Hugo - Les Misérables (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Les misérables d’Hugo

Personnages principaux

  • Le narrateur
  • M Charles François Bienvenu Myriel, évêque de Digne, Monseigneur Bienvenu
  • Mlle Baptistine, sœur de M Myriel
  • Mme Magloire
  • G.
  • Jean Valjean, le père Madeleine, Ultime Fauchelevent, M Leblanc
  • Petit-Gervais
  • Fantine
  • Félix Tholomyès
  • M Thénardier, Jondrette
  • Mme Thénardier
  • Eponine Thénardier
  • Azelma Thénardier
  • Cosette, Euphrasie, fille de Fantine, Mlle Lanoire
  • Javert
  • Le père Fauchelevent
  • Champmathieu
  • Sœur Simplice
  • Mère Innocente
  • Gavroche Thénardier
  • Mme Burgon, Mame Bougon
  • M Marius Pontmercy
  • M Georges Pontmercy
  • M Luc-Esprit Gillenormand
  • Mlle Gillenormand
  • M Mabeuf
  • La mère Plutarque
  • Théodule Gillenormand
  • Courfeyrac
  • Enjolras
  • Grantaire
  • Bossuet, Laigle
  • Magnon
  • Brujon
  • Babet
  • Gueulemer
  • Mme Toussaint
  • Montparnasse
  • La mère Hucheloup
  • Claquesous, Le Cabuc

Résumé par livres et parties

Livre 1 : Fantine

Partie 1 : Histoire de M Myriel devenu évêque de Digne. Beaucoup de rumeurs courent sur lui. Présentation de Baptistine et de Mme Magloire qui l’accompagnent. Visite de l’hôpital et échange de maison : il donne le palais épiscopal et prend le petit hôpital. Il donne tout ce qu’il a malgré ce que disent les mauvaises langues. Il est appelé Monseigneur Bienvenu par les pauvres car il se ruine pour aider les autres. Il fait toujours ses tournées même sans argent et réussit à convaincre tous les villageois d’être bons grâce à des exemples bien choisis et  proches d’eux. Monseigneur Bienvenu ne s’attache qu’à la loi de Dieu, il critique l’hypocrisie, la vanité… l’exécution à laquelle il a assistée lui a fait beaucoup de mal. Il sait très bien consoler les familles touchées par la mort. M Myriel consacre sa vie à sa tâche d’évêque, ses seuls passe-temps sont le jardinage et l’écriture. Sa vie privée est aussi ordonnée que sa vie publique : il fait passer son propre intérêt au second plan. Description de la maison et de son mobilier. Tout y est assez pauvre. Sa seule richesse consiste en six couverts d’argent et deux chandeliers également en argent. Sa maison n’est jamais verrouillée, elle est gardée par Dieu. Anecdote de la foi de Monseigneur Bienvenu. Il a fait son office seul malgré la menace que représentait Cravatte et sa bande au point que celui-ci a rendu ce qu’il avait volé.  Il montre bien qu’il ne faut pas avoir peur quand on croit en Dieu. Baptistine fait l’éloge de son frère dans la lettre à son amie. Elle et Mme Magloire ont appris à lui faire confiance et à le servir sans discuter. Elles savent que le jour qui marquera la fin de M Myriel marquera aussi la leur. M Myriel est allé aux côtés du conventionnel G. pour l’assister dans la fin de sa vie. Il a beaucoup de préjugés qui lui font détester cet homme. La conversation de celui-ci le bouleverse dans ses croyances. Les gens n’ont pas compris pourquoi l’évêque s’était donné la peine d’aller voir G.  Monseigneur Bienvenu n’est pas apprécié par les autres évêques car il rejette le luxe pour être proche de son peuple. Il a renié Napoléon lors de sa chute ce qui semble, pour le narrateur, être une faute. M Myriel se sent seul, c’est le seul évêque qui n’est pas entouré par des prêtres et autres hommes du clergé. En effet, il n’a pas d’ambition et ne peut donc pas les pousser ce qui fait que les jeunes le fuient. L’évêque est tout en douceur et inspire un grand respect. Ses journées sont bien remplies et il profite de la nuit pour aller méditer dans son jardin. Il ne cherche pas à comprendre Dieu juste à s’en rapprocher. Le narrateur tient à préciser que Monseigneur Bienvenu n’est pas un hérétique. Il veut juste aider les pauvres sans chercher à comprendre pourquoi ni comment : il donne ce qu’il a et c’est déjà suffisant.

Partie 2 : Arrivée de Jean Valjean à Digne. Il est rejeté de partout à cause de son passeport malgré le fait qu’il a de quoi payer. Il se résigne à passer la nuit dehors sur un banc quand la marquise de R. lui montre une porte à laquelle il doit aller frapper. Description de ce qui se passe chez l’évêque pendant que Jean Valjean erre dans Digne. Mme Magloire parle de lui et supplie l’évêque de remettre les verrous sur la porte pour ne pas laisser entrer n’importe qui. A ce moment-là, on frappe vivement à la porte et l’évêque dit d’entrer à l’inconnu. Jean Valjean entre et, sans cacher son identité, demande à manger et un lit. L’évêque lui offre tout cela sans chercher à comprendre. Jean Valjean est ému du respect qu’on lui témoigne. C’est jour de fête : on a sorti, pour l’invité, les chandeliers et l’argenterie. La soirée est racontée par Baptistine dans une de ses lettres à son amie. Son frère a tout fait pour faire oublier à l’homme qui il était. Elle a été choquée que Jean Valjean relève leur pauvreté. L’évêque mène le forçat à sa chambre. Celui-ci a un mouvement un peu effrayant qui laisse Monseigneur Bienvenu de glace. A minuit, tout le monde dort dans la maison. Le narrateur nous raconte le passé de Jean Valjean. Il a été au bagne pour avoir volé un morceau de pain. Il en est sorti impassible et sombre. Description de l’âme de Jean Valjean qui est devenue de plus en plus noire au fil des années au bagne. Il a pris en haine la société et la providence c’est pourquoi il est dangereux. Il a une force physique incroyable. Un homme se noie, il est tombé d’un navire, personne ne l’aide. Son âme plonge dans l’abime et personne ne peut l’éviter. Est-ce une comparaison avec l’âme de Jean Valjean ? Jean Valjean a compris que liberté ne voulait pas dire innocence. Il se sent volé par la société à cause de son passeport jaune, cela amplifie sa haine. Jean Valjean se réveille en pleine nuit. L’argenterie qu’il a vue le perturbe, il sait qu’elle vaudra cher. Il a des hésitations. Il se rend compte en sortant de la chambre que l’évêque n’a pas fermé la porte. Jean Valjean vole l’argenterie. Il a été stupéfait par l’auguste visage de l’évêque dans son sommeil sans en être, pour autant, détourné de son méfait. Mme Magloire est interdite car Jean Valjean a volé l’argenterie. L’évêque a plus l’air affligé par ses fleurs écrasées. Les gendarmes amènent le voleur mais l’évêque le défend et lui donne même les deux chandeliers. Il dit à Jean Valjean qu’il a acheté son âme pour Dieu. Jean Valjean est complètement retourné par ce qui s’est passé avec l’évêque. Il vole quarante sous à Petit-Gervais sans s’en rendre compte. Il réagit qu’il est un misérable et qu’il doit changer de vie.

Partie 3 : Description de l’année 1817 sur le plan politique, social, mondain et littéraire. Présentation de Fantine et de ses amies. C’est une fille sage qui vit sa première passion amoureuse pour Félix Tholomyès. Elle espère le grand amour alors que les autres jouent le jeu de la séduction. Quelle est cette surprise préparée par les quatre parisiens pour leur maitresse ? Description des amis lors de leur sortie. Fantine est belle mais a quelque chose de virginal dans le regard. Cela ne l’empêchera pas de tout donner à Tholomyès. Le groupe resplendit de bonheur. Ils sont à Saint-Cloud. Fantine est toujours aussi discrète. Une de ses amies demande la surprise. Les amis s’installent pour manger en fin de journée. Le rapport de police dit au roi qu’on n’a rien à craindre des faubouriens ce que le narrateur contredit, il faut se méfier des apparences. Favourite, amie de Fantine, dit adorer son amant et pourtant elle avoue être amoureuse de son voisin car Blachevelle est pingre et qu’elle veut mener la grande vie. Tholomyès conseille d’abord la sagesse à ses amis. Il fait l’éloge des quatre femmes sans insister sur Fantine qui est pourtant sa maitresse. Ensuite, il prône l’allégresse et embrasse Favourite au lieu de Fantine. L’avis de Tholomyès semble le plus important sur tous les sujets. Les filles vont enfin avoir leur surprise. Les quatre amants partent. La surprise est la lettre de rupture laissée à leur maitresse. Les trois amies de Fantine en rient mais une fois seule, cette dernière pleure : elle a eu une petite fille de Félix.

Partie 4 : Description de l’auberge des Thénardier. Fantine passe avec Cosette, elle doit la laisser pour trouver du travail. Elle voit les Thénardier comme des hommes bons car leurs filles sont heureuses et soignées. Ils se servent de ça pour payer leurs dettes. Présentation des Thénardier qui n’ont rien d’aimable contrairement à l’image donnée à Fantine. Lui est un ancien soldat, elle est une mégère qui lit des romans à ‘eau de rose. Cosette est maltraitée d’autant plus que sa mère ne paye pas régulièrement. Elle, si jolie et si douce, est devenue laide et hargneuse. On l’appelle l’Alouette dans le village.

