Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Hugo - Le dernier jour d'un condamné (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le dernier jour d’un condamné d’Hugo

Personnages principaux 

  • Le condamné à mort
  • Marie, sa fille

Résumé par chapitres

Chapitre 1 : L’idée qu’il est condamné à mort l’obsède. Il n’y a pas que son corps qui est enfermé, sa pensée l’est aussi.

Chapitre 2 : Il raconte le procès. Il raconte qu’il a eu une lueur d’espoir car il faisait beau. Jusqu’au verdict, il se sentait libre puis il s’est senti brisé. Il sera tué dans six semaines

Chapitre 3 : Il fait comme si cela ne le touchait pas. Il se dit que tout le monde doit mourir : une consolation ?

Chapitre 4 : Il décrit Bicêtre, lieu où il est emprisonné. Beau de loin, effrayant de près. Il dit que c’est la vie.

Chapitre 5 : D’abord la camisole puis il a le droit de sortir et reçoit même papier et encre. Il apprend l’argot au contact des autres détenus. Cela le dégoute.

Chapitre 6 : Il veut écrire mais ne sait pas quoi. Il se décide à écrire ce qu’il ressent dans sa prison. Il pense que cela servira peut-être un jour.

Chapitre 7 : Il se critique lui-même. Il se moque qu’il n’y ait plus d’échafaud car il sera mort. Cette idée le traumatise.

Chapitre 8 : Il compte le temps qu’il lui reste et se rend compte qu’il ne doit plus rester beaucoup de temps.

Chapitre 9 : Il a fait son testament même s’il sait que c’est inutile. Il s’inquiète surtout pour sa fille Marie.

Chapitre 10 : Description de son cachot

Chapitre 11 : Il décrit un peu ce qui est écrit sur les murs de son cachot. Quel est son crime ? Pourquoi a-t-il versé du sang ?

Chapitre 12 : Il se rend compte qu’il est dans la même prison que des monstres. Il en a peur. Il a l’impression qu’ils sont présents.

Chapitre 13 : Il assiste au « spectacle » : certains prisonniers sont transférés. Cela le distrait même si c’est horrible. Ils l’appellent camarade. Il a peur et s’évanouit.

Chapitre 14 : Il se réveille à l’infirmerie où il profite d’un « vrai «  lit. Départ des forçats pour les galères, il préfère la mort.

Chapitre 15 : Il est sorti de l’infirmerie. Il pense que s’il y était resté, il aurait pu fuir. Il ne veut plus avoir d’espoir. Il sait qu’il va mourir et a du mal à s’y préparer

Chapitre 16 : Il entend une jeune fille chanter : cela le réjouit mais le fait qu’elle chante une chanson impure le rend triste et l’écœuré. Tout est gâché par la prison même les jeunes filles

Chapitre 17 : Il rêve d’évasion mais revient très vite à la réalité.

Chapitre 18 : On vient le voir pour lui demander ce qu’il veut manger. Va-t-il mourir aujourd’hui ?

Chapitre 19 : Il va être tué aujourd’hui, c’est officiel car il a reçu la visite du directeur.

Chapitre 20 : Il admet qu’il n’a pas à se plaindre. Personnification de la prison en homme : les geôliers, etc…

Chapitre 21 : Il sait que tout est fini. Il a vu le prêtre et l’huissier. Il n’a plus aucun espoir.

Chapitre 22 : Il raconte son transfert jusqu’à la Conciergerie. Il est pensif et ne parle presque pas. On le compare aux autres condamnés à mort lors du même trajet.

Chapitre 23 : Il se retrouve avec son « successeur ». Celui-ci lui raconte son histoire. Il est très pensif et ne parle presque pas. On l’emmène dans la chambre où il va devoir attendre la mort.

Chapitre 24 : Il est très en colère car l’autre a pris sa redingote. Il pense que la mort rend méchant

Chapitre 25 : Ils lui apportent tout ce qu’il demande.

Chapitre 26 : Il pense à sa fille et la plaint. Elle aura une vie misérable à cause de lui. Il se demande si c’est bien lui qu’on va tuer même s’il connaît la réponse.

Chapitre 27 : Il se rend compte qu’il ne sait même pas comment il va mourir. Il connaît le concept mais c’est tout.

Chapitre 28 : Il se souvient avoir déjà vu l’échafaud, place de la Grève. Il se dit que ses bourreaux sont, à ce moment-là, en train de graisser la rainure.

Chapitre 29 : Il espère la grâce. Maintenant, il préfère les galères.

Chapitre 30 : Il a renvoyé le prêtre car celui-ci lui donnait l’impression de n’être qu’une personne de plus, il ne lui a trouvé rien de consolant.

Chapitre 31 : Un architecte vient prendre les mesures de la prison, ils vont l’améliorer.

Chapitre 32 : Changement de gardes qui lui demande si, un fois mort, il pourra revenir pour lui donner les chiffres de la loterie. Il a presque réussi à rouler le garde. Il y a mis beaucoup d’espoir et est d’autant plus désespéré.

Chapitre 33 : Les souvenirs lui reviennent. En particulier la soirée avec Pépa.

Chapitre 34 : Il compare sa vie d’avant à celle de maintenant. On ne sait toujours pas pourquoi il a commis un crime.

Chapitre 35 : Il pense à la vie qui continue à tourner autour de lui.

Chapitre 36 : Nouveau souvenir d’enfant qui l’effraye.

Chapitre 37 : Description de l’Hôtel de Ville qui est effrayant et laid, ce qui est encore pire les jours d’exécutions

Chapitre 38 : Il dit que la mort va le guérir. Il se sent tout courbaturé.

Chapitre 39 : Il se demande comment ils savent que c’est sans douleur. Il contredit car pendant six semaines, il a souffert.

Chapitre 40 : Il ne fait que penser au roi et donc espérer la grâce. Il se dit que le roi est aussi un homme comme lui.

Chapitre 41 : Il se pose beaucoup de questions et demande un prêtre pour avoir des réponses. C’est toujours le même prêtre.

