Présentation

  • : Le blog de litteratureetfrancais
  • Le blog de litteratureetfrancais
  • : Fiches de lecture classées par siècle. Mon avis sur mes autres lectures. Visitez également ma page FB : https://www.facebook.com/litteratureetfrancais
  • Partager ce blog
  • Contact

Lecture en cours

  http://img.livraddict.com/covers/107/107388/couv34313127.jpg

Entretien avec un vampire

d'Anne Rice


Objectif 2014 : 200 livres

 

18/04/2014

56 livres sur 200

dont

  1 livre(s) en V.O anglais,

   14 manga(s)/ BD(s),

  1 abandons

  6  manuscrit(s) Hélène Jacob

et

  2 livre(s) "classique(s)"

pour un total de : 12024 pages

Recherche

Lundi 8 août 2011 1 08 /08 /Août /2011 18:26

La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme

I/ Le théâtre : rappels théoriques sur le texte théâtral

A)     Texte et représentation

1-      Le texte théâtral

  • ·         Didascalies : partie du texte qui n’est pas destinée à être entendue mais qui donne des informations scéniques.
  • ·         L’autre partie du texte est composée par les paroles du personnage appelées répliques.

2-      La parole des personnages

  • ·         Répliques : parole des personnages
  • ·         Stichomythie : échange très rapide, vers à vers, de répliques.
  • ·         Tirade : réplique longue et qui a une unité, elle forme un tout cohérent
  • ·         Monologue : tirade d’un personnage seul sur scène, correspond à un moment important de la pièce.
  • ·         Aparté : un personnage se parle à lui-même alors que d’autres personnages sont sur scène.

B)      La double énonciation

  • ·         Les personnages se parlent entre eux sur la scène
  • ·         Les personnages parlent au public qui les écoute dans la salle.
  • ·         Le quiproquo fonctionne grâce à la double énonciation et permet des effets comiques : le spectateur en sait plus que les personnages, il est le seul à comprendre qu’il y a un malentendu, que les personnages ne parlent pas de la même chose,…

C)      Les étapes de l’action

1-      L’exposition

Il s’agit de l’exposition d’une pièce de théâtre. Elle donne aux lecteurs les éléments nécessaires à la compréhension du texte. Elle couvre souvent tout le 1er acte.

Il ne faut pas donner l’impression que les personnages viennent sur scène pour expliquer la situation, cela doit être naturel d’où le procédé du « début in medias res » : on prend l’histoire en cours de route.

2-      Le nœud de l’intrigue

Au centre de l’action se trouve une situation de crise ou de conflits qui se présente sous forme d’obstacles à la volonté du héros.

3-      Le dénouement

Il s’agit de la solution apportée au problème. Il se retrouve à la fin de la pièce.

La scène est délimitée par l’entrée ou la sortie d’un personnage sur scène.

Un acte comprend un ensemble de scènes. Traditionnellement, une pièce classique est composée de 5actes.

D)     Les registres

1-      Le registre comique

  • ·         Le comique de mots
  • ·         Le comique de gestes
  • ·         Le comique de situation
  • ·         Le comique de caractère
  • ·         Le comique de mœurs

2-      Le registre tragique

  • ·         Une situation sans issue : conduite souvent le héros à la mort.
  • ·         La fatalité
  • ·         L’ambiguïté du héros tragique : la fatalité s’acharne contre le héros mais ne l’écrase pas car le personnage deviendrait alors une victime. Il faut que le héros se débatte et exerce sa liberté contre une force qui le dépasse. Le lecteur est partagé entre la pitié et l’horreur que lui inspire le héros.
  • ·         La catharsis : purgation des passions, le spectateur ressort comme purifié du théâtre, libéré de ses mauvais instincts et de ses passions qu’il a en sortes vécues par procuration, par l’intermédiaire du héros tragique.

3-      Les autres registres

  • ·         Le registre pathétique : le spectateur éprouve de la pitié pour le personnage.
  • ·         Le registre polémique : deux points de vue se confrontent sur scène
  • ·         Le registre lyrique : permet d’exprimer les états d’âme
  • ·         Le registre burlesque : il ridiculise des choses graves et sérieuses

II/ Le classicisme

A)     Aux origines du théâtre : l’Antiquité grecque et latine

Il est depuis toujours lié à la notion de spectacle et de représentation. Dans l’Antiquité, il était associé au chant et à la danse.

Le comique était surtout visuel à cette époque. Le grand thème des comédies romaines est l’amour contrarié de deux jeunes gens. Les personnages sont très typés.

Les auteurs de tragédie puisaient dans la mythologie grecque pour y trouver les figures propres à inspirer leurs tragédies. Un mythe est un récit symbolique destiné à faire comprendre ce qui échappe à la raison.

B)      Du baroque au classicisme

1-      Le mouvement baroque

La notion d’irrégularité caractérise le baroque. Le mélange des registres est inattendu. Le théâtre baroque exprime une vision particulière de l’homme et du monde. La mouvance du monde, le changement sont les thèmes de prédilection des pièces baroques. Il utilise le procédé de la mise en abyme, le théâtre dans le théâtre, pour signifier la fragilité des êtres.

2-      La prépondérance du classicisme

On fait souvent correspondre la période classique au règne de Louis XIV (1661-1715). L’Académie Française, créée en 1635 par Richelieu, est garante de l’ordre et des règles classiques. La création passe par la doctrine de l’imitation des Anciens. Désormais les genres de la comédie et de la tragédie obéissent à des codes clairement établis.

C)      Les règles du théâtre classique

  • ·         La règle des 3unités : lieu, temps, action.
  • ·         La vraisemblance et le respect des bienséances : rien ne doit choquer le spectateur, l’action doit sembler vraie.
  • ·         L’opposition entre tragédie et comédie : origine sociale des personnages, le niveau de langue, les thèmes abordés, le dénouement, la fonction de la pièce.
  • ·         Une hiérarchie très stricte : la tragédie est le genre noble par excellence.

III/ L’évolution du théâtre après le classicisme

A)     Le théâtre du XVIIIe siècle

Les salles se multiplient au XVIIIe siècle. La comédie devient le genre dominant.

B)      Du drame romantique au théâtre moderne

Au XIX, la frontière entre comédie et tragédie s’estompe et cela crée un nouveau genre : le drame romantique. Rires et pleurs se succèdent comme dans la vraie vie !

Au XXe, le mélange s’accentue. Dans les pièces de l’absurde, le burlesque côtoie le tragique. Les règles du théâtre sont de plus en plus souples et la liberté des auteurs augmentent. Les didascalies, très rare dans le théâtre classique, deviennent de plus en plus longues.

Par litteratureetfrancais - Publié dans : Objet d'étude 2de
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés