Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

116 articles avec 19e siecle

Maupassant - Première neige (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Première neige de Guy de Maupassant

 

Personnages principaux

·       Une jeune femme

·       Henry de Parville, son mari

Résumé

            L’histoire se passe à Cannes. Une jeune femme a très froid mais est heureuse malgré sa mort imminente. Elle se souvient de son mariage et de son arrivée en Normandie. Elle s’occupait toute la journée au début. A l’arrivée de l’hiver, elle a froid sans arrêt à cause du temps humide puis de la neige. Elle demande un calorifère à son mari qui prend cela pour une plaisanterie. En janvier, elle perd ses parents. Au retour de l’hiver, elle est désespérée d’autant plus qu’elle n’aura jamais d’enfants. Après une nouvelle demande, Henry lui apporte une chaufferette de Rouen. Elle voudrait aller à Paris mais il refuse. Elle pleure devant la neige qui tombe, son mari ne la comprend pas. Elle est irritée par la réponse de son mari qui lui dit qu’elle n’a même pas été malade. Elle fait tout pour l’être quitte à rester des heures nue sur une chaise. Elle attrape une fluxion de poitrine et reçoit son calorifère ce qui répugne son mari. Malheureusement elle ne peut pas guérir et est envoyé dans le Sud. Elle est heureuse d’avoir gagné face à son époux.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Maupassant - La chevelure (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

La chevelure de Maupassant

 

Personnages principaux

  • Le fou
  • Le médecin
  • Le narrateur

Résumé

            Le narrateur visite un asile. Le médecin lui parle d’un fou en particulier qui est une sorte de nécrophile et qui a écrit un journal. Le narrateur dévoile ce que contient ce journal.

            Le narrateur du cahier raconte que jusqu’à 32ans, il a vécu heureux sans passion réel ni affolement de cœur. Riche, il s’intéresse beaucoup aux antiquités et à leur vie passée. Il est amoureux des « femmes d’autrefois ». Le jeune homme s’enferme dans le passé car il a peur de l’avenir. Il est tenté par un meuble qui le trouble au point qu’il se sent obligé de le posséder et l’achète. Durant une semaine, il vit une réelle relation amoureuse avec le meuble, il parle même de « lune de miel ». En le manipulant, il trouve une chevelure de femme blonde. Il veut tout savoir de l’histoire de cette chevelure. Il la remet à sa place dans le meuble avant de sortir mais il est troublé. Il se sent comme amoureux. Il ne peut s’empêcher de manier et de toucher la chevelure, il la désire. Une nuit, il est persuadé que la femme qui portait la chevelure est revenue, il l’a possédée. Il dit qu’elle est revenue toutes les nuits. Il ne pouvait pas cacher son bonheur au point d’emmener la chevelure partout jusqu’à ce qu’on l’enferme et qu’on l’en prive.

            Le narrateur s’étonne de cette histoire et demande au médecin si la chevelure existe vraiment. Celui-ci la lui lance et quand le narrateur la touche il se sent dégoûté et envieux. Le médecin conclut avec ces paroles : « L’esprit de l’homme est capable de tout. »

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Edgar Allan Poe - Le portrait ovale (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le portrait ovale d’Edgar Allan Poe

 

Personnages principaux

  • Le narrateur
  • Son domestique, Pedro

Résumé

            Le domestique et son maître, blessé ?, pénètrent dans un château qui semble abandonné. Celui-ci est richement décoré. Le maître s’intéresse aux peintures. Sa blessure le fait délirer. Il souhaite lire l’ouvrage qu’il a trouvé et qui analyse les peintures aux murs. Vers minuit, en voulant bouger le candélabre, il aperçoit un portrait jusque-là caché. Dès qu’il le voit, il ferme les yeux sans pouvoir se l’expliquer. Il s’agit simplement du portrait d’une jeune fille. Elle lui semble vivante. Il ne peut détourner les yeux du portrait. Il finit par sortir de sa torpeur et se lance dans la lecture de l’analyse de ce portrait ovale. Il s’agit de la femme du peintre que celui-ci n’a su aimer qu’en la peignant alors qu’elle se languissait de lui sans jamais se plaindre. Les couleurs qu’il utilisait semblaient venir d’elle, ce qu’il ne voulait pas voir. Quand le peintre eut fini son tableau, il le décrivit comme la Vie elle-même sans se rendre compte que sa bien-aimée était morte !

