Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Florence Clerfeuille - Le chat du jeu de quilles (Prix Auto Edition 2015)

Publié le par litteratureetfrancais

Le chat du jeu de quilles de Florence Clerfeuille

 

J’avoue que le titre et la couverture du livre ne m’attirait pas spécialement. Je trouve l’illustration vieillotte.

J’ai passé un très bon moment avec ce livre que j’ai dévoré (même pas 24h !). Une lecture agréable et une fin qui ne donne qu’une envie : ouvrir le tome2

Un livre qu’on lit avec plaisir grâce à un style simple et efficace sans tournure compliquée ni vocabulaire savant. Un roman frais où descriptions et dialogues se complètent très bien et apportent plaisir au lecteur !

J’ai adoré, dès les 1eres lignes j’ai accroché à ce roman ! Tout au long du livre, sans se « casser la tête » on cherche aves les personnages (Marc et Manon) les réponses à la question : Qui a tué les Pommier il y a 10 ans…. Je n’ai compris qu’en même temps qu’eux !

J’ai beaucoup aimé Marc et Manon qui sont des journalistes mais qui ont (surtout pour Marc) des faiblesses. J’ai eu un peu plus de mal à accrocher et à m’identifier à Manon un peu trop caricaturale parfois.

Bon il ne faut pas non plus s’attendre à un dépaysement total : L’Aveyron c’est pas le bout du monde, la vie des petits villages on la connait tous et l’enquête sur un cold case c’est pas du nouveau au niveau scénario mais bon c’est bien réalisé donc on apprécie vraiment !

 

Dommage, il me manquait un peu d’émotions pour que ce soit un coup de cœur.

Bonne lecture !

Lien amazon

Le chat du jeu de quilles: Qui a tué le père Pommier ?

 

Partager cet article

Repost 0

Bilan Annuel 2015

Publié le par litteratureetfrancais

156 livres sur 200

dont

 1  livre(s) en V.O anglais,

    23 manga(s)/ BD(s)/ album(s) ,

   3 abandons

   10 manuscrit(s) Hélène Jacob (comité de lecture)

et 13 manuscrit(s) Hélène Jacob (bêta-lecteur)

et

 1  livre(s) "classique(s)"

pour un total de : 31567  pages  

                                                                                                     

     DEFI 1 : Catalogue EHJ 

59 lus sur 97 livres   

  PERDU     

DEFI 2 : Pal à vider 

34  lu(s) sur 24 minimun  

GAGNE    

DEFI 3 : Moins d'achats

PERDU     

Publié dans Bilans

Partager cet article

Repost 0

Bilan du mois de décembre 2015

Publié le par litteratureetfrancais

Décembre 2015

 

  1. L'énigme 2+0=3 de Lisa Angelini et Rachel Berthelot  
  2. Ximera de Cyril Vallée 
  3. Dévore-moi ! de Tiffany Schneuwly et Sarah Bertagna
  4. Ctrl+Q de Kathy Dorl
  5. L'héritage Pastor Raspail de Maxime Frantini
  6. Les amygdales de Gérard Lefort
  7. Le secret de l'empereur d'Amélie de Bourbon Parme

Publié dans Bilans

Partager cet article

Repost 0

Amélie de Bourbon Parme - Le secret de l'empereur (Le livre à Metz)

Publié le par litteratureetfrancais

Le secret de l'empereur d'amélie de Bourbon Parme

 

Ce roman est le second de la sélection pour le jury livre à Metz et j'avoue que malgré une couverture très sobre (digne de la NRF), j'ai fait une belle découverte !

Ce roman c'est l'histoire de l'empereur Charles Quint au moment où il abdique le trone pour prendre sa retraite dans un monastère. Je ne connais pas assez cette période pour savoir si tous les éléments historiques et les noms donnés sont exacts ou fictionnés et je vous avoue que peu m'importe.

Son secret ? il est passionné par les horloges et voilà qu'il reçoit une horloge pas comme les autres.... Il part alors à la quête d'une explication.

Attention ne cherchez pas de l'action dans ce roman, ni le suspense de Dan Brown mais avec une certaine douceur, un tact délicat, Amélie de Bourbon Parme nous entraine avec elle dans cette quête et nous fait passer un excellent moment.

Voilà un livre de la rentrée littéraire que je ne regrette pas d'avoir découvert et j'avoue que cela m'a donné envie d'aller voir plus loin et de découvrir son premier roman : le sacre de Louis XVII.

