Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Agnès Boucher - Auteur de Méfiez-vous des contrefaçons, de Comment exister aux côtés d'un génie et de Alma Mahler

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture

  1. Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

Celui vient de paraître ou celui qui va paraître ? Je plaisante. Méfiez-vous des contrefaçons est un polar, que j’ai voulu à la fois respectueux du genre et différent. J’ai cherché à donner davantage de place aux femmes, j’en ai donc créé quatre, chacune avec sa personnalité. Mais il y a aussi des hommes. La famille aussi y a une grande place, pas dans ce qu’elle a de plus « aimable ». La psychologie des personnages est primordiale pour moi, presque davantage que les situations. Pour moi le polar est prétexte à analyser les comportements et les psychismes. Le polar où ça canarde de partout m’ennuie. D’où mon goût pour les livres de John Harvey, Henning Mankell, Fred Vargas…

  1. Depuis quand écrivez-vous ?

Toujours ? J Depuis l’adolescence, c’est clair. Des choses très très nulles au départ. Je pensais que pour écrire, il fallait nécessairement être malheureuse. Il faut surtout beaucoup de travail, de recherche, d’écriture, de réécriture, de relecture, bref, on n’en sort jamais SAUF quand le livre est enfin publié. Là, c’est trop tard pour y revenir et on peut passer à un autre ouvrage, qu’on essaie de rendre meilleur que le précédent.

  1. Que vous apporte l’écriture ?

Au début, c’était pour vivre des vies que je ne pouvais pas vivre, permettre à mon imaginaire de s’exprimer. Aujourd’hui, je ne sais pas, c’est tellement naturel, inscrit en moi. J’ai connu une très longue période sans écriture. J’en ai profité pour vivre, et maintenant, je fais les deux à la fois.

  1. Dans quelle condition écrivez-vous ?

Il faut que je sois seule. Il me faut du calme, de la musique, pourquoi pas, classique toujours. Il faut que j’aie du temps. En revanche, les notes, c’est partout, parce que l’inspiration ne prévient pas et que je me méfie de mon inconscient qui est très doué pour m’envoyer des idées supers et de me les reprendre aussi sec.

  1. Quelle est votre source d’inspiration ?

Tout. La vie, les autres, les histoires des autres, les comportements autour de moi. Il suffit d’une attitude, d’une réplique dans un café, et l’imaginaire brode. Ce n’est pas bon du premier coup. Avoir travaillé sur l’inconscient aide évidemment à lâcher prise et à voir des choses que les autres ne voient pas.

  1. Etes-vous écrivain à part entière ou exercez-vous une profession à coté ? si oui laquelle ? Que vous apporte-t-elle par rapport à votre travail d’écrivain ?

Hélas, je ne gagne pas encore ma vie avec l’écriture. Je suis « coach », j’accompagne des salariés ou des « chercheurs d’emploi » dans leur reconversion professionnelle. Les gens sont étonnants. Certains sont capables de faire des virages à 360°. D’autres au contraire ne parviennent pas à se donner les moyens de vivre leur vie, préfèrent conserver leurs entraves sociales, familiales et professionnelles. Tous ces parcours m’inspirent, sans que je les trahisse jamais, comme une forme d’éthique à ne pas utiliser la matière que mes « coachés » me confient, sans la modifier, la retravailler, au point qu’elle leur devient méconnaissable.

  1. Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Oui. Avec les Editions Hélène Jacob, je sors un recueil de nouvelles en février je crois, ou en mars, j’ai un trou. Enfin, début 2015. Et je suis en train d’écrire un nouveau polar, écrit à la première personne. Si ça marche, ce sera pour 2016. En fait, j’aime varier les styles. Avant Méfiez-vous des contrefaçons, j’ai écrit un essai, et un récit, chez un autre éditeur. Tester de nouvelles manières de faire m’intéresse. Je n’ai pas envie d’écrire toujours le même livre. J’ai peut-être tort, je ne serai jamais nobélisée… ;-) 

Quelques questions sur vous et la lecture

  1. Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

La lecture est dans la culture familiale. À la maison, tout le monde lisait. J’ai du être davantage intoxiquée que le reste de la fratrie… Quand je lisais un livre, je brodais toujours autour de nouvelles péripéties. Ca m’a donné envie d’en écrire qui soient vraiment miennes.