Chapitre 42 : Il s’est endormi pendant 1h. Il a fait un cauchemar. L’aumônier lui apprend que sa fille l’attend.

Chapitre 43 : Il voit sa fille qui ne le reconnaît pas. Cela lui fait beaucoup de mal.

Chapitre 44 : Il se sent prêt à mourir.

Chapitre 45 : Il explique la réaction du peuple lors de son exécution.

Chapitre 46 : Il plaint sa fille. Il écrit son histoire pour elle, pour qu’elle sache pourquoi son nom est déshonorant.

Chapitre 47 : L’éditeur dit que les feuillets n’ont pas été retrouvés.

Chapitre 48 : Il raconte le trajet jusqu’à la place de la Grève. Il se rend compte que c’est réel. On lui laisse écrire ses dernières volontés.

Chapitre 49 : Il demande encore sa grâce ou quelques minutes pour l’attendre. Il entend monter…

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Hugo - Hernani (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Hernani d’Hugo

Personnages principaux

  • Hernani
  • Don Carlos
  • Don Ruy Gomez de Silva
  • Le roi de Bohême
  • Le duc de Bavière
  • Le duc de Gotha
  • Le baron de Hohenbourg
  • Le duc de Lutzelbourg
  • Iaquez
  • Don Sancho
  • Don Mathas
  • Don Ricardo
  • Dona Sol de Silva
  • Don Garci Suarez
  • Don Francisco
  • Don Juan de Haro
  • Don Pedro Guzman de Lara
  • Don Gil Tellez Giron
  • Dona Josefa Duarte

Résumé par actes

Acte 1 : Dona Josefa a caché Don Carlos dans une armoire pour qu’il assiste à la réunion des amants. Hernani arrive. Ils s’avouent leur amour. Elle le suivra. Il veut se venger, de qui ? Don Carlos sort, ils vont se battre quand le duc arrive à l’improviste. Don Ruy Gomez se sent trahi mais Don Carlos lui annonce la mort de l’empereur. Il sauve Hernani. Hernani est seul et médite sa vengeance.

Acte 2 : Don Carlos vient tau rendez-vous que sa dame a fixé à Hernani pour l’enlever. Débat entre Dona Sol et Don Carlos : elle ne l’aime pas, elle préfère se tuer s’il le faut. Hernani arrive. Il aurait pu tuer Don Carlos mais ne l’a pas fait. Pas de duel. Hernani ne veut plus emmener Dona Sol, il a peur pour sa vie. Ils restent ensemble jusqu’au dernier moment. Ils échangent leur premier baiser (sur le front) Elle craint que ce ne soit le dernier.

Acte 3 : Jour de la noce de Don Ruy Gomez et de Dona Sol. Elle est triste. Un hôte est à la porte. Hernani est annoncé mort alors qu’il est l’hôte déguisé. Discussion entre Hernani et Don Ruy Gomez. Hernani voit Dona Sol en mariée. Hernani se dénonce mais personne ne l’attaque malgré la grosse rançon car il est un hôte. Retrouvailles douloureuses des amants. Il veut mourir car il ne sait pas l’aimer comme il faut. Don Ruy Gomez les surprend. Il veut tuer Hernani mais hésite. Arrivée du toi : il cache Hernani. Le roi réclame le prisonnier. Don Ruy Gomez préfère donner sa vie plutôt que de perdre son honneur. Dona Sol part avec le roi et emporte un poignard. Don Ruy Gomez veut tuer Hernani mais avant cela, ils vont, ensemble, aller sauver Dona Sol.

Acte 4 : Don Carlos attend de savoir qui est le nouvel empereur. Il est déprimé. Long monologue de Don Carlos sur le pouvoir, sur la vie. Les conjurés prévoient de tuer Don Carlos. C’est Hernani qui doit s’en charger. Don Carlos sort. Ils les arrêtent puis apprend qu’il est empereur. Il donne Dona Sol en épouse à Hernani. Monologue de Don Carlos sur sa clémence. Il s’adresse toujours à Charlemagne.

Acte 5 : Discussion entre personnages sur le mariage. Arrivée d’un masque effrayant. Hernani salue ses amis qui le félicitent. Discussion entre les amants. Elle entend le cor, il se souvient de sa promesse au vieillard. Hernani est seul et attend le masque. Il tente de refuser sa mort mais finit par vouloir boire le flacon quand Dona Sol arrive. Elle tente de s’interposer mais rien n’y fait, elle vole alors le flacon et boit, Hernani la suit. Ils meurent ensemble et heureux. Don Ruy Gomez n’a pas eu sa vengeance et se tue.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - vij (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Vij de Gogol (in Mirgorod)

Personnages principaux

  • Le théologien Haliava
  • Le philosophe Tomas
  • Le théoricien Tibère Gorobets
  • Une vieille femme, une sorcière
  • Iavtoukh
  • Vij