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Maupassant - La main (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

La Main de Maupassant

 

Personnages principaux

  • M Bermutier, juge d’instruction
  • Un anglais, sir John Rowell
  • Son domestique

Résumé

            M Bermutier ne sait pas comment conclure l’affaire mystérieuse de Saint-Cloud. Cette affaire semble toucher au surnaturel. Le juge n’aime pas le mot « surnaturel » vis-à-vis de ce crime qu’il dit être très habile. Il fait référence à une affaire fantastique à laquelle il a été confronté. Les femmes présentes le pressent de la raconter. Il dit être cartésien et préférer le mot inexplicable ! Il raconte avoir été juge à Ajaccio où il s’est occupé des affaires de vendetta. Il parle d’un Anglais qui intriguait tout le monde à cause de sa vie de solitaire. Suite aux différentes rumeurs, le juge décide de surveiller sir John Rowell. Le juge cherche une occasion de le rencontrer. Ils font connaissance et se voient de temps en temps. En entrant chez sir John Rowell, le juge voit une main desséchée accrochée au mur. C’est la main d’un ennemi de l’Anglais. La main est accrochée avec une chaine et ce dernier prétend qu’elle est indispensable car la main cherche toujours à fuir. Le juge le croit fou. Un an plus tard, alors que tout le monde s’était habitué à la présence de sir John Rowell, le juge apprend qu’il a été assassiné. Personne n’a jamais trouvé le coupable. Tout montrait qu’il y avait eu une lutte terrible. Il semblait avoir été étranglé par un squelette ce qui fait peur au juge car la main n’est plus au mur. Le domestique leur apprend que son maître était très agité depuis un mois : il parlait tout seul, était encore plus armé,… Le juge dit aux femmes que d’après lui l’ennemi du sir John Rowell ne devait pas être morte et est venu chercher sa main mais cela ne les satisfait pas ce dont il se doutait.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Villiers de L'Isle-Adam - Véra (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Véra de Villiers de L’Isle-Adam

 

Personnages principaux

  • Le comte Roger d’Athol
  • Véra
  • Un serviteur, Raymond.

Résumé

            La scène se passe à la tombée de la nuit. Le comte d’Athol est en deuil : sa femme Véra est décédée subitement. Après avoir passé la journée dans le caveau, il en a jeté la clé suite à sa décision mystérieuse de ne plus revenir. Il se retrouve dans la chambre de Véra où rien n’a bougé. Le comte n’a plus aucune raison de vivre. Il se remémore leur rencontre et leur six mois de bonheur. Un serviteur venu voir son maître est empli de terreur car le comte fait comme si Véra était toujours là. Le comte fait renvoyer tous ses serviteurs sauf Raymond afin de s’isoler encore plus du monde avec sa belle. D’abord sceptique et inquiet, Raymond se laisse entrainer dans l’affreux mirage de son maître ce qui lui fait peur. Le comte est persuadé d’être avec Véra à tel point qu’il semble effectivement y avoir une présence supplémentaire dans l’hôtel particulier qu’ils occupent. Ils vivent ainsi durant un an. Le soir de l’anniversaire de la mort de la comtesse, tout semble faire croire à son retour dans sa chambre. Elle veut revenir vers celui qui l’aime tant. Elle doit absolument être dans sa chambre ! Le comte y croit tellement qu’il la voit et qu’il l’entend lui parler. Ils s’embrassent. D’un coup, il se souvient qu’elle est morte et toutes ses illusions s’envolent. Alors qu’il pleure pour la retrouver, un objet tombe : la clé du caveau.                                                                                                                                            

 

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Emile Zola - Les Repoussoirs (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Les Repoussoirs d’Emile Zola

 

Personnages principaux

  • Le narrateur
  • Le vieux Durandeau

Résumé par chapitres

Chapitre 1 : Le narrateur explique qu’à Paris tout se vend, surtout la beauté. Il raconte que Durandeau a créé une entreprise pour vendre la laideur et explique alors ce qu’est « un repoussoir » : une femme laide qui sert de faire-valoir à une femme insignifiante.