  1. Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

Il y en a trop pour que je les cite. Paradoxalement, j’adore les auteurs de théâtre : Tchékhov, Shakespeare, Racine aussi, sa langue est tellement merveilleuse. Je suis très littérature classique.

  1. Quel type de lecteur êtes-vous ?

J’ai longtemps été gloutonne, lisant les livres à toute vitesse. J’allais en acheter des piles à la Fnac ou chez mon libraire. Je me suis calmée. Je n’ai plus le temps. Et puis, je deviens plus exigeante et les auteurs germanopratins, comme je les appelle, m’ennuient souvent à se regarder le nombril.

 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

  1. Que pensez-vous des blogs littéraires ?

Je les connais encore mal. Je suis abonnée à certains, mais quand il y a trop de critiques, je suis un peu perdue. À moins de me faire plus sélective sans doute. En revanche, ils sont un vrai bol d’air pur en comparaison des critiques journalistiques officiels qui nous parlent toujours des mêmes livres. On sent trop de copinage chez eux, alors que les blogueurs et blogueuses sont « a priori » indépendants.

  1. Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

On y trouve des pépites mais je reconnais être un peu perdue dans les catégories… Ca ressemble à une grande malle pleine de choses incroyables, mais comment faire pour les retrouver. Alors je vais, je viens, je prends, je lis… je m’y perds un poil, je le reconnais… J

  1. Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

Je prends tout. Je n’ai jamais été vraiment sensible à la critique. Je sais, ça choque souvent, mais c’est comme pour moi. On me prend comme je suis, sinon, tant pis. J’ai passé l’âge de perdre du temps à plaire à tout le monde. Si la critique est bonne, je trouve ça bien sûr gratifiant, essentiellement quand elle est argumentée. Si elle me permet d’avancer en relevant des erreurs, idem, je prends. Quelqu’un qui m’éreinte (pour le moment, coup de chance, cela n’a jamais été le cas), je me dis que si un éditeur a accepté mon texte, c’est qu’il n’est pas si nul que ça. Chacun ses goûts… Moi-même, je n’ai jamais pu lire Proust, ou si peu, alors… J

  1. Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

Je ne sais pas. Je crois en l’exemple que donne les parents et les adultes. Les professeurs, bien sûr. Il est également bon peut-être de parler avec eux des livres qu’ils lisent. Ceci dit, moi je n’en parlais jamais…

  1. Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

Je ne lis pas tout en numérique, mais le prix des livres est prohibitif, sans que le contenu soit nécessairement à la hauteur. Le problème est que les ebooks chez les « grands » éditeurs sont également très chers. Donc, je privilégie les ebooks à « prix normal », c’est à dire moins de 5 à 6 €, sinon, vive la bibliothèque ! De toute façon, il y a trop de livres chez moi, je n’ai plus de place pour les ranger.

  1. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

Travail, travail, travail, travail, travail…. ! Trop de textes sont mal écrits, mal présentés, bourrés de fautes d’orthographe et de grammaire. Persévérance dans l’effort ! Et puis racontez ce que l’on a soi-même vécu n’a pas toujours grand intérêt. Il faut aussi travailler son imaginaire. Je déteste les auteurs qui « pompent » leur vie et celle des autres, genre… Angot ? Mince ! J’ai cafté! J

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

J’aimerais vraiment que les libraires s’ouvrent aux petits éditeurs et cessent de nous faire avaler ce que les grosses maisons d’édition leur mettent sous le nez. Lors de la dernière période des prix, à la rentrée, je n’allais plus chez mon libraire tellement j’en avais assez de voir tous ces bouquins « évidents » étalés alors qu’il y a des trésors dans les rayons. Il faut mettre l’imagination au pouvoir. Et alors, on pourra vraiment contrer Amazon.