Résumé

Description de la rue, des théologiens, philosophes et autres qui y sont, plus du marché. Description des classes. Ils organisent des « combats » entre les différents acteurs des différentes matières. Description des « étudiantes » lors des grandes fêtes. La meilleure fête est celle des vacances. Il raconte le retour et comment ils « mendient » en chantant. Description de Haliava, Thomas et Tibère. Ils cherchent désespérément un village pour se ravitailler. Il fait nuit noire, ils ont perdu le chemin. Ils ne savent pas quoi faire. Ils décident d’avancer et tombent sur un hameau. La vieille ne veut pas les accueillir mais ils la supplient. Le philosophe demande à manger mais elle refuse. Le philosophe vole le poisson que le théologien a volé. La vieille les place dans des lieux différents. Elle va voir le philosophe et celui-ci prend peur en voyant le regard de la vieille. C’est une sorcière. Elle le fait se comporter comme un cheval. Il voyage avec la sorcière sur le dos, il ne sait pas s’il rêve ou pas. Il réussit à inverser la situation. Il bat la sorcière. Elle s’est transformée en belle jeune fille. Il est à nouveau à Kiev. Il est au cabaret après avoir bien mangé et a oublié sa « fantastique aventure ». Il est appelé pour faire l’oraison de la fille qu’il a « tuée » à cause des coups. Il ne veut pas y aller. Le recteur ne lui laisse pas le choix. Il pose des questions sur la famille dans laquelle il se rend « de force » mais les Cosaques ne lui répondent pas. Ils s’arrêtent à tous les cabarets. Il tente de leur faire accepter de le laisser partir alors qu’il en est incapable. Ils arrivent au village. Il va dormir avec les autres. Description du village. La fille est morte dans la nuit. Il aime le paysage. Il veut s’enfuir mais un Cosaque l’arrête et l’emmène chez le maître. Le père pose plein de questions pour savoir pourquoi sa fille l’a choisi lui pour faire les prières. Le père n’a pas pu savoir de sa fille la raison de ce choix mais il veut respecter ses dernières volontés. Le père ne laisse pas trop le choix à Thomas. Le père dit ce qu’il ferait à celui qui a tué sa fille. Le philosophe veut faire ses trois nuits et s’en aller. Il fait son office et comprend : c’est la sorcière qu’il a tuée. Le corps est emmené à l’Eglise. Réunion dans la cuisine. La conversation porte sur la mort et sur le fait qu’ils pensaient que c’était une sorcière. Thomas demande des preuves : ils lui racontent l’histoire de Mikita qui aimait la mort et qui a fini en cendres. Ils racontent aussi l’histoire de la Rebouteuse. Ils ramènent Thomas à l’Eglise pour qu’il fasse son boulot. Le philosophe veut faire son office mais il n’arrive pas à se détacher du visage de la mort. Il a peur qu’elle se lève. Elle se lève, il a très peur. Elle ne peut pas sortir du cercle mais cherche à l’atteindre. Grâce aux exorcismes, le corps reste où il est. Il ne dit rien de ce qui est arrivé. Il aimerait avoir fait un mauvais rêve. Il retourne dans l’Eglise. Il est très angoissé. Thomas fait ses exorcismes et il est très effrayé de voir qu’elle fait des conjurations. Quand on vient le chercher, il est quasiment mort. Thomas a les cheveux blancs, il est bien décidé à partir malgré les menaces du père. Il s’enfuit et, arrivé à la source, se rend compte qu’Iavtoukh le suit. Il va devoir réciter pour la troisième nuit. Il se dirige vers l’Eglise en silence. Il tente de se convaincre qu’il ne doit pas voir peur. Elle fait venir des monstres. Ils veulent Thomas mais il est protégé par le cercle invisible. Vij le montre aux autres qui ne peuvent plus sortir de l’Eglise. Thomas est mort. L’Eglise existe toujours mais elle est abandonnée. Les deux amis de Thomas disent que s’il est mort c’est parce qu’il a eu peur.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Ménage d'autrefois (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Ménage d’autrefois de Gogol (in Mirgorod)

Personnages principaux

  • Athanase Ivanovitch
  • Pulchérie Ivanovna
  • « je »
  • Nitchipor
  • Eudoxie

Résumé

Il décrit des paysages magnifiques plutôt isolés. Il aime les habitants de ces lieux reculés. Il est triste car deux vieillards qu’il appréciait ne sont plus de ce monde. Description de deux amis qui sont bons. Athanase avait enlevé Pulchérie car il l’aimait. Athanase écoutait et s’intéressait à ce que disaient ses invités. Description de l’intérieur des deux vieillards. Ils adoraient le chant à leur porte. Pulchérie s’occupe de jeunes filles mais n’arrive pas les tenir. Tous les travaux reviennent à Pulchérie. Elle lègue le pouvoir du bois à deux intendants. Sont-ils sérieux ? Ils se font voler par leurs intendants et autres habitants de la maisonnée. Athanase et Pulchérie ne pensent qu’à manger. Ils ne se doutent pas qu’ils se font arnaquer. Athanase ne fait rien de la journée à part manger. La nuit, il se réveille barbouillé alors il a un remède : il mange ! De temps en temps, il fait tout pour embêter Pulchérie. Ils sont très accueillants. Ils font tout pour leurs visiteurs. Ils parlent politique et guerre alors qu’ils ne savent rien de ce qui se passe hors du hameau. Pulchérie se donne à fond lors du diner pour offrir des plats de toutes sortes. Il va arriver quelque chose qui va tout changer. Elle a un chat et Athanase la charrie. La chatte disparait mais finit par revenir. Elle est devenue sauvage. Pulchérie est persuadée que sa mort est venue la chercher. Athanase est triste. Elle lui dit ses dernières volontés. La seule chose qui l’attriste c’est qu’il restera seul. Elle s’occupe de tout pour qu’il ne lui arrive rien. Elle finit par être alitée. Elle meurt avec Athanase à ses côtés. Il semble totalement détaché de cette mort tellement il en est touché. Il est malheureux, il tente de se suicider à deux reprises. Il rend visite à Athanase mais tout sent l’absence de Pulchérie. Rien ne va, il pleure sans arrêt. Athanase est rongé par le chagrin. Il est mort peu de temps après. Il a cru que Pulchérie l’appelait. Il voulait être enterré près de sa femme. Le domaine, tombant en ruine, a été racheté.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Les soirées du hameau (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Les soirées du hameau de Gogol

Résumé par nouvelles

            Avant –propos (Partie 1)

Personnages principaux

  • Panko le rouge
  • Foma Grigoriévitch

Résumé : Avant-propos pour raconter que c’est un apiculteur qui va raconter ces histoires entendues lors de soirées au hameau de Dikanka

 

            La foire de Sorotchintsy

Personnages principaux

  • Solopi Tchérévik
  • Golopoupenko fils
  • Paraska, fille de Solopi
  • Khivria, femme de Solopi
  • Gritsko
  • Athanase Ivanovitch