Partie 5 : Fantine arrive à Montreuil-sur-mer qui a prospéré depuis son départ grâce à un homme qui a sauvé les enfants du capitaine de gendarmerie le soir de son arrivée. Le narrateur nous raconte l’ascension de M Madeleine jusqu’au poste de maire. Il est bon pour tous, il n’y a plus de pauvre grâce à lui. Sa seule exigence ce sont les bonnes mœurs de ses ouvriers. M Madeleine semble toujours triste et pourtant donne sans compter. Beaucoup de rumeurs circulent sans arrêt sur lui. Il a beaucoup d’esprit qu’il cultive toujours grâce à la lecture qui semble être son seul loisir. M Madeleine porte le deuil de l’évêque de Digne qui est mort aveugle mais heureux. M Madeleine est en fait Jean Valjean ? Il cherche Petit-Gervais pour payer sa dette ? Présentation de Javert. C’est un policier extrême. C’est le seul qui ne voue pas un respect inconditionnel à M Madeleine. Il soupçonne quelque chose de louche dans son passé. M Madeleine ne se préoccupe pas de lui.  Fauchelevent est coincé sous sa charrette, il va être écrasé d’un moment à l’autre. M Madeleine le sort de là en soulevant la charrette sous l’œil attentif de Javert qui a dit ne connaitre qu’un forçat capable de faire ça. Javert n’a du respect pour M Madeleine que parce qu’il est maire. La ville est prospère. Personne ne se souvient de Fantine. Elle travaille dans une fabrique de M Madeleine. Fantine travaille depuis un an dans l’atelier quand Mme Victurnien découvre qu’elle a une fille et la fait renvoyer. Elle n’a plus de quoi payer les Thénardier. M Madeleine n’est même pas au courant de la situation. Fantine apprend à vivre dans l’indigence et l’inconsidération. Fantine en arrive à détester M Madeleine car elle lui reproche sa condition. Elle vend ses cheveux, ses dents et même son corps pour pouvoir payer les Thénardier qui en demandent toujours plus. Son état de santé s’aggrave mais elle ne pense qu’à sa fille. Le narrateur compare la prostitution à l’esclavage. Seul Dieu peut sauver ces femmes malheureuses. Description des élégants de Montreuil-sur-mer. L’un d’eux s’attaque à Fantine, elle se transforme en furie. Javert l’arrête et lui demande de le suivre. Elle se calme dès qu’elle le reconnait. Javert veut envoyer Fantine en prison. Elle le supplie en racontant son histoire ? M Madeleine s’oppose à Javert. Celui-ci vit très mal l’affront. Fantine a du mal à croire que l’homme qu’elle hait est celui qui va lui sauver la vie, la rendre riche et lui ramener sa Cosette. Elle s’évanouit.

Partie 6 : Fantine est gravement malade M Madeleine fait tout pour qu’elle reçoive les meilleurs soins. Qu’a écrit Javert dans sa lettre pour Paris ? Les Thénardier ne veulent pas lâcher Cosette maintenant que Fantine paye. M Madeleine promet d’aller la chercher lui-même s’il le faut. Javert rend visite à M Madeleine, il demande à être chassé car il a trahi le maire. Il l’a accusé d’être Jean Valjean mais cela ne se peut pas car un certain Champmathieu a été arrêté et reconnu comme étant Jean Valjean. M Madeleine ne veut pas destitué Javert.

Partie 7 : Sœur Simplice est une bonne sœur qui ne ment jamais. M Madeleine a un comportement surprenant. Tous pensent que c’est à cause de l’état de Fantine qui empire. M Madeleine loue un cheval rapide à Maitre Scaufflaire. Il lui donne même l’argent de l’achat au cas où. Il se rend à Arras, ville où Champmathieu se fait juger ? Tout le monde trouve l’attitude du maire étrange. M Madeleine passe une nuit blanche se demande s’il doit révéler sa véritable identité ou rester caché. Il a du mal à envisager de retourner au bagne mais également de vivre en laissant quelqu’un vivre ce qu’il ne veut pas vivre lui semble impossible. Il n’arrive pas se décider sur ce qui est le mieux. M Madeleine finit par s’endormir et fait un rêve. L’arrivée du cabriolet le sort de sa stupeur. Il décide de descendre. A-t-il fait son choix ? M Madeleine se rend à vive allure à Arras. Il rencontre beaucoup d’obstacles sur sa route qui lui font perdre du temps surtout qu’il ne connait pas l’heure du procès. Il veut voir ces contretemps comme une intervention divine. Fantine attend M Madeleine qui ne vient pas. Sœur Simplice qui ne sait pas mentir lui dit qu’il est parti. Fantine est persuadée qu’il est allé chercher Cosette. Son état s’améliore grâce au bonheur de voir sa fille. Arrivé à Arras, M Madeleine prévoit déjà son retour pour la nuit même. Il se rend au tribunal. Il passe par beaucoup d’émotions mais persévère pour entrer même s’il n’a toujours pas pris sa décision quant à ce qu’il doit faire. Sa notoriété lui permet d’entrer dans la salle du tribunal. Il commence d’abord par fuir puis se retrouve sans trop savoir comment derrière le président. Il ne sait toujours pas quoi faire. A la fatigue morale s’ajoute la fatigue physique. Il se sent aspiré dans ses souvenirs. Il ne veut jamais revivre ça. Il s’installe de sorte à voir sans être vu. Champmathieu est dans une posture difficile car tout le monde admet qu’il est Jean Valjean même son avocat. L’avocat général donne la parole à Champmathieu qui répète ne rien comprendre à cette affaire. On fait à nouveau témoigner les trois forçats qui ont côtoyé Jean Valjean qui confirment leurs dires. Intervention de M Madeleine. Il révèle sa véritable identité qu’il doit prouver car on le croit fou. Personne ne l’arrête malgré la certitude qu’il est le forçat recherché. Champmathieu va être libéré ?

Partie 8 : Fantine, malgré une nuit agitée, est paisible. Retour du maire. Sœur Simplice est surprise car ses cheveux sont blancs. Il se rend au chevet de Fantine. Fantine demande sa fille. Elle accepte toutes les conditions du médecin. Elle est rayonnante et parle de son avenir avec Cosette. Elle s’arrête, effrayée, et M Madeleine voit Javert. Champmathieu a été libéré mais l’avocat général ne veut pas perdre la face et demande l’arrestation de M Madeleine qui est en réalité Jean Valjean. Javert va s’en charger et il en est très fier cela se voit dans son attitude. Javert vient arrêter Jean Valjean qui lui demande trois jours pour aller chercher Cosette. Javert est impassible. Quand Fantine comprend qu’elle a été trompée, elle meurt sous le choc. Jean Valjean se recueille à ses côtés, lui murmure quelque chose à l’oreille et se rend à Javert. Tout le monde abandonne M Madeleine. Jean Valjean réussit à fuir, il confie sa vie à Sœur Simplice qui ment pour la première fois afin de le protéger. Fantine est enterrée dans la fosse commune et Jean Valjean a fuit Montreuil-sur-mer.

Livre 2 : Cosette

Partie 1 : Le narrateur a parcouru beaucoup de kilomètres et arrive sur le champ de bataille de Waterloo. Description de Hougomont et des marques laissées par la bataille de Waterloo à ce village et ses environs. Le narrateur revient en 1815 et fait quelques hypothèses sur les raisons de la défaite de Napoléon : vieillesse ? Pluie ? Il ne veut pas prendre le rôle d’historien mais ce passage est nécessaire pour la suite. Description du terrain où s’est jouée la bataille de Waterloo le 18 juin 1815. Le narrateur sous-entend que Napoléon n’avait aucune chance ? Le narrateur présente le plan de Napoléon qui était bon mais avec la pluie et le plan de ses adversaires, il n’a pas été efficace. Le narrateur va s’attarder sur un moment précis de la bataille. Il raconte comment la bataille tournait en faveur de Napoléon qui avait fait reculer les Anglais. Ce jour-là, Napoléon était d’une humeur très joyeuse, ce qui était rarement le cas. Description d’un ravin caché très dangereux. Napoléon était sûr de lui, il ne s’imaginait pas que le destin puisse le perdre. Comme Wellington reculait, il se voyait déjà l’écraser et rentrer victorieux à Paris. Pour le narrateur, Napoléon ne pouvait pas gagner, il était trop important et gênait Dieu. C’est le ravin caché qui a apporté la défaite malgré l’éclat de l’armée française. La bataille entre les deux armées est sanglante et violente. L’armée française malgré ses nombreuses pertes est donnée victorieuse à ce moment-là. Le hasard a voulu que les renforts de Wellington arrivent à temps ce qui a changé le cours de la bataille. Les renforts anglais repoussent l’armée française et la déciment. Ney a voulu mourir sur le champ de bataille. C’est la débandade, aucun chef de l’armée française n’arrive à réunir ou même à contrôler les soldats. Tous fuient et tuent même leurs amis pour fuir plus vite. On aperçoit même Napoléon qui fuit dans une rêverie troublée. C’était son destin de perdre à Waterloo. Il reste un carré de l’armée française dirigée par Cambronne qui résiste malgré les assauts anglais. Les anglais leur demandent de se rendre ce à quoi Cambronne répond : « Merde ! ». Le narrateur fait de Cambronne le vrai vainqueur de Waterloo car avec sa parole, il s’est rebellé contre le destin et a marqué l’histoire. Le narrateur dit que Waterloo était un massacre où deux figures contraires ont été mises en présence par le destin. Pour lui, ce n’est pas Wellington le héros mais l’armée anglaise. Pour le narrateur, Waterloo était une contre-révolution mais la révolution étant un progrès elle ne s’est pas arrêtée à Waterloo et a continué dans une autre mesure. Waterloo marque la fin de l’Empire, le retour à la monarchie avec la restauration. Napoléon est exilé mais le peuple le cherche encore. Après la bataille, il y a toujours des pillards. On assiste à une scène de vol d’un rodeur qui est en fait Thénardier. Il sauve la vie à Pontmercy même s’il l’a dépouillé. Le pillage était passible de mort.