Chapitre 2 : Durandeau était un industriel riche qui cherchait, de façon sure, à faire commerce de la laideur jusqu’au jour où il a vu une belle femme se promener avec une laide comme un accessoire.

Chapitre 3 : Le narrateur raconte les déboires de Durandeau pour trouver des femmes laides… Aucune ne s’était présentées volontairement, il a dû embaucher des courtiers qui recherchaient dans tout Paris des femmes laides jusqu’à en avoir assez pour ouvrir son entreprise.

Chapitre 4 : Modèle de la lettre qu’expédie Durandeau à ses potentielles clientes dans laquelle il expose sa découverte pour les rendre belles sans artifices visibles !

Chapitre 5 : L’agence a beaucoup de succès malgré quelques imprévus. Le narrateur met l’accent sur les sentiments du repoussoir qui doit rire en public et pleure en cachette son humiliation constante.

Chapitre 6 : Le narrateur précise qu’il voulait juste faire connaître le procédé sans s’attarder même s’il a connu un repoussoir. Il parle avec rapidement de ses peines, de ses envies et dit que malheureusement pour le monde Durandeau risque d’être un génie.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Shelley - Frankenstein (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Frankenstein de Mary Shelley

 

Personnages principaux :

  • Mrs Margaret Saville
  • Robert Walton
  • Victor Frankenstein
  • Caroline Beaufort, mère de Victor
  • Elizabeth Lavenza
  • Henry Clerval
  • M Krempe
  • M Waldmann
  • Ernest Frankenstein, frère de Victor
  • Justine Moritz
  • William Frankenstein, frère de Victor
  • Alphonse Frankenstein, père de Victor
  • La créature, le monstre
  • Félix de Lacey
  • Agathe de Lacey
  • Le père de Lacey
  • Safie

Résumé par chapitres :

Lettre 1 : Dans cette lettre, Robert Walton écrit à sa sœur qu’il veut vivre de grandes aventures et qu’après plusieurs voyages en mer, il s’apprête à chasser la baleine sur les mers russes.

Lettre 2 : Robert Walton se plaint de n’avoir aucun ami, il parle de son maître d’équipage et de son départ qu’il prépare avec beaucoup de soin.

Lettre 3 : Robert est en route, il est heureux et a hâte de découvrir de nouveaux horizons.

Lettre 4 : Robert explique à sa sœur l’événement étrange qu’il a vécu : il a sauvé un homme de la mort en le prenant sur son navire alors que le traineau de ce dernier était inutilisable. Ils sont devenus amis et cet étranger décide de raconter son histoire à Robert pour le persuader de stopper sa soif de savoir. Robert transmet le manuscrit à sa sœur.

Chapitre 1 : L’étranger, Victor, parle de ses parents et de leur mariage si particulier. Il parle aussi de l’adoption d’Elizabeth qu’il considère comme lui appartenant. Cette relation est étrange.

Chapitre 2 : Victor raconte comment il s’est intéressé à l’histoire naturelle et aux sciences se lançant dans une passion néfaste qu’il a, suite à un événement surprenant, abandonnée pour se consacrer aux mathématiques. Mais le sort en avait décidé autrement…

Chapitre 3 : Il quitte sa famille pour aller à l’université. Quelques jours avant son départ, sa mère décède. Arrivé à l’université, en solitaire, il se redécouvre une passion pour la chimie grâce à M Waldmann.

Chapitre 4 : Au bout de deux ans d’étude, il est vu comme le meilleur en chimie. Il veut comprendre le principe de la vie et se lance alors dans des travaux blâmables, il ne oublie même sa famille. Avec le recul, il admet qu’une passion dévorante est une passion néfaste.

Chapitre 5 : Victor, dont nous apprenons enfin le nom de famille : Frankenstein, a donné vie à une créature conçue de toute pièce. Au lieu d’extase, il ressent horreur et dégout. La présence inattendue de son ami Henry le rend brièvement heureux, il plonge ensuite dans une folie dont il ne sort que grâce aux soins de son ami.