Résumé : Description du paysage et d’une famille se rendant à la foire. La mère est une marâtre. Ils sont à la foire. Le père marchande pour vendre son blé. Le jeune homme  qui avait envoyé la boue sur la marâtre semble intéressé par la jeune fille qui ne sait pas comment réagir. Discussion sur la vente de blé. Le jeune homme va épouser Paraska. Ils se connaissent à peine. Il annonce le mariage à sa femme, elle n’est pas d’accord. Il va devoir dire non. Le jeune homme est triste du refus du père. Un « ami » lui propose de l’aider à condition qu’il lui fasse un prix sur ses bœufs. La femme reçoit en douce la visite du fils du pope. Est-elle infidèle ? Ils sont interrompus par des coups frappés à la porte. Ils ont peur. Ce n’est que son mari et ses amis. Il raconte l’histoire de la casaque rouge et du diable. Le cochon (du diable) est à la fenêtre. Ils sont pris de frayeur. Tchérévik s’enfuit à toutes jambes. Il est écrasé par ses amis. Il est inconscient au milieu du chemin. Un groupe d’hommes trouve Solopi et sa femme l’un sur l’autre. Ils rient si fort qu’ils sortent de leur immobilité. La femme réveille son époux pour qu’il aille vendre la jument. Il trouve des morceaux de casaque rouge et prend peur. On l’arrête pour avoir, soi-disant, volé sa propre jument et semé la pagaille avec des histoires de diable. Il se plaint de ne pas avoir de chance. Le jeune homme le libère. Le mariage va être célébré. Cette histoire de diable n’était qu’une blague ? Le mariage est célébré. La femme ne l’accepte pas. La foire est remplie de joie.

           

            La nuit de la Saint-Jean

Personnages principaux :

  • Foma Grigoriévitch
  • Athanase
  • Bassavriouk
  • Korj
  • Pétro sans Famille
  • Pidorka
  • Ivan

Résumé : Un homme a écrit ce qu’a raconté le sacristain Foma. Celui-ci n’apprécie pas qu’on ait imprimé ce qu’il a raconté. Les enfants écoutent attentivement leur grand-père. Certains ne croient pas aux sorcières. Il revient dans le passé. Le diable circule et fait des cadeaux empoisonnés dont on ne peut se débarrasser. Le père Athanase maudit Bassavriouk car il ne va pas à l’Eglise. Pétro se fait jeter dehors par le père de Pidorka. Ils sont amoureux ce que Korj n’accepte pas. Pidorka va être mariée ce qu’elle refuse. Il reçoit le message de Pidorka et est tout perdu. Il parle de vengeance et de meurtre ? Il fait un marché avec Bassavriouk, le diable ? Contre de l’argent, il fera tout pour lui. Pétro arrive au lieu du rendez-vous et de sa mission. Pétro se pose des questions car l’herbe est habituelle. Un lieu où se trouve l’or est révélé par la fleur seulement pour cela il doit tuer un enfant. C’est Ivan, le frère de sa bien-aimée. Il veut d’abord résister mais à la vue de tout cet or, il tue Ivan et s’enfuit. Il se réveille deux jours plus tard et se rappelle de tout en voyant les sacs d’or. Korj accepte que Pétro épouse Pidorka. Description des costumes du mariage. C’est une noce très gaie où l’on fait des gags etc… Ils vivent dans le luxe mais Pétro est changé : il cherche à se souvenir. Les rumeurs disent qu’il a fait un pacte avec le diable. Le temps passe et Pidorka tente d’aider Pétro. Elle fait appel à la sorcière. Il se souvient. Il a disparu et l’or s’est transformé en vaisselle. Pidorka part en pèlerinage. Réapparition de Bassavriouk. Personne ne l’approche alors il « hante » les villageois. Le diable est toujours là.

 

            Une nuit de mai ou la noyée

Personnages principaux

  • Levko
  • Halia/ Hanna
  • Kalenik
  • Le maire

Résumé : Levko et Hanna s’aiment et se cachent. Il lui raconte l’histoire d’une maison. La jeune fille qui y vivait est morte noyée à cause d’une sorcière. Description du maire du village qui inspire le respect. Il a des ennemis tout de même. Levko trouve son père, le maire, en train de faire la cour à Hanna. Il décide de le punir avec l’aide de ses amis. Ils font tourner le maire en bourrique. Il pense toujours avoir attrapé un jeune et il retrouve sa belle-sœur. Il rencontre la fille qui était maltraitée par sa marâtre. Il a retrouvé la sorcière. Elle lui donne un billet. Il se réveille. Ce n’était qu’un rêve ? En se réveillant, il a toujours le billet qui ordonne au maire de marier Levko et Hanna, ce qui sera fait.

 

            La dépêche disparue

Personnages principaux :

  • Un Zaporogue
  • Le grand-père

Résumé : Il va de nouveau raconter une histoire effrayante même s’il sait que les femmes vont avoir peur. Son grand-père a une missive pour la tsarine mais il oublie car il y a la foire. Il veut défendre son ami du malin. Il a fini par s’endormir et le matin, il n’y avait plus de chevaux et son ami avait disparu avec la missive pour la tsarine. Il demande l’aide du peuple. L’aubergiste lui donne la solution : il ne doit pas oublier l’argent. Il suit le chemin, se retrouve en enfer et doit battre la sorcière aux cartes pour avoir son bonnet, ce qu’il fait. Il est sur un cheval diabolique qui le fait tomber. Il se réveille. Il rentre et trouve sa femme dormant mais agissant comme une folle. Il repart avec la missive et ne s’arrête qu’une fois celle-ci remise.

 

            Avant-propos (partie 2)

Résumé : Panko retranscrit à nouveau un livre d’histoires. On se moque de lui.

 

            La nuit de Noël

Personnages principaux 

  • L’assesseur de Sorotchintsy
  • Le cosaque Tchoub
  • La fille de Tchoub : Oksana
  • Le forgeron Vakoula
  • Le diable
  • Solokha
  • Palsiouk le ventru, Zaporogue
  • Potemkine
  • Les Zaporogues

Résumé : C’est le soir de Noël. Apparition d’une sorcière. Apparition du diable qui, après des tentatives infructueuses, réussit à voler la lune. Il l’a volé pour se venger du forgeron. Il a volé la lune pour que Tchoub ne parte pas et qu’ainsi le forgeron ne rende pas visite à Oksana. Le monde est plongé dans le noir. La sorcière a peur et le diable la drague. Tchoub se rend compte qu’il n’y a plus de lune et qu’il fait très sombre. Tchoub ne sait que faire : rester ou aller à la soirée ? Comme son ami lui dit de rester, il se décide à sortir. Il regrette déjà cette décision. Oksana est la plus jolie fille mais tellement capricieuse que seul le forgeron lui reste attaché. Elle se vante et le forgeron assiste à la scène. Elle crie quand elle le voit. Elle se sert du forgeron pour avoir le plus beau coffre de la région. Il fait la cour à Oksana mais celle-ci se moque de lui, il en est conscient. Il l’aime mais il sait qu’elle ne l’aime pas. Le diable et la sorcière Solokha ont froid. Elle sait s’y prendre avec les hommes. Elle veut les biens de Tchoub alors elle prend soin de lui et le fait se brouiller avec son fils pour éviter l’union entre les deux enfants. Le diable déclenche une tempête de neige pour que Tchoub trouve le forgeron chez lui. Tchoub et son ami reviennent en arrière. Ils sont perdus ? Tchoub arrive chez lui et se fait frapper par le forgeron qui s’attend à voir des garçons. Il pense s’être trompé de maison et s’en va. Il va se réconforter chez Solokha, cela l’adoucit. Le diable laisse échapper la lune à nouveau : tout est clair à nouveau. Oksana promet au forgeron de l’épouser s’il lui offre les bottines de la tsarine. Il sait qu’elle ne l’aime pas mais n’arrive pas s’en détacher. Tous les amants de Solokha débarquent en même temps. Elle les cache au fur et à mesure dans les sacs de son fils. Il emmène les sacs. Il voit Oksana qui s’amuse, il la rejoint, elle se moque de lui et repart. Il décide de se suicider. Il veut voir Palsiouk ce qui réjouit le diable. Description de Palsiouk. Il lui demande de l’aide. Palsiouk lui dit d’aller au diable qu’il porte sur son dos. Le diable en profite et veut signer un contrat avec le forgeron contre Oksana. Le forgeron a bien eu le diable et le force à faire ce qu’il veut. Oksana veut que le forgeron soit toujours amoureux d’elle. Les jeunes veulent emporter les sacs du forgeron mais il leur faut un traineau. Le compère de Tchoub trouve les sacs. Il ramène les sacs chez lui pensant que sa femme n’est pas là… Elle est là. Description de sa femme qui n’est pas très commode. La femme réussit à accéder aux sacs. Les deux hommes cachés dans les sacs sont obligés de sortir. Tchoub comprend tout. Les jeunes filles emportent l’autre sac dans lequel se trouve le maire. Le maire sort du sac devant Tchoub qui pense que Solokha est un diable. Il se trouve bête d’avoir cru être le seul. Le forgeron se rend à Pétersbourg. Il est émerveillé par l’ambiance qui y règne. Il se rend d’abord chez les Zaporogues. Le forgeron, grâce au diable, est emmené par les Zaporogues chez la tsarine, même s’il ne le montre pas, le forgeron est très impressionné. On le pousse un peu mais il est vraiment impressionné par tout ce qu’il voit. Arrivée d’un hetman, tout le monde le salue bien bas. Arrivée de la tsarine. Les Zaporogues demandent quelles erreurs leur peuple a commises pour subir de telles calamités. Le forgeron se jette à ses pieds et obtient ses escarpins. Ils sont magnifiques et demande ensuite au diable de le faire sortir. Oksana, en apprenant la disparition du forgeron, se rend compte qu’elle en est amoureuse. Tchoub en veut encore à Solokha. C’est jour de fête avec quand même un fond de tristesse à cause de l’absence du forgeron. Il revient au village et se rend chez Tchoub. Il se jette à ses pieds pour demander son pardon. Tchoub accepte de la marier à Oksana qui lui avoue son amour et refuse les bottines. Le forgeron est loué par un archevêque pour ses merveilleuses peintures.

 

            Une terrible vengeance

Personnages principaux

  • Danilo Bouroulbach
  • Catherine
  • Le sorcier, père de Catherine
  • Ivan, fils de Catherine
  • Un ascète
  • Ivan
  • Pétro

Résumé : Célébration du fils de l’essaoul. Le sorcier réapparait, est-ce de mauvais augure ? Catherine a peur du sorcier. Danilo dit qu’il ne faut pas. Ils assistent à une horrible scène : les cadavres du cimetière sortent de leur tombe. Le ^ère et le mari se battent. Danilo est blessé. Catherine finit par les convaincre d’arrêter le combat. Le père n’est jamais content. Il est, comme Catherine l’a rêvé, le sorcier. Danilo l’espionne et voit l’âme de Catherine refuser le mari comme son père. Catherine est la fille d’un antéchrist. Elle renie son père sans hésiter. Il réussit à convaincre Catherine de le laisser sortir. Elle s’en veut car elle a trahi son mari. A sa vue, elle tombe sans connaissance. C’est sa vieille servante qui l’a sauvée. Danilo se rend compte que le sorcier est parti. Il y a un rassemblement de Polonais. Ce n’est pas bon signe. Les Polonais attaquent. Danilo a dit que sa mort était proche à Catherine et, en effet, il est tué par son beau-père. Catherine se lamente. Le sorcier fait sa magie et voit quelque chose qui lui fait peur. Catherine a peur à cause de ses rêves. On lui jure qu’ils sont en sécurité mais à son réveil son fils est mort et personne n’a rien vu. Un cavalier et son page parcourent les terres en dehors de l’Ukraine. Catherine est devenue folle. Elle veut se venger et ne veut pas revenir à Kiev. Son père se fait passer pour un ami mais elle le reconnaît, elle tente de le tuer mais il la désarme et la tue. Personne ne peut rien faire. On aperçoit le sorcier sur la montagne mais il est effrayé. Quelle est cette figure qui l’effraye ? Le sorcier demande l’aide à un ascète qui lui répond que rien ne pourra le sauver alors le sorcier le tue. Le sorcier meurt et devient un trépassé. Le chevalier mystérieux est en fait Ivan qui se venge de la trahison de Pétro dont le sorcier est le dernier descendant. La punition d’Ivan est très cruelle.