Partie 2 : Jean Valjean a été repris après avoir retiré de l’argent qu’on n’a pas retrouvé. Il a été condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il n’a pas essayé de se défendre. Montreuil-sur-mer a coulé après la disparition de son maire emblématique. Anecdote de Boulatruelle, ancien forçat, qui a fouillé les bois de Montfermeil retrouver l’argent laissé par Jean Valjean qu’il a reconnu pour avoir été au bagne avec lui. Histoire des superstitions du village.  Le navire L’Orion est en réparation à Toulon. Un matelot tombe du navire et est suspendu dans le vide. Il est promis à une mort certaine. Un forçat, Jean Valjean, se libère d’un seul coup de marteau et lui sauve la vie. Il tombe à l’eau en voulant retourner à son poste : accident et mort ou fuite ?

Partie 3 : Retour à Montfermeil. Cosette y est toujours, elle est l’esclave des Thénardier. Les Thénardier ont eu un fils qu’ils n’aiment pas. Description des Thénardier, tout le monde voit la femme comme le maitre de la maison, il n’en est rien. M Thénardier est le maitre invisible et sournois. Ils sont ruinés en cette année 1823. Cosette est maltraitée par ces deux natures si différentes et pourtant complémentaires. Cosette craint toujours de devoir aller chercher de l’eau à la source pendant la nuit car celle-ci est assez loin. Un soir elle est obligée d’y aller, elle est terrifiée. Cosette est en extase devant une poupée de la boutique située en face de l’auberge. Elle en oublie sa commission jusqu’à ce que la Thénardier la menace. Cosette se rend à la source dans la forêt. Elle est terrifiée car il fait nuit noire. Elle perd sans s’en rendre compte l’argent pour acheter le pain. Elle a plus peur de la Thénardier que de la nuit. Un homme l’aide à porter le seau d’eau, elle n’a pas peur de lui. L’inconnu qui aide cosette semble être un misérable. Il est descendu à Paris puis s’est rendu à Montfermeil. Il est allé dans les bois comme s’il cherchait quelque chose. Cet inconnu est-il Jean Valjean ? L’inconnu demande des renseignements sur Cosette et sur sa vie. Ce qu’il entend ne lui plait pas. Il va aller se loger à l’auberge des Thénardier. La Thénardier ne supporte pas cet homme riche qui fait de Cosette une princesse et qui lui offre une poupée magnifique alors que ces filles qu’elle chérit n’ont pas aussi bien. Cosette voit en cet homme un sauveur. Le Thénardier n’est pas gêné par l’homme, il veut juste le ruiner. L’inconnu prend Cosette avec lui. Il paye les dettes des Thénardier pour cela. Il offre des vêtements neufs et chauds à Cosette. Elle est contente de quitter l’auberge et connait le bonheur pour la première fois. Thénardier regrette de ne pas avoir soutiré plus d’argent à l’inconnu. Il part à leur recherche. Une fois qu’il les a trouvés, il veut faire peur à l’inconnu sans succès. Il ne reçoit rien de plus. Il a peur de cet homme et retourne à l’auberge abandonnant l’idée de le suivre. Le narrateur nous confirme que l’inconnu est Jean Valjean. Il nous raconte brièvement son parcours depuis son évasion. Il rentre à Paris avec une Cosette, épuisée, endormie sur ses épaules.

Partie 4 : Description d’un quartier pauvre et reculé de Paris ainsi que de la masure Gorbeau. Jean Valjean a élu domicile dans la masure Gorbeau qui est un taudis. Cosette ne met pas longtemps à se souvenir de son bonheur à son réveil. Jean Valjean la regarde avec beaucoup de bienveillance. Ils vivent heureux à l’écart sans se poser de questions. Jean Valjean et Cosette ont appris à aimer au contact de l’autre et cela leur était nécessaire et s’est révélé bénéfique : elle a un père et lui une raison de continuer à faire le bien. Il lui apprend à lire. Ils vivent surtout la nuit et de façon très prudente. Ça commence à jaser. La vieille propriétaire qui leur loue la chambre épie Jean Valjean. Elle se pose des questions sur le billet de 1000francs et fouille la redingote de celui-ci pendant qu’elle fait le ménage. Jean Valjean fait l’aumône à un mendiant. Il croit avoir vu Javert. Quelques soirs plus tard, un homme passe près de sa chambre. La vieille propriétaire lui dit qu’il y a un nouveau locataire. Jean Valjean sort alors en plein jour avec Cosette, il fait tomber une pièce d’argent.

Partie 5 : Le narrateur, auteur, s’excuse si le Paris qu’il décrit a changé, il est en exil et n’a pas vu les changements. Jean Valjean fuit à travers Paris avec Cosette sans savoir où il va. Il est suivi par des hommes de la police dont l’un est effectivement Javert. Jean Valjean profite de l’indécision des hommes qui le suivent pour fuir. Il traverse Paris et se rend rive droite, il pense être tranquille quand il revoit les quatre hommes qui le cherchent. Il se faufile dans une petite rue en espérant ne pas avoir été vu. Il est poursuivi dans les rues de Paris. Il se retrouve dans une impasse : derrière lui, Javert été ses hommes ; devant lui une sentinelle et sur le côté un mur qui fait barrage. Il est désespéré. Jean Valjean commence à examiner tout ce qu’il y a dans la rue pour trouver un moyen d’évasion. Cela n’est pas très concluant. Jean Valjean réussit à monter le mur avec Cosette grâce à ses ruses de forçat. Il était temps car Javert arrive à ce moment-là. Cosette n’a rien dit par peur de la Thénardier. Ils arrivent dans un jardin désert où ils se cachent. Ils entendent Javert et sa troupe ratisser les environs puis des chants qu’ils pensent venir d’anges. Ils tombent à genoux dans un moment de communion divine. Il donne sa redingote à Cosette pour la réchauffer et la rassure. Il explore, seul, le jardin. Il voit quelque chose qui l’épouvante à travers une fenêtre : un corps mort couché sur le sol ? Jean Valjean rejoint Cosette. Elle dort ? L’homme au grelot fait peur à Jean Valjean jusqu’à ce qu’elle se rende compte que Cosette est glacée et qu’elle respire faiblement. A ce moment-là, il ne pense plus qu’à la sauver. L’homme dans le jardin est en fait le père Fauchelevent. Il reconnaît Jean Valjean comme étant M Madeleine. Ils sont dans un couvent. Le père Fauchelevent accepte de les aider malgré les conditions étranges qui lui sont imposées. Javert a été promu à Paris après l’arrestation de Jean Valjean. Il a beaucoup hésité car les Thénardier, après avoir parlé de vol d’enfant, ont dit l’avoir confiée à son grand-père. Il a beaucoup hésité à appréhender Jean Valjean et une fois sûr de l’avoir pris il a voulu jouer et il a perdu.

Partie 6 : Description du couvent Petit-Picpus où est entré Jean Valjean lors de sa fuite. Aucun profane n’est autorisé à y entrer. Le narrateur va pourtant essayer d’y mener le lecteur. Explication des règles de vie des sœurs du couvent de Petit-Picpus, ces règles sont vraiment dures. Elles ont rendu quelques sœurs folles. Suite de la description des sévérités vécues au couvent ainsi qu’au pensionnat de jeunes filles qui y est accolé. Il y a aussi de la gaité grâce aux récréations où des petites filles viennent jouer. Réunion de quelques mots d’enfants qui font sourire. Les sœurs ont quelques distractions surtout interdites : lecture, manger des fruits, écouter avec plaisir un homme qui chante et chercher à savoir qui il est. Description du petit couvent qui réunit toutes sortes de religieuses. L’église est ouverte au public mais les religieuses sont placées afin qu’on ne les voie pas et qu’elles ne voient rien. Description de quelques sœurs. Les pensionnaires sont mieux logées que les sœurs. Description de l’emplacement du couvent dans de très vieilles rues parisiennes. Le narrateur s’attarde sur une centenaire qui a vécu au petit couvent. Le narrateur nous raconte la création du couvent rue du Temple qui est très différent de celui de Petit-Picpus. Le couvent est au XIXe siècle en train de mourir : il y a moins de sœurs à cause de la crise de l’église. Le narrateur veut raconter en disant la vérité et en dénonçant l’hypocrisie.

Partie 7 : D’après le narrateur, le couvent et donc la religieuse est pour l’homme le filtre qu’il pose sur l’infini du monde. Le narrateur explique la fin des couvents par le fait qu’ils empêchaient le progrès. Critique de l’église qui cherche à détourner les faits. Il faut combattre le monachisme qui crée des parasites. Il faut éclairer l’ombre sans être extrême car la vérité est le juste milieu.  Le couvent pourrait être un lieu idéal basé sur la république et sa devise : liberté, égalité et fraternité mais il semble y avoir un problème : l’activité des couvents. La prière est un souci car elle entretient le miracle alors que le progrès veut qu’on l’explique. Le narrateur n’est pas contre la communication avec Dieu mais elle doit avoir un sens d’après lui. Il n’est pas pour une façon de prier, toutes sont bonnes tant qu’elles sont sincères. Il critique les philosophies athées et nihilistes. Il prouve l’existence de Dieu. Le couvent est un lieu de contradiction dont on peut critiquer certains aspects sans jamais se moquer. Le narrateur admire la foi des sœurs car il ne l’atteint pas comme elles.

Partie 8 : Le père Fauchelevent décide d’aider Jean Valjean qu’il croit toujours être M Madeleine peu importe comment. Jean Valjean veut rester au couvent. Le père Fauchelevent lui explique que pour y rester il faut qu’il y entre avec l’autorisation des sœurs. Fauchelevent est demandé par la mère Innocente. Il lui fait part de ses difficultés et demande à celle-ci s’il peut recevoir l’aide de son frère. Elle ne répond rien mais lui demande une barre de fer comme levier. La révérende mère, mère Innocente, veut que Fauchelevent enterre la mère Crucifixion sous l’autel alors que c’est interdit par les lois de salubrité. Il va s’occuper du cercueil vide. Mère Innocente dit à Fauchelevent de faire venir son frère et sa fille c’est-à-dire Jean Valjean et Cosette. Le père Fauchelevent dit à Jean Valjean que tout est arrangé, il faut juste le faire sortir. Jean Valjean va prendre la place de la sœur morte. Fauchelevent hésite, il a peur que quelque chose tourne mal mais il n’y a pas d’autre solution. Le plan marche à merveille jusqu’à l’arrivée au cimetière. Le fossoyeur que connaissait Fauchelevent est mort. Il ne sait pas comment il va pouvoir Jean Valjean de la bière. Jean Valjean, enfermé dans le cercueil, a confiance. Il sait que tout finira bien. Lorsqu’il entend la terre le recouvrir, il perd connaissance. Fauchelevent réussit à se débarrasser du fossoyeur en lui volant sa carte. Celui-ci, par peur de l’amende, s’en va. Fauchelevent libère Jean Valjean, il a eu très peur car il l’a cru mort. Jean Valjean et Cosette sont acceptés au couvent. Fauchelevent a gagné l’admiration de tous à Paris comme à Rome mais il n’en sait rien. Ils vivent heureux dans le couvent et Jean Valjean redevient bon. Il compare souvent le bagne au couvent et réalise que tout ce qu’il a fait pour sortir de l’un il l’a refait pour entrer dans l’autre.

Livre 3 : Marius

Partie 1 : Description des gamins de Paris qui courent dans les rues mais sont innocents dans l’âme. Le gamin de Paris est quelqu’un d’enjoué, qui connait bien la capitale et aime y jouer car les rues, c’est la liberté. Le gamin de Paris a un gout littéraire peu académique. Le narrateur compare celui-ci à Rabelais enfant. Il n’y a que Paris pour accepter badauds et gamins. Les gamins en devenant adultes peuvent devenir dangereux ? Les gamins aiment aussi flâner en solitaire dans les environs de Paris. Description de ces environs. Les gamins de Paris, même vagabonds, ne tombent pas dans le vice et le gouvernement a besoin d’eux sans qu’on sache pourquoi. Le narrateur explique que n’est pas gamin qui veut : il faut assister aux exécutions, être capable de grimper partout, être fort,… Le gamin a pour ennemi direct les sergents de la ville, il doit tous les connaitre. Il n’y a que deux choses qu’il veut sans les atteindre : renverser le gouvernement et recoudre son pantalon. Beaucoup d’hommes célèbres étaient des gamins de Paris. Ils jouent beaucoup parce qu’ils sont malheureux. Paris contient toutes les grandes villes et l’histoire. Le narrateur sous-entend que la guillotine est nécessaire ? Paris semble être le centre du monde : elle fait la mode mais c’est aussi elle qui amorce le progrès et la liberté avec la Révolution. Ce sont les faubouriens, représentés par les gamins, qui font la race parisienne, cette même race que les philosophes ont voulue éclairer pour aider le progrès. Présentation de Gavroche qui est un gamin de Paris. Il a des parents mais est quand même orphelin car il est mieux dans la rue. Il vit à la maison Gorbeau. Ses parents sont les Thénardier ?

Partie 2 : Présentation de M Gillenormand, vieillard étrange et pauvre. Il bat sa fille et considère qu’il a du discernement en toute chose. Description de son appartement. C’est un homme de gout resté bloqué au temps du Directoire. C’est un homme sans-gêne qui critique tout et parle de façon inappropriée même devant les femmes car il pense avoir du génie. Il espère vivre cent ans mais a en horreur la révolution et espère ne jamais devoir en revivre une. Il a dû ruser pour ne pas être guillotiné. Il est pauvre car il a laissé sa femme gérer sa fortune alors qu’il la délaissait. Il ne tient pas compte des gens qui l’entourent : les serviteurs portent le nom de leur région d’origine et les servantes s’appellent toutes Nicolette. C’est malgré tout un homme bon qui accepte de payer pour l’éducation de deux garçons qui ne sont pas de lui mais à l’une de ses servantes qui a été renvoyée. Son plus grand désespoir est d’avoir un gendre qui a été soldat sous Napoléon. Il a gardé les habitudes du XVIIIe siècle ce qui explique qu’il ne reçoit personne avant cinq heures du soir. Présentation de Mlle Gillenormand, fille ainée de Luc-Esprit qui vit toujours avec lui et entretient la maison. C’est une vieille fille très prude et douce. Ils vivent aussi avec Marius, fils de la deuxième fille de M Gillenormand, elle-même décédée.

Partie 3 : M Gillenormand est reçu voire sollicité dans tous les salons royalistes car il a de l’esprit. Il vient toujours accompagné de sa fille et de son petit-fils que tous trouvent mignon et plaignent car fils d’un capitaine de Napoléon. Présentation du parcours militaire de Georges Pontmercy et de sa déchéance. Il vit à Vernon, fier de son passé mais enfermé dans son jardinage. Il est le père de Marius qu’il a laissé à M Gillenormand afin d’éviter qu’il ne soit déshérité. Marius est un enfant triste et grave car il a grandi au milieu des ultras. Le narrateur nous donne une idée précise de leurs opinions. Il fait son droit et grandit tout en contradiction sans réellement apprécier ni aimer personne. Marius est appelé auprès de son père car il est mourant. Il arrive trop tard mais ne ressent pas la moindre tristesse. Il ne connaissait pas son père et ne pouvait donc pas l’aimer. Son père lui demande de prendre soin de Thénardier s’il le rencontre. Un vieil homme, M Mabeuf, raconte à Marius combien son père l’aimait sans savoir qu’il est le fils de Pontmercy. En rentrant, Marius demande à son grand-père le droit de s’absenter quelques jours. Marius cherche alors à connaitre son père. Il finit par l’admirer et change de camp politique. Il idolâtre Bonaparte. Il s’éloigne de son grand-père et de sa tante sans qu’ils ne se doutent de quelque chose. Il a cherché les Thénardier mais ceux-ci ont fait faillite et ont disparu. Marius demande un nouveau congé ce qui intrigue sa tante. Elle confie à son neveu, Théodule, la tâche de suivre Marius. Celui-ci accepte. Marius achète des fleurs pour la tombe de son père. M Gillenormand et sa fille finissent par découvrir la passion secrète de Marius. Il y a une grosse dispute entre les deux hommes et le grand-père finit par chasser son petit-fils car il ne partage pas les mêmes opinions politiques. Que va devenir Marius ?

Partie 4 : Présentation des amis de l’A B C qui prônent le progrès et l’élévation du peuple. Présentation de ses membres les plus importants. Ils sont tous très différents mais croient en la même chose. Marius rencontre Lesgles qui l’a sauvé de la radiation en se faisant radier à sa place. Marius ne sait pas comment le remercier. Il va aller loger chez Courfeyrac. Marius est initié aux amis de l’A B C. il y est perdu car aucune idée ne semble fixée et il sent que cela bouleverse les siennes encore toutes récentes. Marius assiste à de nombreuses discussions qu’elles soient philosophiques, politiques voire même amoureuses. Les amis de l’A B C ne sont pas toujours d’accord entre eux. Marius se laisse aller à une défense enflammée de Bonaparte à laquelle Combeferre répond que la liberté est plus grande que Napoléon. Enjolras prône avec ses amis la république et non pas l’empire. Marius est entre deux croyances qui lui semblent impossible à concilier. Il vend tout ce qu’il a, quitte l’hôtel où il est et refuse l’argent de sa tante : il va se débrouiller seul.

Partie 5 : Marius vit dans la misère. Il refuse toujours l’argent de sa tante. Il finit par être reçu avocat. Marius s’installe à la maison Gorbeau et suite à des années d’acharnement a fini par régler sa vie de misère. Il arrive même à faire des économies. Son plus grand rêve est de retrouver les Thénardier pour les aider à sortir de la misère et ainsi payer la dette de son père. Marius manque à son grand-père même s’il a trop de fierté pour le dire. Marius pourrait vivre mieux mais il aime sa liberté et pouvoir rêver tout au long de la journée. Il n’a que deux amis : Courfeyrac et M Mabeuf qui lui a révélé qui était vraiment son père. Description de M Mabeuf et de sa passion pour les livres et les plantes. Il n’a que deux amis : son libraire et Marius. Sa servante aime aussi lire c’est pourquoi il l’a appelée Mme Plutarque. Il connait beaucoup de malheurs mais s’y résigne. Marius est devenu un rêveur. Il a gardé ses opinions mais a perdu ses colères. Il paye le loyer de ses voisins sans les connaitre pour éviter leur expulsion. Mlle Gillenormand veut remplacer Marius par Théodule. Elle l’introduit chez son père alors qu’il est en colère contre les républicains. Théodule l’approuve du début à la fin et se fait traiter d’imbécile.

