Mérimée - La partie de trictrac (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

La partie de trictrac de Mérimée

 

Personnages principaux

  • « je » = narrateur n°1
  • Le capitaine = narrateur n°2
  • Roger
  • Gabrielle
  • Le lieutenant Hollandais
  • Le capitaine de La Galatée

Résumé

Le narrateur n°1 est embarqué pour un long voyage. Il présente ses supérieurs. L’équipage s’ennuie. Le narrateur veut emprunter le poignard du capitaine pour se divertir comme l’un des autres matelots. Celui-ci refuse. Le poignard a une valeur sentimentale ? Le capitaine raconte l’histoire du lieutenant Roger. Il le décrit comme quelqu’un de bien, très généreux mais qui voulait se faire aimer. Arrivée de Gabrielle qui plaisait beaucoup aux marins surtout à cause d’une histoire qu’on racontait sur elle : elle aurait été entretenue par un sénateur avant de devenir actrice pour être indépendante. Roger a tenté de séduire Gabrielle mais elle l’a rudement repoussé. Plus elle le repoussait, plus sa passion augmentait. Elle a des petits soucis à cause d’une garnison de marins. Robert prend sa défense, se bat avec certains et gagne. Quand le capitaine sort de l’hôpital, il trouve Roger et Gabrielle en train de diner ensemble en toute intimité. Ils passent trois mois dans un bonheur parfait. Arrivée des Hollandais qui veulent jouer. Roger, qui ne joue pas d’habitude, veut sauver l’honneur de son pays,  il gagne puis perd. Roger se laisse aller à jouer surtout au trictrac. Il perd presque quatre mille francs alors qu’il fait ménage commun avec Gabrielle. Il en arrive à jouer les derniers napoléons du ménage. Lors de la dernière partie, la chance semble tourner en sa faveur mais le Hollandais s’entête. Ce dernier perd quarante mille francs, Roger ne les veut pas mais le Hollandais insiste : il a bien joué mais a perdu. Le Hollandais s’est suicidé pendant la nuit. Gabrielle veut dépenser tout cet argent à Paris. Roger semble tourmenté par la mort de l’autre joueur. Gabrielle ne comprend pas les remords de Roger, elle ne peut pas plaindre un joueur qui a perdu. Il lui avoue qu’il a triché ce qui explique son état. Elle préfèrerait le savoir meurtrier que tricheur. Roger a pensé se suicider mais il sait que tout le monde comprendra et il ne veut pas que sa mémoire soit bafouée. Roger devient taciturne et s’isole. Il critique le peuple de Hollande tout en cherchant à avoir des nouvelles de la famille du suicidé. Un jour, Roger trouve un billet : il croit à l’infidélité de Gabrielle et en devient fou. L’amour est la seule chose qui le raccroche à la vie. Il l’accuse de se faire payer, elle réplique qu’au moins elle ne vole pas. La capitaine arrive au moment où Roger écrit ses lettres d’adieux : l’une d’elle lui est adressée. Le capitaine ne comprend pas ce choix jusqu’à ce que Roger lui raconte l’histoire de la partie de  trictrac. Il tente de le consoler, sans succès. Roger ne se voit plus aucun avenir. Gabrielle revient alors en le suppliant de la pardonner car elle l’aime. Il répond qu’il ne peut pas vivre avec ce qu’il a fait. Elle le prévient qu’elle le suivra dans la mort. Il est recruté sur une frégate, la mission est dangereuse mais le capitaine lui fait comprendre qu’il vaut mieux mourir ainsi. Il a distribué la moitié de l’argent aux pauvres et a donné le reste à Gabrielle. Leur voyage sur La Galatée est rendu plus périlleux par l’incompétence de leur capitaine. Rien ne peut distraire Roger de ses tristes pensées. Il s’isole même sur la frégate et ne fait pas plus que son devoir. Le capitaine, son ami, avait alors tenté avec beaucoup de conviction de montrer à Roger qu’il avait, en fait, simplement fait cela par amour et que c’était bien. Avec du recul, il trouve qu’il était encore bien jeune pour dire et penser cela. Roger lui répond qu’il n’est pas dupe : au moment où il a triché, il ne pensait à rien d’autre qu’à l’argent. D’ailleurs il n’est plus capable d’aimer depuis. Roger explique que le capitaine de La Galatée n’a pas choisi la bonne solution pour le combat contre les Anglais. Roger s’n fiche mais plaint son ami. Roger lui demande de le jeter à la mer s’il n’est que blessé et non tué. Après hésitation, le capitaine accepte par amitié pour lui. Le combat en plus d’être inégal est mal mené par le capitaine de La Galatée. Les dégâts matériels et humains sont importants. Roger est blessé, il supplie son ami de le jeter à la mer mais celui-ci hésite ? Roger jure de le maudire s’il manque à sa parole. A ce moment-là, le récit du capitaine est interrompu par le passage d’une baleine. Le narrateur n°1 et donc le lecteur ne sauront jamais comment est mort le lieutenant Roger.

Publié dans 19e siècle

Commenter cet article

wesh 08/11/2016 20:54

merci bon resumer

bonjour 17/10/2016 20:16

c'est super tu a tres bien resumé

ok ta mere 11/10/2014 15:28

c'est roger et pas robert xD

litteratureetfrancais 11/10/2014 15:35

C'est ce que j'ai mis...