 

            Ivan Fiodorovitch Chponka et sa tante

Personnages principaux

  • Ivan Fiodorovitch Chponka
  • Vassilissa Tsouptchevska, sa tante
  • Grigori Grigoriévitch Stortchenko
  • Palachka
  • Omelka
  • Macha
  • Stéphane Kouzmitch
  • Ivan Ivanovitch

Résumé : Il explique pourquoi il n’y a pas la fin de cette histoire. Il dit que si on la veut, on n’a qu’à aller la chercher. Ivan est un homme soigneux qui fait attention à tout. Il doit rentrer s’occuper de son domaine car sa tante ne s’en sent plus capable. Le chemin du retour est long car son « guide » observe le sabbat le samedi. Il rencontre un voisin qui veut absolument qu’il lui rende visite à l’occasion. Description de la tante. Ivan est fait pour être maître du domaine. Il a en fait plus de terrain que cela mais c’est son voisin qui le possède car l’acte de donation a « disparu ». Il va diner chez Grigori, il n’arrive pas à parler de ce qui l’amène. Il rencontre Ivanovitch qui ne fait que parler en exagérant toujours tout. La tante veut qu’Ivan épouse Macha la fille de Grigori. Ivan en est effrayé. Quel est cet autre plan ?

 

            Le terrain ensorcelé

Personnages principaux

  • Thomas
  • Maxime, le grand-père
  • Ostap

Résumé : Il en a marre de raconter des histoires mais accepte d’en raconter une dernière. Il râle car il raconte dans de mauvaises conditions. Ils sont avec leur grand-père et vendent des melons. Retrouvailles entre amis. Le grand-père veut de l’ambiance pour accueillir ses vieux amis : il se met même à danser. Il danse mais ses jambes à la moitié du terrain ne répondent plus. Il s’en prend à Satan. Il est transporté dans le pigeonnier du pope. Il voit des bougies et croit à la présence d’un trésor. Il rentre chez lui sans répondre à aucune question. Le grand-père repart pour déterrer le trésor mais il n’arrive plus au bon endroit. Il fait comme si de  rien n’était tout la journée, il joue avec ses petits-fils. En frappant le terrain maudit, il est amené à l’endroit du trésor. Il trouve un chaudron, il est très effrayé. Il s’enfuit avec le chaudron mais quelque chose lui fait mal. La mère vide la vaisselle sur le grand-père qu’elle a pris pour un tonneau. Il ouvre le chaudron, il n’y a que des ordures. Le terrain maudit est « interdit d’accès »

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Le portrait (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le portrait de Gogol (in Nouvelles de Pétersbourg)

Personnages principaux

  • Tchartkov
  • Nikita
  • Ivan Ivanovitch
  • Lisa
  • La mère de Lisa
  • Le peintre de B***
  • Un usurier
  • Le père de B***

Résumé par parties

Partie 1 : Description d’une boutique attirante de tableaux. Elle attire toute sorte de gens. Tchartkov critique les tableaux et se plaint de l’avilissement de son art. Le boutiquier, pendant ce temps, fixe des prix. Le boutiquier vend des tableaux. Le peintre interrompt la transaction. Il veut acheter quelque chose. Il regarde parmi les tableaux qui semblent invendables à cause de leur état. Le boutiquier le laisse chercher. Il est planté devant le portrait d’un vieillard qu’il reconnaît comme signé d’une main de maître. Le regard de ce vieillard est très impressionnant. Le peintre achète le tableau pour 20 kopecks. Il se demande pourquoi il l’a acheté. Ses affaires ne sont pas brillantes. Il rentre chez lui épuisé. Nikita est à la fois son modèle et son homme à tout faire. Le peintre a des problèmes d’argent, il n’a plus de bougies et le propriétaire veut le faire décamper. Le maitre de Tchartkov lui dit qu’il a du talent qui va mourir car il aime le monde et l’argent. Il ne se laisse pas aller aux « bonheurs » de la vie que lui déconseille le maître mais parfois il est dans une mauvaise passe ce qui est justement le cas. Il se dit que la patience ne le nourrira pas. Il revoit le portrait qu’il avait oublié, celui-ci semble vivant. Il lui provoque une sensation de malaise. Explication de la laideur du portrait : le manque de lumière. Il a peur du portrait. Il a l’impression que le regard le suit. Cela provoque une grande angoisse. Il le recouvre d’un drap. Le drap est « tombé » du portrait. Les yeux semblent le transpercer. L’homme sort du tableau et a dans un sac des rouleaux valant 1000 ducats. Le peintre a très peur car il en a pris un. Au moment où le vieillard se rapproche de lui,… il se réveille. Ce n’était qu’un rêve. Il est très angoissé et planté devant le portrait, il n’aime pas s’éloigner. Il croit que le portrait va l’aspirer : c’est de nouveau un rêve. Il fait à nouveau un mauvais rêve à cause de ce portrait. Il se lève pour respirer un coup. Il est devenu fou ?  Il n’est pas sûr d’avoir rêvé, il n’arrive pas s’en convaincre. Il aurait aimé avoir gardé au moins une partie des 1000 ducats de son rêve. Il a la visite de son propriétaire accompagné d’un commissaire. Il lui dit de quitter les lieux après avoir payé. Le commissaire se veut conciliant mais le propriétaire dénigre l’art de Tchartkov. Le commissaire en touchant le cadre fait tomber un rouleau de 1000 ducats. Le peintre sera forcé de payer. Avec cet argent, il veut continuer sa vie de peintre et devenir un peintre. Sa raison perd face à sa jeunesse. Il va dépenser son argent pour ses désirs. Il se laisse ravager par l’argent. Comme il a de l’argent, il croit qu’il va être reconnu. Tchartkov a payé un journal pour avoir le droit à un article élogieux. Il se sent flatté par cet article et attend ses futurs clients. Une femme entre, lui parle de peinture, de peintre. Elle veut qu’il fasse le portrait de sa fille Lisa. Il se sent pris à faire de ce portrait un chef-d’œuvre. Sa mère veut qu’elle soit représentée dans plus de simplicité. Il est déçu car la mère et la fille s’en vont alors qu’il aurait voulu encore peindre. Ce n’est pas Nikita qui l’aurait interrompu. Il est heureux car la femme le fait entrer dans sa société. Le peintre se laisse prendre dans son art mais est rapidement interrompu par la mère qui critique. Il enlève ce qu’on lui demande d’enlever et fait un portrait sans vie. On lui reproche sa lenteur. Il reprend alors un vieux tableau de Psyché pour évacuer sa frustration. Quand les deux femmes arrivent, elles croient que c’est le portrait de Lisa. Le peintre veut que sa Psyché soit ressemblante ce qui ne semble pas être la volonté de la mère. Il est assailli de commandes plus extravagantes les unes que les autres. Au début, les exigences lui font peur mais il ne se tracasse pas plus que ça. Il devient connu : il prend la grosse tête et critique les grands peintres. Il dit que l’art c’est ce qui se fait vite. Tout le monde le loue. Il est reconnu comme un homme de grand talent. Il n’est pas satisfait par cette peinture. Il n’a plus d’inspiration, il perd son talent. Il commence à ressembler à un gros bourgeois attiré par l’argent qui n’a plus rien à voir avec l’art et la peinture. Tchartkov est invité aux Beaux-Arts pour donner son opinion sur une toile faite par un ami proche de lui qui s’est consacré tout entier à son art. Quand il arrive, un grand silence entoure le tableau ce qui est rare. Cette peinture est parfaite en tout point de vue. Il est trop ému pour pouvoir jouer le peintre blasé. Il s’en veut d’avoir tué cette jeunesse qui le faisait si bien peindre. Il n’arrive pas à retrouver son talent, il a emprisonné lui-même son pinceau et son imagination dans une peinture sans intérêt. Il se rend bien compte qu’il avait du talent. Il revoit le portrait du vieillard qu’il considère comme la cause de son problème. Il devient fou et détruit toutes les œuvres talentueuses pour se venger de sa perte de talent. Il finit par être pris de démence et par mourir.