Bonne lecture !

Lien Amazon

Le secret de l'empereur

Lien vers l'ebook sur Numilog

 

Partager cet article

Repost 0

Gérard Lefort - Les amygdales (Le livre à Metz)

Publié le par litteratureetfrancais

Les amygdales de Gérard Lefort

 

Voici le premier livre que j'ai lu dans le cadre du jury pour Le livre à Metz.

Bon que ce soit le titre, la quatrième de couverture ou la couverture elle-même, le livre ne me tentait pas vraiment, c'est pour cela que j'ai commencé par celui-ci.

Ce livre est composé d'épisodes racontés par un enfant, un garçon. On ne sait pas ni s'ils sont dans l'ordre chronologique ni l'âge du "héros". On découvre sa famille dont la seule qui a un nom est la petite soeur "Corinne". Les autres sont le papa, la maman, les deux frères.

J'avoue ne pas avoir accroché, le héros, un menteur, enchaîne les épisodes réels et rêvés sans aucune cohérence. Certains passages plus littéraires avec des références se lisent très bien et d'autres sont d'une longueur abominable.

Même le style est parfois incohérent : c'est un enfant qui emploie un vocabulaire très précis et complexe et d'un coup vulgaire...

Voilà une lecture en demi-teinte pour ce premier texte.

Bonne lecture

Lien Amazon

Les amygdales

Lien vers l'ebook sur Numilog 

Partager cet article

Repost 0

Maxime Frantini - L'héritage Pastor Raspail (Prix Auto-Edition 2015)

Publié le par litteratureetfrancais

L'héritage Pastor Raspail de Maxime Frantini

 

La couverture, un peu vieillotte ne donne pas forcément envie de lire ce roman. Heureusement que le titre est intrigant.

C’est un bon roman historique. L’histoire se passant en Espagne, mon intérêt a été éveillé car je ne connais pas beaucoup ni la période (sous Bonaparte) ni le pays et cela m’a beaucoup plu !

Il reste des coquilles un peu trop fréquentes à mon avis mais sinon dans l’ensemble, le style est fluide et agréable. Je regrette juste un peu les descriptions trop nombreuses.

L’histoire est très intéressante, pleines de rebondissements. On attend avec impatience la résolution des problèmes les uns après les autres.

Alors je tiens à féliciter l’auteur, ses personnages sont très réalistes et cohérents. Felipe est très attachant et on est vraiment happé par son histoire. Tous les personnages sont vraiment très bien faits.

Cette histoire m’a entrainée dans l’Europe du début XIXème. J’ai adoré apprendre l’histoire même remaniée. Ce roman est original et m’a énormément plu.

Les émotions étaient au rendez-vous, j’ai même souvent pleuré mais il y a quelques longueurs qui m’empêchent de dire que c’est un coup de cœur !

Bonne lecture !

Lien Amazon 

L'héritage Pastor Raspail

Partager cet article

Repost 0

Kathy Dorl - Ctrl + Q (Editions HJ)

Publié le par litteratureetfrancais

Ctrl + Q de Kathy Dorl

 

Et voilà, il ne sera pas resté très longtemps en attente celui-ci....

Vous le savez je suis une grand fan de Kathy Dorl et de sa "feel-good littérature" et ce roman répond très bien à l'appel !

C'est l'histoire de Clémentine qui n'a qu'un seul rêve : devenir riche en ne faisant pas grand chose ! et la voilà entrainée dans des affaires louches de mère porteuse etc....

Et d'un coup qui apparait ? Zoé ! (voir les autres romans!) Je vous avoue que je suis tombée des nues, elle n'a presque pas changé ! J'étais contente de retrouver ce personnage et en même temps un peu déçue que les autres ne soient pas là pour un happy end....

Bon parlons de Clémentine : elle m'exaspère, c'est le genre d'héroïne qu'on a envie de baffer tout au long du livre.... jusqu'à l'apparition de Leeloo et là elle devient à peu près supportable !

Niveau émotion pas une larme pour une fois mais de vrai sourire et parfois des phrases cultes comme Kathy Dorl en a l'habitude !

Je vous laisse découvrir ce nouveau petit chef-d'oeuvre !