Partie 6 : Marius, quoique beau fuit les femmes à cause de sa pauvreté. Il n’y en a que deux qu’il tolère : sa logeuse et Mlle Lanoire, surnom donné par les étudiants à la fille du Luxembourg toujours avec son père qui ne parle à personne sauf à lui. Est-ce Jean Valjean et Cosette ? Marius retourne au parc du Luxembourg après six mois d’absence. Le couple père-fille est toujours là mais il y a un grand changement : la fille est devenue belle. Un jour, lors d’une promenade ordinaire, Marius croise le regard de la jeune fille. En rentrant, il est bouleversé car il va au Luxembourg avec ses vêtements de tous les jours. Le lendemain, il enfile son beau vêtement et va à sa promenade qui n’a rien d’habituel. Il rougit ou pâlit quand il passe près du banc et s’inquiète de ce que peut penser M Leblanc et Mlle Lanoire. Il en oublie d’aller diner. Il revit le même scénario pendant deux semaines : il s’habille et va au Luxembourg s’asseoir sur un banc. Elle lui semble toujours plus belle. Un jour le père et la fille marchent dans le Luxembourg et se dirigent vers Marius. Arrivée à sa hauteur, elle le regarde avec douceur. Marius est fou amoureux et sa passion se libère : il est comme fou, ses amis trouvent le cas sérieux. M Leblanc commence à se rendre compte de quelque chose cat Marius a fait de nombreuses erreurs. L’amour semble partagé. Il trouve un mouchoir qu’il pense à elle mais qui appartient à son père. « U.F. » comme Ultime Fauchelevent, nouvelle identité de Jean Valjean ? Un jour le vent soulève la robe de la jeune femme. Marius devient fou de jalousie alors qu’il n’y avait personne et boude sa bien-aimée. C’est leur première dispute alors qu’ils ne se sont jamais parlé. Sa passion grandissante devient dévorante et folle. Marius qui en veut toujours plus suit sa belle. C’est sa troisième erreur. M Leblanc l’a vu. Au bout de quelques jours, il ne les voit plus au Luxembourg ni chez eux : ils ont déménagé sans donner d’adresse.

Partie 7 : Explication de ce qu’est le troisième dessous à Paris, équivalent des enfers. Le mal est fait de l’ignorance et provoque les crimes. C’est cette ignorance que combattent la philosophie et le progrès ? Description des quatre voyous qui terrorisent le troisième dessous de Paris. Ils sont tous plus dangereux les uns que les autres. Les quatre bandits sont sur tous les coups qui rapportent. Ces gens-là existent dans toutes les sociétés, ils en sont l’ombre. Pour s’en débarrasser, il faut de la lumière, beaucoup de lumière.

Partie 8 : Marius vit très mal la disparition de la jeune femme, il devient solitaire et triste. Un jour il croit voir M Leblanc mais quand il se décide à le suivre, l’homme a disparu. Il se fait heurter par deux jeunes filles qui ont échappé aux gendarmes. Il ramasse un paquet qu’elles ont fait tomber mais ne les retrouve pas pour leur rendre. Il regrette encore ses six mois d’amour. Il ouvre le paquet dans l’espoir de pouvoir trouver où le rapporter. Il ne contient que des lettres de demande d’argent adressées à de hauts personnages. Le lendemain, une jeune fille vient le voir chez lui. La jeune fille lui donne une lettre pour faire la charité. Il lui rend les autres lettres, il comprend qu’elle n’a pas toujours été laide et pauvre, elle a de l’éducation. Il lui donne tout ce qu’il a. Marius s’en veut de ne pas avoir vu la misère de ses voisins. Il va les espionner pour en savoir plus et peut-être les aider. Marius voit la misère à l’état pur. L’appartement de ses voisins est sale. Ils semblent tous oisifs sauf le père qui écrit les lettres. Les parents ont dû s’aimer mais la pauvreté les a éloignés. Au moment où Marius allait arrêter d’espionner, la fille ainée revient en prévenant qu’un philanthrope arrive. Le père fait toute une mise en scène pour passer pour encore plus pauvre qu’il ne l’est. Le père espère que l’homme va bien venir car il a cassé sa fenêtre à cause de lui. Marius croit rêver quand il voit la femme qu’il aime entrer avec M Leblanc. Jondrette joue la comédie et accentue leur pauvreté pour avoir plus de son bienfaiteur. Il a l’impression de le reconnaitre. Celui-ci va revenir avec plus d’argent pour cette famille misérable. Marius ne veut pas perdre à nouveau la jeune femme mais il n’a pas l’argent pour la suivre. Il voit Jondrette parler avec un voyou considéré comme dangereux mais n’y prête pas attention. Marius est en colère contre l’ainée de Jondrette qu’il juge responsable de son malheur. Elle ne veut pas qu’il ait du chagrin, elle lui propose ses services. Il lui demande de trouver l’adresse de M Leblanc et de sa fille. En est-elle jalouse ? Jondrette dit avoir reconnu son bienfaiteur. Marius s’empresse d’écouter. La révélation de Jondrette à sa femme met celle-ci dans une colère noire : elle n’ose pas y croire. Jondrette avoue à sa femme qu’il a un plan horrible : il va dépouiller leur bienfaiteur ou l’éliminer. Marius décide qu’il doit faire quelque chose pour empêcher Jondrette de mener à bien son guet-apens. Il va se rendre au commissariat. Il explique toute l’affaire à Javert. Celui-ci le met à profit et lui demande de donner l’alerte quand l’affaire aura commencé. Courfeyrac surprend Marius qui suit Jondrette. Il se presse de rentrer pour ne pas être enfermé car il a laissé sa clé à Javert. Marius entend Jondrette rentrer et régler les derniers détails. Il se cache sous son lit quand l’ainée vérifie qu’il est parti. Le coup ne va pas tarder à avoir lieu. Marius reprend son observation, Jondrette donne de nouveaux ordres à sa femme : elle doit accueillir et donner confiance à M Leblanc. Marius a failli être découvert quand il a armé son pistolet. Arrivée de M Leblanc. La femme de Jondrette a renvoyé le fiacre. Celui-ci donne l’argent et s’installe. Marius est rassuré par son pistolet et espère avoir enfin ses réponses. M Leblanc commence à avoir des doutes quand il voit les quatre hommes qui bloquent la sortie. Jondrette fait mine d’être misérable et de vouloir vendre un tableau. D’un coup, il devient terrifiant et demande à l’autre s’il ne l’a pas reconnu. Marius ne sait que faire : respecter la volonté de son père ou suivre son amour ? Le prisonnier tente de fuir, puis fait croire qu’il coopère mais roule les brigands. Avant que ceux-ci ne le tue, Marius ruse pour qu’ils s’échappent. Javert entre dans la chambre. Javert fait peur aux bandits qui se rendent. Il libère la victime. Au moment où il verbalise, il demande à voir le prisonnier mais celui-ci a disparu par la fenêtre.  Gavroche arrive et trouve porte close. Il apprend que toute sa famille a été arrêtée et cela ne lui fait ni chaud ni froid, il repart dans les rues de Paris en chantant.

Livre 4 : L’idylle rue Plumet et l’épopée rue Saint-Denis

Partie 1 : La révolution de 1830 était magnifique, elle est même saluée par ses ennemis car elle n’a pas fait couler le sang des Bourbons. Le travail des sages est de faire coïncider fait et droit. Le narrateur montre à quel point les sages doivent être vigilants pendant une révolution car les habiles, c’est-à-dire les hommes d’état, arrêtent le progrès en marche c’est comme cela qu’après la révolution de juillet, Louis-Philippe s’est retrouvé roi. La résistance a protesté et s’est retirée. Présentation de Louis-Philippe. C’est un homme plein de contradictions : roi et pourtant bourgeois. Il a été aimé et critiqué. Le narrateur le considère comme un bon roi. Le narrateur explique comme, même pas deux ans après la révolution, le climat en France se charge à nouveau d’électricité. Il explique les principes du socialisme : produire et répartir les richesses. Le gouvernement garde le faubourg Saint-Antoine à l’œil car la révolution y bourdonne. La police ne sait pas comment réagir, il y a des réunions secrètes et d’autres publiques. Les faubouriens, déjà présenté comme dangereux, vont prendre les armes. Enjolras envoie chacun des membres des amis de l’A B C prévenir et préparer leurs alliés pour la révolution. Il confie difficilement la tache de la barrière du Maine à Grantaire. Quand Enjolras s’y rend pour vérifier, celui-ci joue aux dominos…

Partie 2 : Marius, après l’arrestation, a déménagé et est allé vivre chez Courfeyrac à qui il emprunte de l’argent pour le faire parvenir à Thénardier. Il vit à nouveau dans la misère à quoi s’ajoute le fait qu’il ne travaille presque plus. Il ne pense qu’à Elle et erre dans Paris. Javert n’a pas si bien réussi son coup. Les filles sont libérées. Quel coup a tenté de mettre en place Brujon ? Quel est le lien entre Magnon et Eponine ? Pourquoi le mauvais coup a-t ‘il été avorté ? M Mabeuf est toujours plus pauvre. La misère l’a éloigné de tous même de Marius. Un soir, une fille lui arrose son jardin, elle se dit le diable et cherche Marius. Il lui dit d’aller au champ de l’Alouette. Etait-ce un esprit ? Marius se reproche sa paresse. L’apparition de M Mabeuf était en réalité Eponine ? Elle a trouvé la rue de Mlle Lanoire. Elle lui redonne espoir. Que veut-elle de Marius ?