Publié dans Les auteurs

Partager cet article
Repost0

Charles Demassieux - Auteur de Une légende chrétienne et de Les vraies fables du conteur Lepeintre

Publié le par litteratureetfrancais

Quelques questions sur vous et l’écriture

1.     Présentez-vous en quelques mots.

Je suis une moitié de vieux (43 ans), pris dans les filets de la lecture depuis un certain nombre d’années, au point d’avoir fait des études de Lettres modernes. Je suis venu à l’écriture d’abord pour copier ce que j’aimais lire et ensuite découvrir, peut-être, un plaisir équivalent. Ce n’est pas le cas, même si j’affectionne particulièrement cette activité.

2.     Parlez-nous de votre dernier ouvrage.

Mon dernier livre publié aux éditions Hélène Jacob (« Les vraies fables » du conteur Lepeintre) est un hommage rendu à l’Histoire, particulièrement celle de la France, à travers de grandes dates et de grands personnages et d’autres plus anonymes. C’est aussi un jeu (quelques énigmes sont dissimulées dans le texte) avec ces secrets qui alimentent l’imaginaire des romanciers depuis des siècles, dont le trésor des templiers ou le Masque de fer.

3.     Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis l’âge de onze ans. Et, ne vous moquez pas de moi, mon premier texte était un poème dédié aux…24 heures du Mans, que j’allais voir chaque année, puisque j’habitais Le Mans !

4.     Que vous apporte l’écriture ?

Lorsque j’écris une fiction, je voyage en quelque sorte, et je me divertis. Sauf pour la relecture, qui est un véritable pensum ! Par contre, avec mes articles je plonge dans le monde réel sans mise en scène et j’exprime mes convictions de manière plus directe que dans une fiction.

5.     Dans quelle condition écrivez-vous ?

N’importe quand, partout et sur n’importe quel support. Je n’appartiens pas à cette espèce d’auteurs qui réclament la solitude et le silence. Bon, quand j’ai vu Metallica en concert je n’ai pas essayé d’écrire : il y a des limites tout de même !

6.     Quelle est votre source d’inspiration ?

Tout, mon capitaine ! La littérature, la peinture, la musique, le cinéma, l’Histoire, la politique, la Nature, etc.

7.     Avez-vous d’autres projets d’écriture ?

Oui : un roman policier qui verse plutôt dans le genre thriller et une histoire fantastique.

8.     On dit souvent que l’auteur « fait passer un message » : est-ce le cas pour vous ? Si oui quel est ce message ?

Je l’ai déjà dit, je me méfie des messages simplistes et émotionnels qui ne reposent souvent que sur des impressions, lesquelles ne reflètent pas la réalité objective. Les messages, je les réserve pour mes articles, et encore. Dans ce cas, je parlerais plutôt d’opinions.

 

Quelques questions sur vous et la lecture

1.     Qui vous a fait aimer la lecture/ l’écriture ?

Ma grand-mère paternelle, mon grand-père maternel, deux professeurs de français, au collège et au Lycée, et beaucoup de rencontres. Toutes les personnes qui ont joué un rôle dans ma vie m’ont fait découvrir au moins un livre. L’écriture est née de mon goût de lire.

2.     Quel est votre auteur préféré en dehors de vous-même bien sûr ! ?

J’en ai trop pour les citer ici, mais celui dont le style me fait crever de jalousie, c’est Flaubert. Il composait plus qu’il n’écrivait, avec ce souci du mot juste et de la mesure. Je parle pour ses romans, pas sa correspondance où il se lâche plus.

3.     Quel type de lecteur êtes-vous ?

Je lis beaucoup, d’après ce qu’on me dit. Et je ne peux concevoir une journée sans lecture.

4.     Qu’aimez-vous lire ?

Le genre m’importe peu, pourvu qu’il soit bien écrit, selon mes critères évidemment ! 