Bonne lecture

Lien Amazon

Ctrl + Q

Partager cet article

Repost 0

Tiffany Schneuwly - Dévore-moi ! (Avis)

Publié le par litteratureetfrancais

Dévore-moi ! de Tiffany Schneuwly

 

Je tiens tout d'abord à remercier Livr's Editions pour leur confiance !

Dévore-moi c'est l'histoire de Maddy, étudiante normale, qui se retrouve propulsée dans un monde qui n'est pas le sien à cause de Caleb.

J'ai beaucoup aimé ce roman que j'ai lu très rapidement, le style est accessible sans être trop simpliste. (Attention aux coquilles restantes et aux phrases manquantes p.186/187 par exemple).

L'histoire qui se passe en grande partie dans notre monde m'a happée, elle est assez novatrice pour être soulignée. Les Animages et l'Imaginarium sont des univers intrigants que le lecteur découvre avec plaisir !

Le personnage principal : Maddy est très bien ficelé. En effet, elle n'est pas cette jeune fille insouciante qu'on trouve habituellement, elle a un passé assez noir et ses réactions sont cohérentes. On s'attache beaucoup à elle.

La fin de ce premier tome est excellente : en effet, elle permet de fermer le livre avec le sentiment que le texte est fini et pour autant donne envie de découvrir la suite et surtout de se replonger dans cet univers.

Pour conclure, il s'agit d'une saga prometteuse que je découvrirais avec plaisir ! 

Bonne lecture !

Lien Amazon

Devore-Moi! - Tome 1 : l'Imaginarium

Partager cet article

Repost 0

Cyril Vallée - Auteur de Ximera et de Teddy Bear

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture

1.     Présentez-vous en quelques mots.

Je n’utilise pas (encore) de « nom de plume », donc vous connaissez déjà mon nom. Dans les débuts de la quarantaine, je suis français vivant à l’étranger depuis un peu moins de dix ans, j’ai deux (grands) enfants et ma femme qui est mon premier soutien dans l’écriture.

2.     Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

Ximera, que vous avez chroniqué récemment, a été publié en janvier 2014. Depuis, j’ai essayé d’autres genres et formats (Teddy Bear, une nouvelle fantastique), et une aventure YA qui vogue entre fantastique et SF, actuellement en lecture chez un éditeur, mais chut !

3.     Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai plusieurs nouvelles dans mes fonds de tiroir, écrites pour la plupart il y a une vingtaine d’années. Elles sont très mauvaises ! Un gros trou créatif durant mes études, plutôt scientifiques, et puis je m’y suis remis sérieusement il y a une bonne dizaine d’années.

4.     Que vous apporte l’écriture ?

Des rencontres. Des connaissances. Je fais beaucoup de recherche autour de ce que j’écris. J’aime être précis, et je crois que j’aime beaucoup apprendre et rencontrer des gens. Pour l’écriture de Ximera, j’ai pu rencontrer des gendarmes, des chercheurs, je me suis documenté sur certaines armes à feu, sur certains réseaux…

5.     Dans quelle condition écrivez-vous ?

J’écris tout le temps, partout. Comme la plupart des auteurs, j’ai un « autre » job, et donc je n’ai jamais assez de temps pour écrire : je vole donc du temps dès que je le peux. Du coup, pas besoin de quoi que ce soit de spécifique ; j’écris sur mon ordi, sur ma tablette, dans un carnet, sur mon téléphone, sur un ordi qu’on me prête…

Les relectures et corrections, c’est une autre histoire. Là, j’ai besoin de calme, de mon Mac et des remarques de mes bêta-lecteurs !

6.     Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Ce n’est pas ce qui manque ! En plus de ce projet YA (cf. question 2), j’écris un roman court de SF, dans le sous-sous-genre space opera, parce que cela m’amuse beaucoup, et je travaille sur la structure d’un nouveau thriller qui pourra être lu comme une suite à Ximera (une demande récurrente de mes lecteurs).

7.     On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

On laisse toujours une part de soi dans chaque bouquin. J’imagine qu’on pourrait retrouver certaines de mes valeurs, mais il n’y a pas de message délibéré. Ce n’est en tout cas pas le point de départ pour écrire un roman.

Je suis très intéressé, en revanche, à comprendre notre besoin « en histoires », sous quelque format que ce soit. J’ai déjà touché au scénario et à la (co-)réalisation, j’aime les autres moyens d’expression d’une histoire (je fais pas mal de photo), les différents formats… Le point commun reste le même : raconter une histoire, transmettre.

8.     Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ?