Partie 3 : Le narrateur nous parle de la maison rue Plumet. M Leblanc était bien Jean Valjean. Le narrateur nous explique pourquoi ils ont quitté le couvent : Jean Valjean trouvait égoïste de forcer Cosette à renoncer à une vie qu’elle ne connaissait pas. Il a meublé la maison et a fait de Cosette la maitresse de celle-ci. Il a été fait soldat de la garde nationale. Quand il sort avec Cosette, il a l’air d’un homme posé sinon il s’habille comme un ouvrier. Il a atteint 60ans. Description du jardin qui entoure la maison rue Plumet. Il est laissé à l’abandon mais la vie s’y développe tout de même. Elle est presque plus belle ainsi. Cosette aime ce jardin où jeu et rêverie se mêlent. Elle aime Jean Valjean comme un père et prend soin de lui. Ils ne parlent jamais de Fantine. Cosette prend conscience de sa beauté et devient coquette. Cela effraye Jean Valjean qui voudrait la garder auprès de lui de façon exclusive. Il voit déjà les ravages de la beauté sur le caractère de Cosette. Cosette est tombée amoureuse de Marius au premier regard. Elle ne sait pas ce qu’est l’amour à cause de son éducation religieuse mais ne conçoit pas que cela puisse être mal. Jean Valjean a peur de perdre sa Cosette. Il souffre en silence tout comme elle. Il déteste Marius car il tourne autour de sa fille. Le père et ka fille, si heureux d’être ensemble avant, souffrent maintenant  en silence l’un à côté de l’autre. Jean Valjean redevient sombre quand il pense à Marius. Jean Valjean est le plus désespéré des deux. Il envie les jeunes hommes qu’il s’imagine que Cosette regarde. Un jour, lors d’une promenade matinale, ils croisent un convoi de forçats. Cela perturbe Jean Valjean et effraye Cosette. Il veut lui faire oublier cette vision en l’emmenant à des fêtes publiques sans succès.

Partie 4 : Jean Valjean a réussi à fuir mais a été blessé. Cosette le soigne et ils retrouvent leur complicité passée. Il n’a pas parlé des Thénardier à celle-ci. Il est rapidement sur pied. Gavroche a faim. Il veut voler une pomme chez M Mabeuf mais il entend une conversation avec mère Plutarque qui montre leur misère. Il se cache quand il entend Montparnasse arriver. Celui-ci est pris à son propre jeu. Jean Valjean lui a expliqué les risques d’une vie de vol et lui a donné sa bourse. Bourse que Gavroche a volée et lancée à M Mabeuf.

Partie 5 : Cosette, avec l’arrivée du printemps, oublie son chagrin. Elle jette son dévolu sur un autre homme ? Il s’agit de Théodule Gillenormand, cousin de Marius. Lors d’une absence de Jean Valjean, Cosette est terrifiée par des bruits de pas et une ombre dans le jardin. Quand elle raconte tout à son père, celui-ci semble soucieux mais la rassure quelques jours plus tard avec une démonstration qu’elle ne voit pas comme erronée. Cosette a très peur quand elle voit qu’une pierre a été déposée à l’endroit où elle était assise quelques minutes avant. Elle et Mme Toussaint se barricadent pour la nuit. Le lendemain, la curiosité l’emporte sur la peur, elle ouvre l’enveloppe cachée sous la pierre et lit le carnet. Le petit cahier contient un ensemble de pensées sur l’amour et le bonheur d’aimer. Est-ce à Marius ? Cosette est extrêmement touchée par ce qu’elle a lu. Elle sait que cela vient de Marius ? Cette lettre a ravivé sa flamme, elle méprise maintenant Théodule qu’elle trouvait beau auparavant. A la nuit tombée, Cosette va dans le jardin. Marius y entre. Ils s’avouent leur amour, s’embrassent une fois et parlent pour augmenter leur intimité.

Partie 6 : Les Thénardier ont donné leurs deux plus jeunes enfants à la Magnon pour que celle-ci touche encore l’argent de M Gillenormand car les siens sont morts. Quand Magnon et sa bande se font arrêter, les deux enfants errent de nuit dans la rue. Gavroche est un enfant généreux, il donne ou partage tout ce qu’il a. il prend sous son aile les deux petits de la Magnon sans savoir que ce sont ses frères. Il les héberge chez lui dans le ventre de l’éléphant, place de la Bastille. En pleine nuit, Montparnasse vient le chercher. Il a besoin de lui ? Le narrateur nous raconte l’évasion de Brujon et Gueulemer qui se passe bien, celle de Thénardier est plus complexe. Gavroche vient à leur aide. Personne ne le remercie, même pas son père. Ils veulent s’attaquer à Cosette et Mme Toussaint ?

Partie 7 : Le narrateur défens et définit l’argot comme la langue de la misère. Il parle des critiques qu’il a reçues en tant qu’auteur sur l’usage de l’argot. Il se défend en expliquant qu’on ne peut pas bien parler de la misère sans utiliser sa langue. Le narrateur dit que l’argot mérité d’être étudié car il fait partie de la littérature : il a une syntaxe, il a ses propres métaphores et pour finir elle évolue. L’argot est une langue secrète qui malgré la misère de ceux qui l’utilisent apporte la joie, l’amour et la liberté. Avant le peuple était misérable, maintenant il se réconforte avec des chants joyeux. La révolution, par son principe, a empêché et empêchera toujours une jacquerie. Il n’y a plus de révolte à craindre mais la misère d’un peuple est un véritable obstacle pour le progrès qui mène à l’idéal. Il faut éviter de répéter le passé.

Partie 8 : Cosette et Marius s’aiment de la façon la plus pure qu’il soit. Ils ne connaissent pas le plaisir de la chair. Il n’y a eu qu’un seul baiser. Ils s’extasient et s’apitoient sur les mêmes choses au même moment. Leurs rendez-vous sont réguliers : la nuit dans le jardin. Marius et Cosette ne savent plus ce qui se passe autour d’eux. Ils se sont fait des confidences d’amoureux. Ils se sont dit leur nom. Tout ce qui est mal est oublié et absorbé par leur bonheur. Leur bonheur est complet. Jean Valjean et Mme Toussaint ne se doutent de rien. Courfeyrac prévient Marius qu’il doit faire attention car il ne connait pas l’amour véritable. Pourquoi Marius est-il gêné de voir Eponine en se rendant chez Cosette ? Pourquoi ne lui parle- t-elle pas ? Eponine suit Marius. Elle garde l’entrée du jardin. Son père et ses amis arrivent pour dévaliser la maison mais Eponine ne les laisse pas passer et les prévient que s’ils essaient, elle les fera arrêter. Brujon décide qu’il faut laisser tomber. Le calme est revenu et il n’y a rien d’étonnant car il est normal que le noir ait peur du sinistre. Leur bonheur connait son premier obstacle : Cosette va partir avec son père. Marius revient à la réalité, il est un misérable et n’a rien à apporter à sa bien-aimée. Il a un plan ? Il veut aller voir son grand père ? Ils échangent leur second baiser. M Gillenormand faiblit car Marius lui manque. Il ne s’attend plus à ce qu’il revienne. Marius demande un entretien. M Gillenormand passe de la colère au bonheur. Marius veut se marier. M Gillenormand lui dit de faire de Cosette sa maitresse. Marius part, ne supportant pas l’outrage. M Gillenormand veut le rattraper mais c’est trop tard. Il tombe sans vie ?

Partie 9 : Jean Valjean a décidé de quitter Paris à cause de Thénardier et de l’agitation de la police. Cela devient trop dangereux. Alors qu’il rêve, assis au champ de Mars, un enfant lui jette un mot sur lequel il est écrit : « Déménagez ! ». Est-ce Eponine ? Marius erre, désespéré, dans les rues de Paris. Pourquoi a –t’il pris les pistolets confiés par Javert ? Il vole jusque chez Cosette mais celui-ci n’est pas au rendez-vous, la maison semble vide. Quelqu’un l’appelle en lui disant qu’on a besoin de lui. M Mabeuf a ramené la bourse au commissariat. Il descend de plus en plus dans la misère. Il vend ses livres un après l’autre jusqu’au dernier et perd au fur et à mesure des vente sa joie de vivre. Il se dirige vers les émeutes ?

Partie 10 : Différentes définitions du mot émeute sont données ainsi que des chiffres. Pour certains, elles sont nécessaires, pour d’autres elles sont un fléau. Le narrateur n’adhère à aucune de ces définitions. Le narrateur fait la distinction entre insurrection et émeute. Les émeutes sont néfastes alors que l’insurrection est synonyme de progrès. Le narrateur va s’attarder aux détails et à des événements moins connus de ces journées de juin 1832. Les républicains sont tous à l’enterrement de Lamarque qu’ils considèrent comme un grand homme. L’insurrection commence à ce moment-là quand ils rencontrent les dragons et que ça dégénère. Description de l’insurrection dans les différents quartiers parisiens. Les barricades sont rapidement montées comme sorties du sol. Le gouvernement hésite à réagir, il se méfie de la colère du peuple qui est irréversible. En temps ordinaire, Paris a l’habitude des émeutes, mais l’insurrection de juin 1832 fait peur.

Partie 11 : Gavroche vole un pistolet et se rend en chantonnant sur les lieux de l’insurrection. Il n’est plus avec les deux enfants qu’il avait hébergés. Il ne savait même pas qu’ils étaient ses frères. Gavroche continue sa route. Il écoute quatre commères médirent des républicains et de l’insurrection mais passe outre. Gavroche est un enfant au grand cœur. Le perruquier parle de l’empereur avec un ancien soldat. Gavroche, qui lui en veut d’avoir laissé les deux garçons à la rue, jette une pierre dans sa devanture. Gavroche rencontre les amis de l’A B C. il admire Bahorel. Rencontre avec M Mabeuf. Courfeyrac a voulu renvoyer M Mabeuf chez lui mais celui-ci, après avoir compris ce qui se passait, les a suivis voire précédés vers les barricades. Courfeyrac s’arrête chez lui pour prendre quelques affaires. Il est interpelé par quelqu’un qui veut lui parler. Il n’a pas le temps. L’homme le suit jusqu’aux barricades.

