Yourcenar - Mémoires d'Hadrien (20e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Mémoires d’Hadrien d’Yourcenar

Personnages principaux

  • Marc – Aurèle
  • Hadrien
  • Hermogène
  • Trajan
  • Céler
  • Chabrias
  • Phlégon
  • Euphorion
  • Marullinus
  • Aelius Afer Hadrianus
  • Pauline, sœur d’Hadrien
  • Attianus
  • Antonin
  • Servanius
  • Marcius Turbo
  • Sabine
  • Plotine
  • Lusius Quiétus
  • Neratius Priscus
  • Matidie
  • Opramoas
  • Lucius Céionus
  • Osroès
  • Antinoüs
  • Julia Balbilla
  • Simon

Résumé par parties

Animula vagula blandula : Hadrien est très malade, il va bientôt mourir. Il raconte à Marc-Aurèle qu’il a essayé les différents régimes alimentaires, lui donne son avis sur l’amour et les plaisirs et explique pourquoi il n’est pas un séducteur. Il parle du sommeil qui est en fait un pas dans la mort. Hadrien explique qu’il veut écrire ses mémoires de la façon la plus sincère possible. Mais pour cela il devrait savoir qui il est et il ne sait pas comment on doit définir l’homme : par ses actes, son statut, ses désirs ? Il explique que, après la logique, il peut être acceptable de se tourner vers la magie, l’occulte pour avoir des réponses.

Varius multiplex multiformis : Hadrien dresse le portrait de son grand-père et de son père. Ils avaient beaucoup de qualités. Il n’a pas aimé sa jeunesse. Il raconte les problèmes qu’il a eus au début de sa carrière à cause de son hellénisme. Il admire la Grèce. Il explique qu’il a toujours essayé de trouver du bien même dans les taches ennuyantes afin de les mener tout de même à bien. Il est content d’avoir été envoyé en campagne comme militaire. Il dit avoir voulu fuir afin de rencontrer les barbares et découvrir le monde. Ce rêve, si bref soit-il, a fait de lui un homme différent des autres Romains. Il va annoncer lui-même à son oncle Trajan que Nerva est mort et qu’il est donc empereur. Trajan se méfie un peu de lui car il est lettré mais son courage les rapproche comme père et fils. Un jour, Trajan lui a donné l’anneau de diamants : signe de la succession du pouvoir. Il raconte sa fortune et comment en écrivant les discours de Trajan il s’est senti empereur ce qu’a confirmé un présage. Trajan se méfie toujours de lui et a hésité à lui donner en mariage sa nièce Sabine. Il leur raconte qu’il a été critiqué par son trop grand nombre d’aventures ce qu’il explique par la débauche à Rome. Il raconte ses aventures. Il raconte la guerre entre les Sarmates et les horreurs qu’il y a vues. Il y a instauré une certaine discipline qu’il étendra à toute l’armée. Il revient à Rome couvert d’honneurs et plus vieux. Il est du côté de la paix. Il déteste les guerres conquérantes. Il se fait passer pour un amoureux de l’art et de la Grèce. Il se promet de la défendre et d’en tirer toutes les vertus pour Rome. Hadrien est contre l’idée des guerres en Asie et craint, à raison, pour la vie de Trajan qui après des défaites finit par mourir entre Antioche et Rome. Hadrien est désigné comme son successeur malgré les multiples attaques de ses ennemis. Il va enfin pouvoir commencer ses plans de gouvernement.

Tellus stabilita : Il commence tout de suite des négociations de paix au nom de Trajan et expose au grand jour ses plans. Attianus fait tuer quatre de ses ennemis ce qui nuit à l’image d’Hadrien mais ils règlent ensemble le problème. Hadrien veut la paix mais n’évite pas la guerre pour l’obtenir comme face aux Sarmates. Malgré « l’erreur calculée » d’Attianus, Hadrien est très apprécié. Il accepte les plaisirs de tous et tente de les rendre juste un peu plus artistique, culturel. Avant de quitter Rome, il offre à Trajan un triomphe qu’il juge mérité. Hadrien aimerait que l’esprit romain peuple le monde de sa culture. Il n’aime pas les lois car elles sont là pour être transgressées. Il donne plus de liberté aux femmes. Il veut que les villes soient belles, il est obsédé par la beauté, l’art et la culture. Il parcourt beaucoup les terres romaines pour faire avancer les constructions et autres remparts. Tout est en paix mais il part pour l’Orient car des rumeurs de guerre avec les Parthes l’inquiètent. Hadrien, après une entrevue avec Osroès, rétablit la paix avec les Parthes, celle-ci est durable. Hadrien se sent comme un dieu : il est là pour organiser le monde, c’est ce qu’il comprend après le sacrifice du Brahmane. Il aime l’astrologie et pratique un peu d’astronomie. Il passe du temps en Grèce où il est initié aux mystères d’Eleusis.

