Defoe - Robinson Crusoé (18e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Robinson Crusoé de Defoe

Personnages principaux

  • Robinson Crusoé
  • Xury
  • Le capitaine
  • Vendredi
  • La vieille femme
  • L’espagnol
  • Le deuxième capitaine

Résumé

Robinson Crusoé ne suit pas les conseils de son père, il veut partir en mer pour vivre des aventures. Il part sans prévenir ses parents. Le premier jour de tempête l’incite à vouloir rentrer chez lui. Il est « malade de corps et épouvanté d’esprit ». Nouvelle tempête beaucoup plus grave. Le bateau coule. Ils ont réussi à monter dans une barque. Un des matelots l’appelle « Bob », pourquoi ? Il est terrorisé. Arrivée à terre, il ne sait s’il doit continuer sur terre ou repartir en mer. Il reprend la mer une première fois qui se passe bien. La seconde fois, son navire est attaqué par des Maures. Il devient esclave. Il rêve de retrouver sa liberté pendant deux ans avant que l’occasion se présente. Il s’enfuit avec Xury. Ils ne font un premier arrêt qu’après cinq jours. Xury est d’une aide précieuse. Ils naviguent sans savoir où ils sont et longent la côte. De quel pays ? Ils tuent un lion et prennent sa peau. Ils continuent leur chemin. Ils rencontrent des Nègres avec qui ils font « affaire ». Ils sont sauvés par un navire portugais. Le capitaine lui laisse tout et lui achète Xury et le bateau. Il doit maintenant savoir quoi faire un fois au Brésil. Au Brésil, il devient planteur et finit par s’enrichir mais ses idées vont causer sa ruine. Il parle de la traite possible des Nègres. Deux marchands viennent lui faire une proposition secrète. Il repart en mer alors qu’il a tout pour bien vivre. Un orage conduit le navire. Ils ne savent pas où ils sont. Ils mettent une chaloupe à la mer qui chavire. Ils sont tous engloutis par la mer. Il lutte pour la vie. Il se bat avec la mer mais finit par arriver sain et sauf sur le rivage. Il est heureux. Il est le seul survivant ce qui le déprime. Il passe sa première nuit dans un arbre. Au réveil, il constate que la mer a rapproché le bateau. Ilo y va pour prendre des provisions et il commence par faire un radeau après avoir mangé et bu. Il remplit une première fois son radeau de nourriture et autres éléments nécessaires. Il a un peu de mal à le ramener à bord. Il explore ensuite le lieu où il est et découvre que c’est une île. Il retourne au bateau pour faire un nouveau radeau et donc prendre un nouveau chargement. Une fois qu’il a vidé le bateau de tout ce qu’il peut, il cherche une place où installer son « campement » qu’il fortifie. Il protège sa poudre en la séparant par petits paquets. Il y a des chèvres qu’il va pouvoir tuer et manger. Il ne veut pas perdre la notion du temps alors qu’il est seul. Il déprime de temps en temps mais cherche à voir le côté positif. Il a un chien et deux chats comme animaux de compagnie. Il travaille lentement car il lui manque certains outils. Pour se consoler, il dresse un tableau du bien et du mal. Il raconte comment il a organisé son intérieur pour mieux retrouver ses affaires. Il va nous donner une reproduction de son agenda :

            Septembre : il raconte son naufrage et sa peur de mourir.

            Octobre : il raconte à nouveau le fait qu’il a vidé le bateau jusqu’au meurtre de la chèvre et de son petit.

            Novembre : il respecte encore pendant quelques temps le dimanche jusqu’à oubli de la marque spécifique. Il crée de nombreuses choses dont un pic, une pelle et une sorte de panier.

            Décembre : effondrement dans la grotte qu’il solidifie. Il apprivoise un chevreau. Il ne peut pas sortir pendant quelques jours d’abord à cause de quelques pluies puis de grosses chaleurs.

            Janvier : il fait toujours sa muraille. Il a, sans le vouloir, planté du riz et de l’orge qui lui permettront de varier sa nourriture.

            Avril : l’île est sujette aux tremblements de terre. Il a peur d’être enterré vif. Il va déménager car il est au pied d’une montagne. D’abord protéger le nouveau lieu puis déménagement. Il crée une pierre à aiguiser qui tourne grâce à une ficelle.

            Mai : le tremblement de terre a changé la place du navire. Il va en récupérer le plus possible.

            Juin : il tombe malade et croit mourir. Il se rend compte qu’il n’a jamais prié Dieu et lit la Bible. Il se met à croire en la Providence.

            Juillet : il croit en Dieu et lit la Bible. Il se repent et remercie Dieu. Il explore pour la première fois l’île et y trouve beaucoup de fruits. Il aimerait déménager mais ne veut pas s’éloigner de la mer.

            Août : fortes pluies. La chatte a des petits qu’il est forcé de tuer afin de ne pas être submergé. Il a creusé profondément dans la roche et y a fait une sortie.