Quelques questions sur les blogs et tout le reste …

1.     Que pensez-vous des blogs littéraires ?

Si j’émets parfois des réserves sur la qualité des critiques, trop émotionnelles et pas assez construites, je suis cependant heureux de voir que l’hégémonie de la presse et des médias en général est mise en danger. Je déteste les prophètes du bon goût, capables de massacrer un livre uniquement à des fins personnelles, voire idéologiques. Les blogs proposent une voix dissidente et nettement plus désintéressée. J’ai récemment découvert Babelio et régulièrement je poste des critiques sur ce site, qui est une authentique communauté de lecteurs permettant des échanges très intéressants. Bien sûr, c’est inégal, mais nombre de critiques volent nettement plus haut que dans un quelconque hebdomadaire nombriliste n’ayant d’yeux que pour les auteurs de sa caste intellectuelle.

2.     Que pensez-vous de mon blog en particulier et quel est pour vous l’intérêt de répondre à ce petit questionnaire ?

Je découvre votre blog, et ce que j’en ai aperçu est prometteur. L’intérêt de répondre, vous l’avez souligné, est de mieux de se faire connaître. Mais il y en a un autre : les blogs doivent être alimentés pour « vivre ». C’est pourquoi, par exemple, j’ai bien volontiers publié un article sur le blog littéraire chroniquesdunchatdebibliotheques autour d’un sujet passionnant : le livre et son adaptation au cinéma.

3.     Comment gérez-vous les critiques des lecteurs de blogs qui ne sont pas des spécialistes ? (critique positive et négative) ?

Lorsqu’elles sont bien écrites et étayées, je m’incline, quel que soit l’avis sur mon texte. Dans le cas contraire, je me tais pour ne pas alimenter une polémique stérile. Mais je ne suis pas le bonheur obligatoire, et ne pas apprécier mes livres est un droit sacré de lecteur !

4.     Pensez-vous que les jeunes ne sont plus capables d’apprécier la lecture ? Quels remèdes proposeriez-vous ?

Une fessée et au lit sans manger ! Plus sérieusement, il faudrait que l’école redevienne un espace d’enseignement et pas un laboratoire pédagogique, et non moins démagogique, voire politique. Par ailleurs, les maisons d’édition seraient bien inspirées de séduire les jeunes ! Redonner au livre son pouvoir de séduction est essentiel.

5.     Que pensez-vous du boom des éditions numériques ?

C’est encore trop tôt pour me prononcer.

6.     Quels conseils donneriez-vous aux jeunes écrivains ?

Lire et apprendre les règles de la langue française. Ensuite, s’entraîner à écrire en participant à des concours ou en s’amusant à pasticher le style d’un auteur. L’écriture demande de l’entraînement. Et par-dessus tout, éviter d’étaler sa vie en imaginant qu’elle ne peut que passionner les lecteurs. Ce n’est que mon avis !

 

La parole est à vous : Une dernière phrase ? pensée ? critique ?

On n’écrit pas pour soi, mais toujours pour les autres.

Publié dans Les auteurs

Partager cet article
Repost0

Emmanuelle Soulard - Le dragon d'ombres ( Editions HJ)

Publié le par litteratureetfrancais

Le dragon d'ombres d'Emmanuelle Soulard

 

Et voilà mon avis pour ce second tome qu'une fois de plus j'ai eu l'immense honneur de découvrir en avant-première pour la bêta-lecture ! 

Je vais vous faire part de toutes mes petites impressions lors de la lecture/correction mais avant ça petit rappel : 

Sahelle a donc dans le tome 1 invoqué un dragon qu'elle doit absolument apprendre à maitriser et on peut dire que ce n'est pas aisé ! De plus, sa relation avec Médévas va évoluer. Le sale caractère du dragon de Sahelle va les obliger à vivre de "belles" aventures...

Alors pour les émotions je me suis noté en vrac :

- "Presque difficile à corriger tellement c'est bien"

- "Directement dans l'histoire. Ecriture toujours aussi haletante"

- "Actions fortes, entrainantes. Aucun moment d'ennui"

- "Larmes, beaucoup de larmes, beaucoup d'émotions ! "

Et pour finir, j'ai écrit "fin exceptionnelle : attente du troisième volume encore plus forte "

Voilà vous savez tout !! 