Partie 2 : Description des gens qui assistent à la vente d’objet ayant appartenu à un mort. Le prix d’un portrait atteint une hauteur vertigineuse. C’est celui d’un vieillard avec un regard très réel. Qui est le peintre B*** ? Pourquoi a-t-il des draps sur le portrait ? Il va tout expliquer. Il place l’histoire dans le quartier Kolomna, quartier des « laissés pour compte ». Il décrit un peu la vie que les gens y mènent. Description de personnes très méprisables. Il raconte l’histoire d’un usurier de ce quartier qui s’enrichie. D’après la rumeur, ceux qui font commerce avec lui meurent. Il raconte, comment après avoir octroyé cet usurier, un grand seigneur changea du tout au tout et finit sa vie dans la folie. Ensuite celle d’un prince si doux qui devient jaloux et intolérant finit par se suicider toujours après avoir rencontré cet usurier. Il précise que cela arrive aussi dans le « bas-monde ». La rumeur veut qu’il soit damné et qu’il apporte la damnation à tous ceux qui lui demandent de l’aide. Son père est un grand peintre qui n’est pas du monde. Il va faire un portrait de l’usurier. Il peint avec beaucoup de naturel mais les yeux de l’usurier. Il peint avec beaucoup de naturel mais les yeux de l’usurier lui font peur. L’usurier tient à ce tableau car il veut rester un peu en vie. Son père est changé. Un de ses élèves devient connu, il ne le supporte pas. Il peint un tableau magnifique mais dans les yeux du personnage, il y a quelque chose de satanique qui ne correspond pas à un tableau d’église. Il veut en rentrant brûler le tableau de l’usurier mais un ami l’en empêche. Un fois le tableau parti, l’angoisse le quitte. L’ami a donné le tableau à son neveu qui l’a revendu. Le tableau est habité par le diable. Son père s’en veut et, avant de recommencer à peindre, s’éloigne pour se purifier. Tout le monde tombe à genoux devant l’œuvre magnifique du père. Retrouvailles avec son père. Celui-ci a un air divin. Il donne à son fils sa théorie sur l’art. Il parle du portrait qu’il a fait et lui dit que ce n’était pas de l’art car il inspire de mauvais sentiments. Le père demande au fils de détruire le tableau ce qu’il s’apprête à faire mais ce tableau a été volé.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Le nez (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le nez de Gogol (in Nouvelles de Pétersbourg)

Personnages principaux

  • Le barbier Ivan Yakovlévitch
  • Prascovie Ossipovna
  • M Kovaliov

Résumé par chapitres

Chapitre 1 : Ivan, le barbier, retrouve son nez dans son pain. Sa femme le réprimande fortement. Il s’en débarrasse dans la rivière mais un policier lui demande ce qu’il faisait sur le pont. Il est terrorisé.