Partie 12 : Description de la rue de la Chanvrerie et du cabaret Corinthe, lieu de réunion des amis de l’A B C. Grantaire, Joly et Laigle refont le monde au cabaret Corinthe. Grantaire plaint les hommes. Ils ont beaucoup bu. Quand Laigle voit les autres amis de l’A B C courir dans les rues, il leur suggère de faire la barricade rue de la Chanvrerie. La barricade est très vite montée. La veuve Hucheloup est effrayée. Grantaire est ivre, Enjolras veut le chasser mais celui-ci s’endort. Les barricades sont montées. On tente de consoler la veuve Hucheloup. Gavroche a énormément d’énergie, il ne laisse personne se reposer. Il veut un fusil mais on rechigne à en donner un aux enfants. Les barricades terminées, Courfeyrac et Enjolras distribuent les cartouches et les rôles de chacun. Après cela, ils attendent. Le groupe fait de la poésie en attendant le combat. Ils récitent un poème amoureux. Seul le drapeau rouge est éclairé ce qui rend l’événement à venir encore plus terrible. Enjolras confie une mission à Gavroche. Il doit aller voir ce qui se passe autour des barricades car l’attente est longue. Avant de partir, Gavroche dénonce Javert comme mouchard. Celui-ci est arrêté et  ligoté, il sera tué avant la fin de la bataille. Le Cabuc, alias Claquesous, agent de police ?, a tué un homme dans les barricades. Enjolras l’a tué pour avoir déshonoré l’insurrection. Tous admirent sa façon de parler de l’avenir, du progrès et de la république.

Partie 13 : Marius accepte de rejoindre ses amis car il veut mourir : il avance jusqu’aux barricades à travers les balles sans s’en soucier. Le temps est aussi sombre que l’insurrection. La nature s’accorde aux problèmes de la république. Marius arrive à la barricade rue de la Chanvrerie. Il doute, pense à son père, à la guerre civile, à Cosette partie sans lui dire un mot. D’un coup, il se décide mais à faire quoi ?

Partie 14 : Gavroche revient et avertit que la bataille va commencer. La première attaque est rude. Le drapeau des révolutionnaires s’effondre mais personne, pas même Enjolras, n’envisage de monter sur la barricade pour le remettre. M Mabeuf, qui ne semble pas lui-même, prend le drapeau, monte sur la barricade, crie « vive la république ! » et se fait tuer. Enjolras se sert de cette mort héroïque pour remotiver les insurgés. On dégage le corps de M Mabeuf avec beaucoup de solennité. La barricade est prise. Gavroche et Courfeyrac vont mourir au moment où Marius arrive et tue leurs assaillants. Lorsqu’il a vu ses amis en danger, Marius n’a plus hésité. Il a été sauvé par un inconnu qui s’est sacrifié pour lui. Les hommes du gouvernement sont sur les barricades jusqu’à ce que Marius, splendide, menace de la faire sauter. Marius est fêté comme un héros et fait chef des insurgés. Il ne comprend rien à ce qui lui arrive. Ils ont l’un des hommes des amis de l’A B C. Courfeyrac veut l’échanger contre Javert mais leur ami est fusillé ce qui signe la mort de Javert. Marius trouve le corps de celui qui s’est sacrifié pour lui. Il s’agissait d’Eponine. Elle est sur le point de mourir. Elle lui donne la lettre qu’on lui a confiée pour lui. Elle apprend à Marius que Gavroche est son frère. La lettre est de Cosette. Marius a deux buts : prévenir Cosette de sa mort et sauver Gavroche ? Il écrit à Cosette et confie la lettre à Gavroche pour l’éloigner des barricades.

Partie 15 : Jean Valjean a déménagé sous l’effet de la peur ? Il n’a pas remarqué le refus de Cosette et sa tristesse. Une fois à l’abri, il redevient calme même si Cosette boude encore. Quand il voit sur le buvard de celle-ci la trace de la lettre pour Marius, il devient fou et plein de haine. Il ne veut pas perdre sa Cosette. Pourquoi veut-il savoir où l’on se bat ? Jean Valjean est assis devant chez lui, immobile et désespéré. Gavroche arrive avec la lettre, il la confie à Jean Valjean qui a rusé en disant qu’il l’attendait pour Cosette. Gavroche repart aux barricades. Jean Valjean lit la lettre, il est heureux car son problème se résout tout seul avec la mort de Marius. Pourquoi se dirige - t’il alors vers les halles, armé, habillé en garde national ? Gavroche ne se fait pas discret. Il a failli être tué par les sergents du poste de l’Imprimerie Royale. Il a échappé aux sergents et aux balles et doit faire un détour pour aller aux barricades.

Livre 5 : Jean Valjean

Partie 1 : Le narrateur nous présente deux des plus fameuses barricades françaises. Elles ont eu lieu en 1848. Barthélemy, chef de l’une d’elle, n’avait qu’un drapeau : le noir. Pendant la nuit, la barricade est renforcée, les armes sont remises en état, le cabaret et la place sont nettoyés. Enjolras est triste car il a tué un homme. Les autres parlent philosophie en attendant les combats. Il n’y a plus rien à manger et Enjolras a interdit l’alcool. Les insurgés sont persuadés de gagner jusqu’au retour d’Enjolras qui annonce l’abandon du peuple et l’attaque imminente. Les insurgés se battront jusqu’à la mort. Enjolras n’accepte pas que tous meurent pour rien. Il veut sauver quelques hommes. Le discours de Combeferre combiné aux ordres d’Enjolras et à la prière de Marius décide les hommes à accepter le vote. Il y a cinq hommes pour quatre costumes. Le cinquième tombe du ciel. C’est Jean Valjean qui l’a donné. Pourquoi est-il là ? Enjolras est un homme de parole, il croit à la république et au progrès. Il sait que leur combat apportera plus de chances à l’avenir. Tous l’écoutent en silence car il marmonne plus pour lui-même qu’il ne parle. Marius ne se pose pas de questions sur la présence de Jean Valjean. Javert demande à être tué ou au moins à avoir à boire et à être étendu. Javert reconnaît Jean Valjean parmi les insurgés. Le combat s’annonce difficile, les insurgés se préparent. Le gouvernement a pris un canon. Tous parlent de celui-ci et des dégâts qu’il peut faire. Gavroche est de retour. Marius est fâché du retour de Gavroche, il doute que la lettre soit arrivée. Gavroche leur dit qu’ils sont cernés. L’attaque suivante fait deux morts et trois blessés. Enjolras verse une larme à l’idée de devoir tuer le jeune sergent mais le devoir est le devoir. Jean Valjean ne prend pas part au combat, il leur fournit un matelas et va même le chercher en dehors de la barricade malgré les coups de feu. Cosette se réveille. Marius lui manque, elle est persuadée qu’il va lui revenir. Elle ne se doute pas du danger que courent son amant et son père. Quel effet le nid d’oiseau a - t’il sur elle ? Les assaillants désespèrent car les insurgés ne ripostent pas. Jean Valjean fait peur à deux sentinelles sans pour autant les tuer ce que les autres ne comprennent pas. Tout un régiment de la garde nationale est décimé car ils n’ont pas suivi les ordres. Enjolras n’apprécient pas d’avoir gâcher des munitions. A moins d’être suivis par le peuple, ils sont morts. Les insurgés reprennent espoir quand Paris s’éveille et que le peuple semble bouger. Les petites tentatives sont très vite maîtrisées. Le désespoir reprend les insurgés. Ils vont mourir le ventre vide. Bossuet admire Enjolras car lui ne se bat pas pour une femme. Enjolras murmure alors le mot « patrie ». Les assaillants apportent un second canon. Enjolras autorise les insurgés à répliquer. Ils n’auront bientôt plus de munitions. Gavroche a tout entendu. Gavroche sort de la barricade pour voler des cartouches aux morts du début. Il passe inaperçu mais au lieu de retourner à la barricade quand il est vu, il continue à chanter et à voler au milieu des balles. Il finit par payer de sa vie. Les frères de Gavroche errent dans le parc du Luxembourg alors que celui-ci est fermé. Ils ont très faim. Le bourgeois donne la brioche de son fils aux cygnes plutôt qu’aux enfants qu’il a pourtant vus. Les enfants récupèrent la brioche une fois le bourgeois parti. Les combats se rapprochent ? Marius a sauté hors de la barricade pour récupérer le corps de Gavroche. Combeferre a fait de même pour les cartouches. Marius a été blessé mais n’a rien remarqué car il est obnubilé par ce que va lui dire son père quand il sera mort. Il est midi. Le gouvernement va donner l’assaut. Enjolras donne ses derniers ordres. Jean Valjean demande Javert en récompense. Il l’obtient. Marius donne l’alerte. Jean Valjean fait sortir Javert de la barricade, le libère, lui donne toutes les informations pour le retrouver et tire dans le vide pour être crédible. Marius, qui avait reconnu l’inspecteur de police a des remords de ne pas être intervenu. Les insurgés sont abandonnés par ce peuple ce qui change leur acte en émeute critiquée ? Il s’agit d’une préparation à la suite. Le progrès se fait étape par étape. Les insurgés n’ont rien contre Louis-Philippe mais c’est encore un roi et ils ne peuvent pas l’accepter. Les insurgés sont des héros qui n’abandonnent pas. Tous les amis de l’A B C sont tués sauf Enjolras et Marius, qui même s’il est blessé résiste et tue beaucoup d’assaillants.  Ils sont comparés aux hommes combattant à Troie. Les assaillants finissent par passer la barricade. Les insurgés entrent dans le cabaret, c’est la dernière étape du combat avant la mort : ils ne sont plus des hommes mais des animaux. Marius est resté à l’extérieur, il a été fait prisonnier ? Les assaillants réussissent à pénétrer dans le cabaret, ils sont furieux. Enjolras va être fusillé. Sa grâce force le respect. Grantaire, que le silence a réveillé, meurt aux cotés d’Enjolras. Jean Valjean ne s’est pas battu, il a aidé les blessés et défendu la barricade sans jamais tuer. C’est lui qui a tiré Marius de là. Son art de l’évasion l’a encore sauvé, ils sont dans un souterrain.