Bonne lecture !!

Plus d'informations ici 

Lien Amazon : 

Le dragon d'ombres (Les invocateurs - tome 2)

Partager cet article
Repost0

Bilan du mois de novembre 2014

Publié le par litteratureetfrancais

Novembre 2014

 

  1. Manuscrit pour les éditions Hélène Jacob 
  2. Péchés mignons (tome 1) d'Arthur de Pins 
  3. Sombre désir de Natalie W. Genova 
  4. Flocons d'amour de John Green, Maureen Johnson et Lauren Myracle 
  5. Manuscrit pour les éditions Hélène Jacob 
  6. Divergente tome 1 de Veronica Roth 
  7. Lu précédemment : A l'ombre du soleil d'Amy Alex
  8. Journal d'une Femen de Michel Dufranne et Séverine Lefebvre
  9. Flashes de Melissa Macy 
  10. Confessions d'un canard sex-toy (tome 1) de Milly Chantilly 
  11. A quatre doses de la mort de Gilles Milo-Vacéri (avis publié à la sortie)
  12. Sous les couvertures de Bertrand Guillot 
  13. Lu précédemment : Le marbre n'a pas de mémoire de Karl Auprey
  14. Manuscrit pour les Editions Hélène Jacob
  15. Lu précédemment: Les petites graines du bonheur de Françoise Seigneur 
  16. Ca peut pas rater ! de Gilles Legardinier  

Publié dans Bilans

Partager cet article
Repost0

Gilles Legardinier - Ça peut pas rater (Avis)

Publié le par litteratureetfrancais

Ca peut pas rater de Gilles Legardinier

 

Le dernier Legardinier : il faut que je l'achète !! Ah non, une amie l'a, elle me le prête... Super !!

Vous le savez j'aime ses livres mais là c'est moyen, j'ai passé un bon moment mais sans plus...

Ce roman c'est l'histoire de Marie qui veut en finir avce les hommes parce que sa relation avec Hugues a fini de façon catastrophique... Vous devinez la suite...

Vous savez ce qui m'a manqué : les rires ou les larmes, l'émotion en fait ! Ce roman est composé de grandes phrases, de grandes leçons mais l'émotion en est absente, tout est analysé presque scientifiquement et c'est un peu tristoune ! 

Pour conclure, on passe un bon moment mais ce n'est pas le meilleur ! 

Bonne lecture ! 

Lien Amazon

Ça peut pas rater

Lien vers l'ebook Numilog

Partager cet article
Repost0

Gilles Milo-Vacéri - A quatre doses de la mort (Nelson District)

Publié le par litteratureetfrancais

A quatre doses de la mort de Gilles Milo-Vacéri

 

Je remercie les éditions Nelson District qui m'ont offert le tout dernier né d'un auteur que j'admire et que j'adore...

Encore une fois un roman gagnant peut être un peu en dessous-des autres car plus court et un peu plus long à démarrer.

Cette histoire se passe sur le GR 20, il s'agit de l'histoire de plusieurs personnages dont la vie va être "liée" pour des raisons de "mauvaise rencontre"...

J'ai, comme dit plus haut, eu un peu de mal à entrer dans l'histoire et à combattre les évidences du texte, mais une fois l'action bien lancée et le combat de Marc en route je ne l'ai plus laché ! 

A nouveau une très belle découverte ! 

Bonne lecture 

Lien Amazon : 

À quatre doses de la mort

Partager cet article
Repost0

Moi, moi toujours moi !!

Publié le par litteratureetfrancais

Je pose toujours mille questions aux auteurs,

Et PAF voilà qu'on me demande de répondre au questionnaire de pivot !

Qui ? Agnès Boucher ! Auteur(e) EHJ incontournable !!

Voici le lien

Belle lecture !