Ha ! Je suis très attiré par l’auto-édition et la liberté qu’elle m’apporte. Je suis très sensible aussi à ce qui me manque : un vrai travail de conseil éditorial, et donc, je suis aussi demandeur de travailler avec une maison d’édition. L’occasion ne s’est pas présentée.

Je pense que je me sentirais à ma place en tant qu’auteur « hybride »: avec des titres autoédités et avec des titres édités « classiquement ».

Quelques questions sur vous et la lecture

1.     Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

Ma maman avait toujours plein de bouquins à la maison. Puis ma femme est une très grosse liseuse. Elle lit vite (j’aimerais lire aussi vite !) et donc beaucoup. Enfin, une rencontre particulière m’a remis le pied à l’étrier après mes études, me guidant, me conseillant. Encore aujourd’hui lorsqu’on se rencontre, une des premières questions est « qu’est-ce que tu lis en ce moment ? »

2.     Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

J’ai un petit faible pour Maxime Chattam. Et puis Fabrice Colin. Et puis Thilliez, Eco, Scalzi, Doctorow, Gaiman… Et puis bien d’autres !

3.     Quel type de lecteur êtes-vous ?

Aujourd’hui, 80% de ce que je lis est numérique. J’ai une liseuse que je traîne partout. Je lis plusieurs livres à la fois (oui, c’est bizarre !)

4.     Qu’aimez-vous lire ?

C’est plus simple de vous dire ce que je n’aime pas lire : poésie, pièces de théâtre (en revanche, j’adore lire les scénarios).

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.     Que pensez-vous des blogs littéraires ?

C’est un moyen intéressant de partager la lecture, l’envie de lire. J’aime quand c’est bien fait, que les chroniques sont constructives, qu’elles donnent envie de lire (ou de poser) le bouquin.

Ces blogs permettent aussi de découvrir des auteurs vers lesquels je ne serais pas allé, un peu comme quand un ami me conseille un bon bouquin.

2.     Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

Leurs avis m’intéressent, avant tout pour progresser. Parfois, certains poussent plus loin, s’en suit un dialogue intéressant et certains sont devenus ainsi des bêta-lecteurs pour mes histoires ; en ce sens j’ai de la chance !

Les critiques non argumentées sont simplement ignorées, je n’ai pas le temps !

3.     Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

À voir les audiences sur des plateformes de lectures comme Wattpad, à voir les fréquentations de certains forums littéraires, des salons littéraires où j’ai pu me rendre, et aussi à voir le nombre de livres disponibles illégalement sur les réseaux, je pense que la lecture se porte bien !

Cela commence jeune, souvent au collège/lycée, et vu les programmes, il faut des profs passionnés pour faire passer certains auteurs classiques à cet âge. Du coup, l’approche de certains enseignants, comme la vôtre (le Horla) est à mon sens à privilégier : d’abord susciter l’envie, ensuite, discuter des textes.

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

Merci pour cette interview et bonne continuation au blog !

 

Publié dans Les auteurs

Partager cet article

Repost 0

Liliane Fournier - Auteur de Pas froid aux yeux et de Andalou (à paraître)

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture 

1.     Présentez-vous en quelques mots. Je m’appelle Liliane Fournier (c’est mon nom de naissance), je vis en Corse parce que c’est un bel endroit et que j’aime bien les îles. Je suis éducatrice au développement durable, c’est-à-dire que je tente de faire comprendre les enjeux du futur pour modifier les comportements au présent. Je suis plein de truc en « arde » : une campagnarde, une fêtarde, une flemmarde...

2.     Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

Il vient de sortir et c’est un recueil d’histoires courtes érotiques. Ça s’appelle « Pas froid aux yeux ». J’ai décidé de dire « histoires courtes », parce que quand on parle de nouvelles érotiques, on tombe souvent dans le très rapide : page 1 elle rentre dans la pièce, page 2 elle trouve le type beau, page 3 elle est nue sous lui sur le bureau, et page 4, 5, 6…elle reprend toutes les pages du kamasoutra !! Non, je n’écris pas cela, je prends mon temps, je laisse les personnages évoluer, l’histoire se mettre en place, le désir monter et plus si affinité. Le ton peut être poétique, amusant, sombre mais toujours dans un style fluide et facile à lire. J’aime vous emmener avec moi dans des univers variés et « exotiques ». Dans « pas froid aux yeux » vous découvrirez les îles Sanguinaires, la lande écossaise, Montpellier, la montagne et une autre île déserte cette fois-ci et au milieu d’un fleuve. Mes héros sont souvent beaux, mes héroïnes ont du caractère.