Chapitre 6 : La lettre d’Elizabeth lui fait beaucoup de bien et lui rappelle le bonheur de vivre à Genève qu’il souhaite rejoindre dès la fin de sa convalescence. Il abhorre à nouveau les sciences naturelles, vit très mal les compliments de ses anciens professeurs et se lance avec son ami dans l’apprentissage des langues orientales.

Chapitre 7 : Victor reçoit une lettre dans laquelle son père lui annonce l’assassinat de William, son plus jeune frère. Il rentre désespéré à Genève. Arrivant de nuit, les portes de la ville fermées, il se rend sur les lieux de la mort de son frère et y aperçoit sa créature qu’il devine être le meurtrier. Il ne peut pas en parler car il passerait pour fou. Arrivé chez lui, il apprend que l’on a accusé Justine, une servante, d’être l’auteur du meurtre. Il croit à son innocence et espère qu’elle sera acquittée.

Chapitre 8 : Justine est jugée coupable et condamnée à mort. Victor n’avoue pas car il sait que cela ne la sauvera pas. Le malheur s’est abattu sur la famille Frankenstein jadis si heureuse et Victor se dit coupable de tout.

Chapitre 9 : Les mois qui suivent la mort de Justine sont sombres. Victor ne peut oublier sa culpabilité et son désir de vengeance. Tous tentent de le persuader de reprendre sa vie en main. Il quitte Genève pour Chamonix où il trouve enfin le sommeil « donneur d’oubli »

Chapitre 10 : Lors d’une promenade en montagne, il se retrouve face à face avec sa créature. Celle-ci lui dit qu’il ne peut s’en prendre qu’à lui-même car il a oublié les devoirs du créateur envers sa créature et qu’il a fait de lui un monstre. Elle ne souhaite qu’une chose, que Frankenstein l’écoute sinon elle promet de devenir son pire cauchemar.

Chapitre 11 : La créature raconte comment elle s’est réveillée à la vie, comment elle a découvert la faim, le froid, la chaleur et la peur. Sa première expérience des hommes est désastreuse à cause de son aspect. Elle observe en cachette une famille pauvre mais où elle découvre l’amour, la paix et la sérénité.

Chapitre 12 : Il raconte comment il a commencé à maitriser le langage grâce à la famille qu’il épiait et qu’il aidait tout en restant dans l’ombre car il a compris, après avoir vu son reflet dans l’eau, la répulsion qu’il inspire aux hommes.

Chapitre 13 : Son observation lui apporte le savoir surtout depuis l’arrivée de Safie qui a amené la joie dans la maisonnée. Il se rend compte que le savoir a un prix : il se sent seul et ne sait ni qui il est, ni d’où il vient et se demande si quelqu’un lui ressemble.

Chapitre 14 : Le monstre a appris ce qui était arrivé à la famille de Lacey pourtant fortunée peu de temps avant. Félix était tombé dans le piège tendu par le père de Safie mais leurs retrouvailles ont mis du baume au cœur de tout le monde.

Chapitre 15 : Le monstre raconte qu’il tendait vers la vertu malgré son ouverture au monde et au mal. I n’a qu’un espoir, que ses « protecteurs » l’acceptent. Il se rend chez eux pour voir le père, aveugle, qui l’accepte mais l’arrivée des enfants change tout. Il fuit.

Chapitre 16 : Malgré la déception, il espère pouvoir réparer les dégâts causés avec les de Lacey mais ceux-ci déménagent. Il entre dans une rage folle et brule la chaumière. Il veut se venger de son créateur. Il raconte le meurtre de William, son désespoir et pourquoi il a fait accuser Justine. Il ne veut plus être seul et formule enfin sa demande : Victor doit lui créer une femme.

Chapitre 17 : Il y a un débat entre le monstre et son créateur. Les arguments du monstre sont valables et malgré un grand nombre d’hésitation, Victor consent à offrir à sa créature ce qu’il demande afin de lui donner la paix et ainsi protéger les siens.

