il voit comme une sœur. Il a rencontré Rastignac qui se moque de son style de vie. Il lui dit qu’il va l’introduire chez Foedora qui obsède Raphaël alors qu’il ne la connaît pas. Il a ses entrées chez Foedora où tout est luxe et fortune. Il veut être le seul à réussir à la séduire. Elle est sa dernière chance de fortune : « Foedora ou la mort … ! » Il est tombé éperdument amoureux d’elle. Lors d’une soirée, il comprend qu’il ne l’aura jamais, il y a un abîme entre eux. Il prend ce « refus » de Foedora comme un échec, il en est dépité. Pauline et sa mère l’aiment sincèrement. Il veut confier son piano à Pauline, veut-il déjà se suicider ? Raphaël va voir Rastignac et lui dit la misère dans laquelle il est. Celui-ci réussit à lui procurer de l’argent en échange de mémoires. Il a pu refaire sa garde-robe et va ainsi pouvoir retourner chez Foedora. Foedora veut passer la journée avec lui. Il trouve 100 sous pour payer le cocher : c’est un miracle. Elle va se confier à lui pour obtenir son aide. Il loupe le rendez-vous à M de Marivault (celui qui le paye pour les mémoires) pour dîner avec elle. Foedora s’est servie de lui car elle avait besoin de l’aide de son cousin le duc de N*** Il essaye de la comprendre. Elle est un mystère. Il veut attendre qu’elle ait une tentation. Il est humilié par et devant son cousin. Pauline et sa mère sont d’une grande générosité malgré leur misère. Pauline le met en garde : sa passion le tuera. Il se met en quatre pour Foedora mais elle n’est jamais satisfaite. Il va expliquer comment il a passé la nuit chez Foedora à son insu pour la connaître aussi bien physiquement qu’il la connaît intellectuellement. Il a reconnu en Rastignac un véritable ami. Il aime encore plus Foedora après cette nuit près d’elle. Il veut tout lui avouer ? Son amour, ses sacrifices,… il veut lui arracher une larme à elle qui ne pleure pas. Il réussit à avoir une soirée seule avec elle. Il lui dit tout, elle le remballe froidement et lui fait comprendre qu’elle ne veut plus le voir. Malgré sa haine, il l’aime toujours. Il retrouve Rastignac qui lui dit que le meilleur suicide c’est une vie de débauche. Il demande à Pauline de garder la chambre pendant six mois et s’il ne revient pas de tout garder. Ils se séparent rapidement comme s’ils se fuyaient. Il demande à Rastignac de jouer pour lui à cause de la promesse faite à son père. Il attend Rastignac. Ils ont gagné. Il commence cette vie de débauche. Il philosophie à ce sujet et conclue en disant qu’Aquilina et Euphrasie lui apparaissent comme des juges. Il a revu Foedora ce qui lui cause du chagrin mais le pire ce sont les lettres de change qu’il a signées et qu’il ne pourra pas rembourser. Il est dans le mauvais chemin. Il se souvient de la peau. Il veut prouver son pouvoir à Emile en faisant un vœu et en mesurant la peau. Il se croit tout puissant. Raphaël voit son souhait se réaliser et la peau devenir beaucoup plus petite. Tous veulent qu’il fasse un souhait pour eux.

Partie 3 : Jonathas explique à M Porriquet la vie de Raphaël : il doit tout prévoir. Raphaël n’a ainsi aucun souhait à formuler. Raphaël reçoit M Porriquet qui lui soumet une requête. Raphaël commet une erreur et fait un vœu, il se met dans tous ses états. Il tente de faire comprendre à Jonathas l’importance de son rôle. Il va au théâtre, revoit l’antiquaire, Foedora qui n’a plus aucune emprise sur lui. L’inconnue qui est avec lui n’est autre que Pauline, elle lui donne rendez-vous le lendemain midi. Pauline et Raphaël s’avouent leur amour dans l’ancienne chance de Raphaël. Ils sont très heureux, ils ont du mal à se quitter. Il se rend compte que la peau a rétréci. Il est désespéré, il la jette dans un puits. Les deux époux sont heureux. La peau de chagrin réapparait. Elle est minuscule. Raphaël ne dit rien à Pauline et lui demande de le laisser seul. Elle est inquiète mais obéit en pleurant. Il se rend chez un premier savant qui lui fait un cours sur l’origine de la peau. Il lui assure qu’on peut l’étendre. Il rencontre un autre savant qui a une solution. Ils doivent se retrouver le lendemain pour tenter l’expérience. Raphaël le récompensera grassement en cas de réussite. Toutes les tentatives pour étendre la peau, aussi bien mécaniques que chimiques, échouent. Raphaël se sait perdu. Il rentre chez lui désespéré, Pauline est là. Son amour le rend heureux. Ils mourront ensemble ? Raphaël commence à être malade. Pauline est inquiète, elle va être comme une mère pour lui. Raphaël a fait appeler tous les grands médecins. Il reçoit plusieurs traitements car ils n’arrivent pas se décider : l’un d’eux est de partir en cure à Aix. Il y est méprisé par tous. Il a des pensées philosophiques sur la société. Il accepte le combat contre la société que lui « offre » le médecin. On le provoque en duel, il tue l’autre, la peau a encore rapetissé. Raphaël cherche à fuir la société et à se rapprocher de la nature. Il trouve une famille libre, il veut vivre avec eux. Il pense que son état se stabilise ce qui n’est pas ce que pense son hôtesse. Il ne supporte pas la pitié qu’il suscite. Il retourne à Paris. Il rentre, ne voit pas Pauline, lit à peine ses lettres. Il demande un remède pour ne faire que dormir car dormir c’est vivre ! Pauline le rejoint, elle veut mourir pour lui mais il la désire. Il meurt dans ses bras. On a des nouvelles de Pauline et Foedora. Hommage final à Rabelais.

Publié dans 19e siècle

Commenter cet article

Chouch 01/10/2013 21:31


MERCI ! Moi qui en avait besoin, je vous en remercie infiniment !!!

litteratureetfrancais 01/10/2013 22:07



De rien !