3.     Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis toujours : le poème de la fête des mères, des chansons, puis des débuts de romans que je ne finissais jamais et puis un jour, trop vite à mon goût, j’ai eu 50 ans et je me suis dit, ma Lili, il faut que tu ailles plus loin, ce sera ton défi de la cinquantaine ! Et j’y ai pris goût !

4.     Que vous apporte l’écriture ?

Ça me permet de m’évader, de me livrer, de créer. Je découvre des pans entiers de ma personnalité, j’ai fait de belles rencontres aussi. Ça pourrait être une drogue, mais c’est plutôt un remède.

5.     Dans quelle condition écrivez-vous ?

Partout. Dans le vacarme de la récré, chez moi dans le silence le plus complet si possible avec une vue sur l’extérieur. Je suis plus créative quand je suis dans l’urgence, quand je n’ai qu’un petit créneau entre deux rendez-vous…

6.     Quelle est votre source d’inspiration ?

Les gens que je croise, même une seconde. Il m’arrive de croiser des regards et d’inventer la vie qui va avec. Ça peut être une phrase entendue. La colère aussi, quand mon voisin me casse les pieds, j’écris un polar où il meurt dans d’atroces souffrances ! C’est grave docteur ?

7.     Etes-vous écrivain à part entière ou exercez-vous une profession à coté ? si oui laquelle ? Que vous apporte-t-elle par rapport à votre travail d’écrivain ?

Je suis éducatrice en environnement. Je passe ma journée à dire aux gamins que s’ils ne changent pas de comportement dare dare, notre monde est court à sa perte ! Alors le soir, en rentrant, je refais ce monde, comme s’il n’était pas au bord du gouffre.

8.     Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Mon premier roman devrait sortir le 28 mars aux éditions Hélène Jacob et s’appellera « Andalou », c’est un polar sentimental qui se passe dans le milieu de la tauromachie. La suite d’Andalou est en cours d’écriture. Une autre histoire qui se passera dans le milieu de la course automobile me trotte dans la tête, un polar où un voisin se fait zigouillé par l’amant de sa femme est en train de mûrir…et encore pleins d’autres !Il me faudrait juste des journées de 28 heures pour en venir à bout !

9.     On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

Un message, je ne sais pas. Pour Andalou, c’était surtout « soyez curieux », je vous parle d’un monde pour lequel nous avons tous des à priori mais que savons-nous de ce monde ?

Ensuite, j’essaie d’avoir des héroïnes à fort caractère, pas le genre qui se fait fouetter pour faire plaisir à son homme ! Les femmes dont je parle dans mes histoires sont libres, elles assument leurs désirs sans fausse pudeur. Je milite pour ça : le droit à un érotisme assumé chez les femmes. Ça peut avoir l’air d’un sujet farfelu, mais ces temps-ci, la liberté des femmes est souvent remise en question. Je ne suis pas féministe, parce que les idées féministes sont devenues un carcan à la liberté d’aimer. Je défends la douceur, l’égalité dans la sensualité, la paix entre les hommes et les femmes.

10.  Si vous deviez changer quelque chose dans votre carrière d’écrivain, ce serait quoi ?

Je n’en suis pas à parler de carrière. J’y vais lentement, j’apprends, je m’épanouis. Pourquoi perdre du temps à imaginer changer ce qui ne peut plus l’être.

11.  Comment s’est fait le choix de votre maison d’édition ?

Le côté associatif m’a plu parce que je sais que c’est dans les asso qu’on travaille avec le plus de passion (je travaille dans une asso). Ensuite, le manuscrit numérique était accepté, et en tant qu’écolo, j’ai aimé (envoyer des kilos de papier de nos jours, je trouve cela ridicule). C’est la seule maison d’édition où j’ai cru apercevoir des humains (mais il doit y en avoir d’autres). Je viens à peine d’y débarquer, mais j’y trouve déjà beaucoup d’énergie. Pourvu qu’elle continue à vivre !

Et j’ai adoré le tuto de mise en page pour préparer le manuscrit !!! C’était carré, précis, je me suis dit que la maison devait être comme ça. J’ai progressé rien qu’avec ça !