Publié dans Tout sur moi

Partager cet article
Repost0

Françoise Seigneur - Les petites graines du bonheur (Editions HJ)

Publié le par litteratureetfrancais

Les petites graines du bonheur de Françoise Seigneur

 

J'ai eu la chance de découvrir ce recueil de contes pour enfants en avant-première et j'avoue avoir trouvé ces contes magnifiques ! Un excellent moyen d'amener nos chères petites têtes blondes à aimer lire et surtout à découvrir les livres !

Voici ce que j'ai dit lors du comité de lecture

Un court manuscrit tout en émotions, sagesse et beauté… L’innocence de ces petits contes me donne envie d’avoir des enfants pour pouvoir leur en raconter tous les soirs. Une écriture magique qui même si ce roman est destiné aux enfants, on est dans un vocabulaire recherché et magnifique.

Je ne peux que le conseiller aux petits et aux grands…

Quel plaisir d’avoir lu ce recueil de conte… Avec quelques illustrations pour enfants il pourrait faire partie des plus beaux livres pour les enfants.

 

Et pour mon grand plaisir les illustrations ont été ajoutées !!

Bonne lecture

Plus d'informations ici

Lien amazon : 

Les petites graines du bonheur

Partager cet article
Repost0

Bertrand Guillot - Sous les couvertures (Matchs Littéraires)

Publié le par litteratureetfrancais

Sous les couvertures de Bertrand Guillot

 

Alors je remercie les Matchs Littéraires Price minister pour la confiance renouvelée ! 

J'avais repéré ce roman en librairie, une couverture colorée, un titre accrocheur et puis ça parlait de livres !!

J'ai débuté ce roman et me voilà plongée dans une librairie où les livres prennent vie (un peu comme les jouets de Toy Story) : ils ont tous leur personnalité ou plutôt celle de leur auteur, en parallèle on a les problèmes de la librairie, des auteurs...

Toutes les grandes questions de l'édition et du monde du livre sont traitées ici sous différentes formes et avec un sérieux teinté d'humour ! 

Vous l'avez compris j'ai beaucoup aimé ce texte qui aurait pu être plus long et surtout dans lequel j'aurais aimé un "chouia" plus d'émotions ! 

Bonne lecture ! 

Partager cet article
Repost0

Karl Auprey - Le marbre n'a pas de mémoire (Editions HJ)

Publié le par litteratureetfrancais

Le marbre n'a pas de mémoire de Karl Auprey

 

J'ai découvert ce roman en comité de lecture et malheureusement je n'ai pas vraiment accroché...

Le résumé me tentait beaucoup

"Au centre hospitalier de Château-Bellecombe, sponsorisé par le plan-hôpital 2012, le directeur ayant créé la cellule du nouvel hôpital – secondé efficacement par Eli, ingénieur – tente d’échapper aux fausses factures, aux marchés publics truqués et à la turbulente Adeline, son chef de projet.

Secrets et manipulations rythment le quotidien de l’hôpital, tandis qu’une directrice adjointe tombe amoureuse du directeur, et que Ludmilla, la femme d’Eli, la protège des rumeurs… Pour combien de temps ?

Après trois disparitions et la découverte d’un cadavre non identifié, un ciel d’ombres obscurcit l’atmosphère de l’hôpital.

La Police judiciaire enquête. Une enquête longue, risquée, qui manipule le lecteur selon une logique défiant tous les scénarios et le maintient dans un suspense permanent. Une méthodologie implacable où rien n’est laissé au hasard."

Voici ce que j'en ai dit : Je suis en général adepte des thrillers et de tous les romans qui me donnent des frissons mais là rien à faire… Le début a été long et difficile. J’ai eu du mal à cerner les personnages, à les identifier, à comprendre ce qu’il se passait. Tous les éléments médicaux et politiques m’ont plus épuisée qu’autre chose… 

Pour conclure : Un roman qui n'était pas fait pour moi mais pour lequel j'attends vos avis ! 

Plus d'informations ici 

Bonne lecture ! 

Lien Amazon : 

Le marbre n'a pas de mémoire

Partager cet article
Repost0