Chapitre 18 : Le père de Victor, content du changement d’humeur de son fils, lui parle du mariage prévu entre Elizabeth et lui. Victor, qui voulait d’abord renoncer à sa promesse, se doit de la tenir. Il tient à s’éloigner pour réaliser sa triste mission. Il demande à partir pour l’Angleterre, il est accompagné d’Henry, son ami de toujours. Celui-ci est-il mort au moment où Victor raconte l’histoire ? Pourquoi lui rend-il hommage ?

Chapitre 19 : Il visite une grande partie de l’Angleterre avec henry tout en rassemblant le matériel nécessaire à la réalisation de sa promesse. Une fois en Ecosse, il s’isole pour mener à bien son projet. Contrairement à la première fois, c’est plus compliqué car il a conscience de ce qu’il fait, il n’est plus sous l’emprise de la passion ce qui lui ôte tout courage.

Chapitre 20 : Après mure réflexion, il décide d’abandonner son projet. Le monstre lui demande des comptes et lui promet les pires souffrances mais Victor ne flanche pas. Il lui donne rendez-vous le jour du mariage. Site à une promenade en barque qui tourne au cauchemar, Victor débarque en Irlande où il est arrêté pour meurtre.

Chapitre 21 : Il est accusé d’un meurtre qu’il découvre être celui d’Henry. La douleur le rend psychologiquement inapte, il est rejoint par son père. Après toutes les difficultés, ils reprennent la route de Genève.

Chapitre 22 : Arrivé à Paris, il reçoit une lettre d’Elizabeth. Elle craint pour la vie de son bien-aimé. Celui-ci la rassure : il veut l’épouser mais il a un terrible secret qu’il lui révèlera le lendemain du mariage. Les préparatifs et le mariage ont lieu dans la joie mais Elizabeth comme Victor cachent leurs sentiments. Préoccupations et craintes planent sur leur tête.

Chapitre 23 : Alors qu’il se prépare à affronter le monstre, celui-ci s’en prend à Elizabeth et la tue. Victor est anéanti surtout que la nouvelle tue également son père. Après une nouvelle plongée dans la folie, il prend une résolution : il tuera sa créature avec ou sans l’aide de personne. En effet, le magistrat à qui il a tout raconté ne semble pas le croire ni vouloir agir.

Chapitre 24 : Victor quitte Genève et se lance à la poursuite du monstre qu’il jure de tuer afin de retrouver la paix. Robert reprend le récit au moment de leur rencontre : Victor veut retrouver sa créature mais il est très faible et l’équipage, apeuré, veut faire route vers le sud. Sur son lit de mort, Victor demande à Robert de poursuivre sa quête et de tuer le monstre à sa place. Robert rencontre le monstre qui pleure la mort de son créateur car il est pris de remords : il voulait juste être heureux. Il décide de se suicider sur un bucher.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Edgar Allan Poe - Le masque de la Mort Rouge (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le masque de la mort rouge d’Edgar Allan Poe

 

Personnages principaux :

  • Le prince Prospero
  • Le narrateur
  • L’étranger au masque

Résumé :

                La Mort Rouge est le nom donné à la peste. Le narrateur nous décrit ses effets. Le prince Prospero et un millier d’amis s’enferment alors dans une abbaye afin d’éviter la contagion. Ils ont tous les loisirs et l’approvisionnement nécessaire pour survivre. Au bout de six mois, le prince organise un bal masqué. Le bal a lieu dans sept salles, chacune dédiée à une couleur. La septième salle est étrange, même les danseurs hésitent à y pénétrer. L’horloge décrite provoque un effet étrange sur les personnes présentes : chaque sonnerie les fait trembler et frissonner. Malgré tout la soirée est excellente. C’est le prince lui-même qui a présidé à la décoration des salles. Celle-ci est surprenante par le mélange des genres. La dernière salle est toujours inoccupée, cela est dû à ses couleurs et à l’horloge qui y est présente. A minuit, l’horloge dont le son effraye provoque un silence anxieux. C’est le moment où les danseurs s’aperçoivent de la présence d’un masque qui les horrifie et les dégoute. Tous désapprouvent le costume de l’étranger qui est habillé avec un masque représentant le Mort rouge. Le prince demande à ce qu’on se saisisse de lui, qu’on révèle son identité afin de pouvoir le pendre. Personne n’ose l’approcher : c’est ainsi, qu’il passe à côté du prince et se rend dans la chambre violette sans rencontrer le moindre obstacle. Le prince Prospero se lance alors sur l’étranger, poignard à la main, au moment de le frapper il tombe raide mort. Les spectateurs de ce sinistre événement se jettent alors sur l’étranger et se rendent compte qu’il n’y a aucune forme humaine sous le masque. La Mort Rouge s’est invitée dans ce « havre de paix ». Ils meurent tous les uns après les autres.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Maupassant - Le petit fût (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le petit fût de Maupassant