Partie 2 : Description des égouts de Paris, partie souterraine et immonde de la grande ville. Paris perd des millions dans ses égouts. Les égouts ont un rôle historique dans Paris, ils ont protéges les hommes poursuivis par la justice que ceux-ci soient bons ou mauvais. Les égouts de Paris sont mal famés, personne ne les entretient et la police n’ose pas y pénétrer. Un seul homme, sous Napoléon, a eu le projet de les visiter : Bruneseau. A son époque, Bruneseau a fait nettoyer et a identifié une grande partie des égouts parisiens. L’égout actuel est propre grâce au travail de Bruneseau. Le narrateur précise que cela reste des égouts. Ils sont construits au fur et à mesure, il s’étend sous tout Paris. Descendre dans les égouts c’est descendre dans les bas-fonds. Il représente la maladie et le vice qui menacent Paris ?

Partie 3 : Jean Valjean porte Marius, toujours vivant, à travers les sombres couloirs des égouts de Paris. Il ne sait ni où il est ni où il va. A un moment, il voit son ombre, se retourner et voit une dizaine de silhouettes derrière lui. Les hommes sont des agents de police chargés de fouiller les égouts au cas où des insurgés s’y cacheraient. Ils n’ont pas vu Jean Valjean. Celui-ci s’est collé à un mur. Après leur départ, il n’ose plus bouger. Le narrateur dit que même en période troublée la police fait son travail. On suit un policier qui fil un voleur. Celui-ci lui échappe grâce à une clé qui ouvre un accès aux égouts. Le policier reste devant la grille. Il attend quelque chose ? Jean Valjean reprend sa route. Il est très fatigué et ne sait pas où il est. Il regarde Marius avec haine. Pourquoi l’a-t-il sauvé ? Le narrateur nous dit que Jean Valjean a un bon instinct, il prend le bon chemin pour sortir des égouts. Le narrateur explique ce que sont les « fontis », comment ils se forment et à quel point ils sont dangereux. Ce sont des sables mouvants. Jean Valjean doit traverser un fontis. Il porte Marius à bout de bras. Celui-ci est toujours inconscient. Il a failli mourir mais à réussir  sortir de la fange. Il tombe à genoux, exténué. Jean Valjean est épuisé. Il voit la lumière du jour et se sent revivre. Arrivé à la grille, il perd tout espoir, elle est fermée à clé. Est-il à l’endroit où attend l’agent de police ? Jean Valjean est surpris par un homme aussi présent dans l’égout. Il s’agit de Thénardier. Celui-ci aide Jean Valjean à sortir contre un peu d’argent. Thénardier semble pressé de le faire sortir. En sortant, il tombe sur Javert qui attendait Thénardier. Il se rend sans discuter mais demande une faveur : ramener Marius chez son grand-père. Javert accepte ? Il ne tutoie plus Jean Valjean. Javert amène Marius à M Gillenormand, il le dit mort alors que ce n’est pas encore le cas ? Javert veut arrêter Jean Valjean, celui-ci demande une dernière faveur qui lui est accordée : rentrer une dernière fois chez lui. Javert mène Jean Valjean chez lui. Il paye le fiacre. Il dit à celui-ci qu’il l’attend en bas. Au moment où Jean Valjean regarde par la fenêtre, Javert n’est plus là. Le médecin est au chevet de Marius. Il n’a pas de blessures mortelles mais son évanouissement inquiète. M Gillenormand désespéré, peste contre son petit-fils, mort pour lui faire de la peine. Quand il voit Marius ouvrir les yeux, il est si heureux qu’il s’évanouit.

Partie 4 : Javert est troublé dans ses croyances. Il ne sait plus qui il est. Laisser libre Jean Valjean est totalement impensable et pourtant il le fait. Il préfère se suicider que de vivre avec ses doutes et le monde d’incohérences qui s’offre à lui.

Partie 5 : Boulatruelle cherche toujours le trésor de la forêt de Montfermeil. Il voit une silhouette qui ne lui est pas inconnue et il la suit. Il la perd de vue et quand il arrive à la clairière, il trouve une pioche et un trou vide. Marius est sauvé, il est en convalescence chez son grand-père. Celui-ci est heureux de le savoir sauvé. Marius ne croit pas au changement de comportement de son grand-père. Il ne pense qu’à Cosette. Il veut provoquer une crise familiale ?  Marius parle de Cosette et est étonné de la réponse de son grand-père. Celui-ci accepte tout. Ils tombent, émus, dans les bras l’un de l’autre. Cosette va venir voir Marius le jour même. Les retrouvailles entre Cosette et Marius sont pleines d’émotions. Ils ne sont pas seuls dans la pièce. Jean Valjean accepte le mariage et annonce que Cosette est riche. Cosette plait à M Gillenormand. Jean Valjean avait bien caché l’argent qu’il avait gagné en tant que M Madeleine à Montfermeil. Il a appris le suicide de Javert. Jean Valjean a réglé le problème de l’identité de Cosette aux yeux du monde et de la société. M Gillenormand la couvre de cadeaux et veut un mariage splendide. Ils sont tous heureux. Marius pense parfois à ses amis et à M Fauchelevent (nom toujours employé par Jean Valjean) sur la barricade. Il ne peut pas croire qu’il s’agissait du père de Cosette. Beaucoup de questions entraînent sa mélancolie mais son bonheur les surpasse et les efface. Marius tient à payer ses dettes à Thénardier et à l’homme qui l’a sauvé. Il ne retrouve aucun des deux. L’impassibilité de Jean Valjean face à ces recherches l’exaspère.

Partie 6 : Marius et Cosette se marient le 16 février 1833, le jour de mardi-gras. Ils croisent des roulottes de pantins déguisés. Sur l’une d’elle se trouvent Azelma et Thénardier. Celui-ci reconnaît Jean Valjean mais ne souvient plus qui il est. Il veut qu’Azelma en apprenne le plus possible sur ce mariage. Cosette et Marius sont heureux. M Gillenormand leur souhaite d’être heureux et leur conseille de ne jamais laisser filer le bonheur. Pourquoi Jean Valjean s’est –il éclipsé avant la réception ? Alors que tous fêtent le mariage, Jean Valjean est retourné dans leur ancienne demeure. Il ouvre la valise contenant les vêtements d’enfants de Cosette avec lesquels elle a quitté Montfermeil et se met à pleurer. Jean Valjean ne sait pas quoi faire : retourner auprès de Cosette et vivre heureux mais leur imposer son lourd passé ou s’éloigner et replonger dans les ténèbres ?

Partie 7 : Jean Valjean dévoile sa véritable identité à Marius. Celui-ci est choqué mais comprend mieux certaines choses. Cosette est un peu en colère de ne pas avoir pu assister à la conversation. Jean Valjean va partir. Marius accepte qu’il vienne voir Cosette tous les soirs. Après le départ de Jean Valjean, Marius se pose des questions. Les révélations changent-elles ses sentiments pour Cosette ? A-t-il bien fait d'autoriser le père à revoir la fille ? Il sent dans cet homme quelque chose de divin mais est écoeuré par le forçat.

Partie 8 : Première visite de Jean Valjean à Cosette. Celle-ci est en colère car il la vouvoie et ne veut plus qu’elle lui dise « père ». Il comprend qu’elle est heureuse et qu’il a fait son travail. Il part avec un adieu surprenant. Les visites de Jean Valjean sont régulières. Les gens expliquent son attitude en disant que c’est un original. Cosette et Marius mènent leur vie de couple dans un bonheur total.  Jean Valjean ne comprend pas les économies de Marius alors qu’ils sont riches. Il se sent éconduit par celui-ci de façon discrète. Quand il ne se présente pas, Cosette en est à peine affectée. Il fait dire qu’il sera absent quelques temps. Jean Valjean continue à faire le trajet sans plus jamais aller chez Cosette. Au fur et à mesure, il fait demi-tour de plus en plus tôt. Il est attristé par cette situation.

Partie 9 : Le narrateur pense qu’il ne faut pas accuser Marius qui pense faire ce qui est juste ni Cosette qui ne réfléchit pas aux conséquences. Ils veulent être heureux ensemble, voilà tout. Jean Valjean ne sort plus de son lit. Sa portière est inquiète. Le médecin qu’elle a fait venir dit qu’il meurt de l’absence de quelqu’un. Jean Valjean sent la mort venir. Le moindre mouvement lui est pénible. Il écrit à Cosette pour justifier sa fortune. Il se plaint de mourir sans la revoir une dernière fois. Marius reçoit la visite de Thénardier. Celui-ci veut lui parler de Jean Valjean contre récompense. Il fait comprendre à Marius, sans le vouloir, que Jean Valjean est un saint. Marius, en colère contre Thénardier, l’envoie en Amérique avec de l’argent. Marius prend Cosette avec lui et se précipite en fiacre chez Jean Valjean. Le jeune couple veut ramener Jean Valjean chez eux mais celui-ci sait que c’est trop tard. Il leur dit à quel point il les aime. Il meurt dans leurs bras. Description de la tombe de Jean Valjean ?

Publié dans 19e siècle

Commenter cet article