            Septembre : un an sur l’île. Il jeûne.

            Il continue à explorer. Il connaît le cycle des pluies. Il a réussi à se faire des paniers. Il croit toujours qu’il peut être sauvé. Il fait le tour de l’île, il s’y perd parfois. La cabane est devenue son « chez lui ». Il continue de prier Dieu et de le remercier. Il a pris un perroquet et un chevreau comme compagnons. Il cherche à concevoir du pain et les outils nécessaires. Il n’est toujours pas plus sage : la pirogue qu’il a construite ne va pas à l’eau. Nouvelle exploration de l’île avec une pirogue plus petite. Il a eu peur car un courant l’a éloigné de l’île mais il arrive à la regagner. Il est réveillé par son perroquet qui l’appelle par son nom. Il abandonne l’idée de parcourir l’île avec la pirogue. Il se perfectionne dans ses travaux. Il découvre une trace de pas qui lui fait peur. Il hallucine et cherche une explication logique. Il vit dans la peur pendant un moment. Il découvre que les sauvages font leurs rites cannibales sur la rive opposée de l’île. Il veut d’abord les tuer mais il se demande de quel droit il se fait leur juge puis décide de ne rien faire sauf s’ils s’attaquent à lui. Malgré ses bonnes résolutions, il a quand même peur et cherche une nouvelle caverne, qu’il trouve. Il évite de faire de la fumée qui pourrait indiquer sa présence. Il a eu peur d’un vieux bouc mourant. Il explore la caverne et en fait une demeure plus sécurisée. Un matin, il voit des sauvages sur son côté de l’île ce qui le terrifie. Il a de nouveau ses envies de massacre après avoir vu les restes du « dîner ». Il trouve un navire naufragé dans la nuit. Pas âme qui vive. Cela le déprime, il veut quitter l’île. Il ne pense à rien d’autre. Il veut capturer des sauvages pour les rendre esclaves et les forcer à le faire quitter l’île. Mais il ne vient pas de sauvages. Il voit des sauvages et en sauve un d’une mort certaine. Il l’appelle Vendredi et tente de lui apprendre quelques mots. Vendredi est, de son plein gré, son esclave. Il éduque Vendredi, il lui apprend tout ce qu’il sait et lui fait découvrir Dieu. Vendredi pourrait l’emmener sur son île car il y a des hommes blancs aussi. Il ne veut pas quitter Robinson. Ils préparent un canot ou plutôt un petit bateau à voile pour quitter l’île. Vendredi arrive épouvanté car des sauvages sont sur la plage. Il est prêt à combattre. Robinson est aussi prêt mais à nouveau arrêter par ses idéaux. Ils se lancent à l’attaque quand ils constatent qu’un espagnol est prisonnier. Ils en tuent beaucoup, seulement quatre s’échappent et l’un d’eux est blessé. Vendredi retrouve son père. Il soigne les deux prisonniers qui deviennent un peu comme Vendredi ses esclaves. Il se dit le roi de l’île. Le père de Vendredi assure que personne ne reviendra. Il promet son aide sur sa terre. Robinson veut l’aide des seize autres espagnols mais a peur d’être trahi. Ils vont devoir jurer fidélité. Ils prévoient une plus grande culture pour accueillir les hommes. Un bateau anglais arrive avec des prisonniers. Robinson les délivre : c’est un capitaine de bateau qui a subi une mutinerie. Ils veulent reconquérir le bateau pour rentrer. Une deuxième troupe d’hommes arrivent pour retrouver leur compagnon. Robinson ne sait que faire pour les empêcher d’abandonner. Il leur tend un piège en faisant répondre Vendredi et Capitaine. Ils attrapent les autres hommes. Robinson ne se montre pas. Les hommes lui jurent fidélité par l’intermédiaire du commandant. Ils vont l’aider à récupérer le navire. Le navire est récupéré. Robinson rentre en Angleterre après 35 ans d’absence dont 28 sur l’île. Arrivée en Angleterre, il n’a rien. Il part pour Lisbonne afin d’avoir des nouvelles de sa plantation. Vendredi l’accompagne toujours. Il retrouve son ami le capitaine qui lui assure que sa plantation va bien et qu’il pourra la récupérer. Il veut d’abord mettre ses biens en sécurité en Angleterre avant d’aller s’installer au Brésil. Il a peur de prendre le bateau : les deux navires qu’il a quittés ont été perdus. Il décide de faire route pour la terre. Ils trouvent un guide qui leur fait traverser les Pyrénées. Il y a une attaque de loup. Vendredi en tue un, l’autre s’enfuit. Vendredi tue un ours à lui seul. Des loups s’attaquent à eux, ils arrivent à les faire fuir. Il arrive en vie en Angleterre. Il décide de vendre sa plantation. Il se marie, reçoit trois enfants, il retourne dans son île qu’il gouverne toujours. Il la rend habitable.

Publié dans 18e siècle

Commenter cet article

Bikki 25/02/2012 11:17


Il est trop long !!!!