Personnages principaux :

  • Maître Chicot
  • La mère Magloire
  • Le notaire
  • le valet Célestin.

Résumé :

Maître Chicot se rend chez la mère Magloire. Veut-il encore lui acheter son terrain alors qu’elle a refusé vingt fois ? Il lui propose un arrangement qui intrigue la vieille : il la paye tous les mois pour la ferme mais celle-ci reste la propriété de la mère Magloire. Celle-ci est méfiante. La mère Magloire lui dit qu’elle doit réfléchir : l’offre est tout de même intéressante. Maitre Chicot repart satisfait. La mère Chicot se rend chez le notaire pour parler de cette affaire. Celui-ci lui conseille d’accepter mais en demandant plus d’argent. Elle finit par demander au notaire de préparer l’acte même si elle sent qu’il y a anguille sous roche. Maitre Chicot commence par refuser de payer plus que ce qu’il avait proposé mais voyant que la vieille ne changerait pas d’avis, accepte. Ils signent l’acte dès le lendemain. Au bout de trois ans, la mère Magloire se porte toujours comme un charme (à 75 ans !) et Maitre Chicot commence à désespérer. Il lui voue une haine innommable. Maitre Chicot a une idée : il invite la vieille à manger. Le surlendemain, celle-ci se rend à l’auberge mais elle décontenance son hôte car elle mange très peu, il tente alors de la rendre ivre avec des digestifs ? Il lui offre même un fût et l’incite à boire de plus en plus. Avec tout cela, la mère Magloire devient alcoolique et meurt à Noël car elle est tombée, ivre, dans la neige. Maitre Chicot hérite alors de la ferme et conclue que si elle n’était pas devenue adepte de la boisson elle aurait certainement vécue encore dix ans.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Maupassant - Aux champs (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Aux champs de Maupassant

Personnages principaux

  • La famille Tuvache
  • La famille Vallin
  • Henri d’Hubières
  • Mme Henri d’Hubières
  • Charlot Tuvache
  • Jean Vallin

Résumé

Les deux familles vivent côte à côte à tel point que l’on ne distingue pas les enfants Tuvache des enfants Vallin, ils vivent paisiblement malgré leur peu d’argent. M et Mme d’Hubières tombent fou amoureux du petit Charlot Tuvache et souhaite l’emmener avec eux car ils n’ont pas d’enfants. Il est hors de question pour Mme Tuvache de vendre son enfant peu importe la somme proposée ce que confirme son époux de la tête. Les époux d’Hubières se rendent alors chez les Vallin qui commencent par refuser. Quand les Vallin entendent parler d’argent, ils commencent à négocier et finissent par laisser leur enfant, Jean, aux d’Hubières. La relation entre les Vallin et les Tuvache s’est dégradée car Mme Tuvache leur reproche d’avoir vendu leur fils. Tout le monde dit de Mme Tuvache qu’elle est une bonne mère. Charlot travaille beaucoup pour nourrir sa famille surtout que ses frères ainés sont décédés. Un jour, un beau jeune homme vient et se rend chez les Vallin. Il s’agit de Jean. Quand Charlot le voit, il reproche à ses parents de ne pas l’avoir vendu, il aurait mieux aimé ne pas être ce qu’il est. Ses parents sont bouleversés. Charlot, en colère, quitte définitivement ses parents alors que Jean festoie avec les siens.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>