Saeculum aureum : Hadrien s’attache Antinoüs dont il est proche. Long récit de voyages. Il se compare à Alcibiade. Il aime la musique et se débrouille bien d’après lui. Il travaille beaucoup mais en est heureux. Plotine est morte, il se sent toujours proche de son esprit. Sa femme, qu’il n’aime pas, est nommée impératrice. Elle n’est pas jalouse car pas amoureuse. Les constructions s’achèvent, il fait du neuf avec du vieux. Hadrien parle de son affection pour Antinoüs qui l’idolâtrait. Il se suicidera par peur de vieillir ? Hadrien s’est lancé dans l’anatomie pour trouver le siège de l’âme. Hadrien trouve beaucoup de qualités à Pompée, c’est pourquoi il relève sa tombe. Ils sont en Egypte. Episode de la chasse au lion. Hadrien évite la mort à Antinoüs. Ils sont deux amants prêts à tout l’un pour l’autre. Antinoüs est célébré pour cette chasse. Arrivée de l’impératrice à Alexandrie, elle ne sort pas beaucoup. Akiba tente de convaincre Hadrien de garder Jérusalem telle qu’elle, sans succès. Ils rendent visite à une magicienne pour connaitre l’avenir. Antinoüs s’est suicidé lors de la fête pour la mort d’Osiris. Hadrien est effondré. Il confie son corps aux embaumeurs et planifie les funérailles. Il offre une fête annuelle en souvenir d’Antinoüs. Hadrien souffre de la perte d’Antinoüs même si celui-ci s’est sacrifié pour lui. On lui reproche ses larmes et sa trop longue douleur. Antinoüs est momifié et enterré dans un lieu divin afin de protéger sa sépulture.

Disciplina augusta : Arrivée à Athènes où il fait tout pour redonner vie à la métropole et à la Grèce. Ces anciens amis le déçoivent, il n’oublie pas Antinoüs. Il fait écrire sa vie à Phlégon. Il devient irritable et colérique, il se débarrasse de ce qui ne lui plait pas. Il fait un centre d’éducation à la grecque à Rome. Il éborgne « malencontreusement » son secrétaire et le garde comme avertissement. C’est la guerre en Judée à cause d’une mauvaise administration. C’est une guerre de Juifs fanatiques. Hadrien est au camp avec des soldats. Beaucoup, dont lui, sont malades. Il sait que le monde finira par périr. Il doit gagner cette guerre. Premiers signes de faiblesse du corps d’Hadrien : diagnostic de la maladie cardiaque. Victoire de Rome dans la guerre de Judée. Il la rebaptise Palestine. Son état s’améliore mais il sait qu’il n’a plus que deux choses à accomplir : choisir son successeur et préparer sa mort. Hadrien doute beaucoup quant au choix de son successeur. Il finit par adopter Lucius, choix un peu critiqué. Il vit à Tibur. Mort de l’impératrice. Il fait assassiner Servanius et son petit-fils qui ont comploté contre Lucius et lui. Lucius meurt de sa maladie après avoir été gouverneur de Pannonie. Hadrien choisit Antonin, un très bon sénateur et lui fait adopter le fils de Lucius et Marc-Aurèle. Il a très bien joué contre ses ennemis.

Patienter : Hadrien doute de plus en plus de la vie. Il cherche un moyen de se suicider mais ses amis sont là et il comprend que ce serait lâche. Il va attendre sa mort quitte à souffrir. Il est aimé comme un dieu. Il se sent proche de Plotine et Antinoüs qui l’ont préparé à la mort. Il meurt entouré de ses amis qui réagissent tous différemment. Il veut que Lucius et Sabine soient enterrés avec lui.

Publié dans 20e siècle

Commenter cet article