 

Quelques questions sur vous et la lecture

1.     Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

Ma mère lisait beaucoup de Pagnol et je l’entendais rire dans sa chambre. Ça m’a donné envie !

2.     Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

J’adore l’univers des sœur Brontë, les polars de Patricia Cornwel, ou Fred Vargas, le style de Djian, la fantaisie de John Irving, l’érotisme de Christina Lauren…

4.     Qu’aimez-vous lire ?

Tout et n’importe quoi, du sentimental, de l’érotique, du polar, de la SF. Il n’y a que les vampires qui ne me charment pas, et je ne sais pas pourquoi !

 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.     Que pensez-vous des blogs littéraires ?

Je ne savais pas grand-chose d’eux avant d’écrire. J’aime quand ils ont un univers marqué, ou un grand sens de la dérision comme les « crazy lectures de Noha ».

Il faut qu’on y trouve autre chose qu’un résumé de livre suivit de j’aime, j’aime pas sinon, c’est très ennuyeux.

2.     Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

J’avoue avoir été y faire un tour pour la première fois en lisant cette question !(1 h 30 plus tard) Mais j’ai bien aimé parce que justement on y trouve un univers plutôt sympa et bienveillant. Il a le défaut de tous les bons blogs où je me suis baladée, il y a beaucoup trop d’informations (je sais, je fais pareil avec le mien) et ça me fait râler parce que je n’ai pas le temps de tous lire, ou alors je n’ai plus le temps d’écrire ;-)

Ce questionnaire est sympa parce qu’il ouvre beaucoup de portes sur l’univers d’un auteur (vous avez remarqué que le mot « univers » est très présent). Mais qui le lira jusqu’au bout ?

3.     Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

On a toujours à apprendre de la critique. Quand elle est bonne ça fait plaisir, mais j’ai toujours du mal à y croire. Quand elle est négative, j’essaie de comprendre. Il m’arrive de la contester, ou d’en prendre compte, surtout lorsqu’elle est précise. Je ne tiens jamais compte de critique du genre : c’est génial ou c’est nul.

4.     Si vous deviez remercier un professeur que vous avez eu : ce serait qui et pourquoi ?

Monsieur Saline, prof de sciences au collège. Il était drôle et il nous traitait comme si nous étions intelligents ! Je fais le même métier que lui ou presque et ce n’est pas un hasard !

5.     Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

Je crois que la nouvelle génération a beaucoup plus de possibilités de se distraire que nous n’en avions. Les enfants ont des emplois du temps d’hommes d’affaires et ne laissent plus guère travailler leur imagination. Je suis pour un retour à l’ennui !!

Je mesure tous les jours l’impact du jeu numérique sur la richesse du vocabulaire et j’en suis inquiète. Certains enseignants se battent pour faire aimer la lecture, en choisissant des ouvrages plus accessibles, plus en lien avec la réalité des enfants. Les maitres de la littérature française en ont dégouté plus d’un (y compris de ma génération), on les étudie trop tôt. Le choix des lectures est primordial, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre dit le proverbe, je ne pense pas qu’on intéresse les jeunes à la lecture avec des œuvres trop classiques souvent rasoir pour eux. Ils y viendront après, d’abord le plaisir, la fantaisie, des histoires simples qui les touchent et on peut monter en gamme petit à petit.

Et puis maintenant le livre est numérique, c’est plus un truc de vioques !

6.     Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

Sans lui, je n’aurais jamais tenté l’expérience de l’auto édition. Malheureusement, je ne suis pas la seule à y avoir pensé. Ça, c’est le côté auteur. En tant que lectrice, ça permet de lire sans se ruiner, de partir avec sa bibliothèque au complet avec soi. Je me suis remise à l’anglais grâce à la possibilité d’utiliser un dico en simultané. Et je suis sure qu’on va encore innover (pourquoi pas une BO musicale adaptée au livre, ou des images pour situer des lieux…)

 

7.     Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

 

Ne pas essayer de réécrire un truc qu’ils ont aimé, ou qui marche.

 Ecrire, c’est ne pas hésiter à mettre son cœur sur la table, à être impudique, à dire plus que ce qu’on pensait dire. C’est comme ça, même si on écrit des histoires légères, il y a toujours des morceaux de soi que l’on va livrer au regard des autres.

Il faut être prêt à travailler énormément…pour rien !

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

J’ai déjà été très bavarde, alors….silence, on lit !

Merci.

Publié dans Les auteurs

Partager cet article

Repost 0