Chapitre 2 : Kovaliov se réveille sans son nez, il le cherche partout en vain. Finalement, un policier le lui ramène mais il ne sait pas comment le faire tenir. Tout le monde parle de cette histoire. Il y a beaucoup de rumeurs sur le lieu où le nez se promène

Chapitre 3 : Finalement, le nez de Kovaliov reprend sa place. Il se pavane encore plus. L’auteur se demande pourquoi avoir choisi un sujet ayant si peu d’utilité.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Le manteau (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le manteau de Gogol (in Nouvelles de Pétersbourg)

Personnages principaux

  • Akaki Akakiévitch Bachmatchkine
  • Pétrovitch
  • Le grand homme

Résumé

Il préfère ne pas dire de quel ministère il s’agit. Présentation d’Akaki avec l’explication de la provenance de ce prénom. Il reste impassible même face aux moqueries de ses collègues et à leur manque de respect. Un homme, cependant, est touché par Akaki. Akaki aime son travail de copiste pour le ministère et ne veut pas en changer. Il ne s’intéresse à rien d’autre qu’à la copie. Il est d’aspect négligé. C’est le seul qui ne se distrait pas le soir. Il mène une vie paisible. Pourquoi le froid va-t-il avoir raison d’Akaki ? Il ramène son vieux manteau chez Petrovitch. Akaki s’inquiète du prix, il aurait préféré que Pétrovitch soit éméché. Il sait qu’il n’aura aucun rabais. Pétrovitch examine minutieusement le manteau, alors qu’il est de lui. Pétrovitch déclare qu’il ne pourra pas réparer le manteau. Il en faut un neuf. Akaki n’a pas les sous pour un nouveau manteau et malgré ses supplications. Pétrovitch refuse de réparer l’autre. Il est anéanti. En rentrant chez lui, Akaki décide de retourner voir Pétrovitch quand il sera éméché. Il essaye mais Pétrovitch insiste : il en faut un neuf. Il est obsédé par le manteau et finit par avoir l’argent nécessaire. Le manteau est parfait. Les collègues du ministère veulent l’étrenner et faire une fête. Il tente d’y échapper sans succès. Il va à la soirée. Pour la première fois, il n’a pas recopié de textes. Akaki repart avec un déplaisir apparent quand il retrouve son manteau à terre. Il se sent moins sûr de lui. Il sent qu’un malheur va lui tomber dessus. Il se fait attaquer dans la rue et dépouiller de son manteau. On lui conseille de porter plainte. Il rentre chez lui dans un piteux état. Sa logeuse lui donne des conseils. Il demande à voir le commissaire qui ne s’occupa que très peu de la plainte. Y-aura-t-il une suite ? Les collègues ont pitié mais se moquent quand même. L’un d’eux lui conseille de demander l’aide d’une personne haut-placée pour que l’affaire aboutisse. Les hommes de Russie sont prétentieux et hautains. Ils veulent toujours ressembler à leurs supérieurs. Le grand homme, en faisant attendre Akaki, cherche à montrer son pouvoir à son ami. Le grand homme n’apprécie pas la façon dont la requête a été proposée. Il dispute Akaki. Il se retrouve dans la rue sans savoir comment. Il tombe gravement malade. Le médecin lui donne deux jours. Il commence à délirer mais toujours à propos du manteau. Akaki meurt. Au ministère, on apprend la mort d’Akaki que 4jours après l’enterrement. On le remplace dès le lendemain. Il revient en fantôme pour retrouver son manteau. Les policiers tentent de l’arrêter en vain. Le grand personnage s’en veut et va quérir des nouvelles d’Akaki. Il s’en veut et va à une soirée. Il se fait « attaquer » par Akaki. Akaki veut son manteau. Après cette expérience, le grand fonctionnaire devient agréable et il n’y eut plus de manteaux volés même si certains disent encore voir le fantôme d’Akaki.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - Le journal d'un fou (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

Le journal d’un fou de Gogol (in Nouvelles de Pétersbourg)

Personnages principaux

  • Mavra
  • « je »
  • Le directeur Auxence Ivanovitch
  • Sophie
  • Tieplov

Résumé par dates

3 octobre Lors d’une sortie sous la pluie, il voit la chienne Medji. Il l’entend parler, après l’étonnement, il se dit que c’est tout à fait possible

4 octobre Il attend son directeur pour lui donner des papiers mais celui-ci n’est pas là. Il aime la fille du directeur ? En tout cas, il veut la voir le plus possible

6 novembre Son supérieur lui fait la morale. Il voudrait faire carrière car il pense valoir autant que lui mais n’a pas d’argent

8 novembre C’est un fonctionnaire cultivé dès qu’il a de l’argent, il va au théâtre.

9 novembre Il fait comme s’il ne s’était rien passé avec son supérieur.

11 novembre Il veut tout savoir de la fille du directeur. Il tente même de parler à sa chienne pour obtenir des informations.

12 novembre Il va dans la maison de Fidèle, une autre chienne. Il agit comme un fou, lui prend ses lettres et s’apprête à les lire pour en savoir plus sur sa belle.

13 novembre Il lit les lettres de la chienne. Il apprend que Sophie, la fille du directeur, va se marier.

3 décembre Il ne veut pas que le mariage se fasse. Il voudrait être haut-gradé. Il se demande quelle différence il y a entre lui et un haut-gradé.

5 décembre Il lit les journaux et ne comprend pas l’histoire du trône vacant en Espagne.

8 décembre Les affaires de l’Espagne l’empêchent de se concentrer

An 2000 43e jour d’avril  Il pense qu’il est le nouveau roi d’Espagne

86e jour de Martobre On vient le chercher pour qu’il aille au travail. Il ne fait rien, il se sent supérieur. Il s’introduit chez Sophie pour lui dire qu’ils seront heureux. Il a une théorie : le premier amour d’une femme, c’est le diable.

Pas de date Il se prend vraiment pour le roi d’Espagne et veut se présenter à la cour. Avant cela, il doit se faire une cape de type espagnol

Pas de date, pas de mois La cape est prête. Il se présentera à la Cour quand il y aura des députés sinon ce ne sera pas digne.

Le 1er Il s’étonne du retard des députés.

30 février Il est transporté en Espagne. Il se prend pour le roi et a des idées farfelues. La Terre, d’après lui, va s’asseoir sur la lune. Le chancelier le bat. Il prend cela pour une coutume.

Janvier qui a succédé à février On lui a coupé les cheveux. Il se croit aux prises avec l’Inquisition

Le 25 Il reçoit à nouveau des coups de bâtons. Il se décide à résister.

Jo 34e ur Ms nnaée  Il veut abandonner, il ne supporte plus la torture, il est fou. Il veut s’enfuir, il veut que sa mère le sauve.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0

Gogol - La Perspective Nevski (19e siècle)

Publié le par litteratureetfrancais

La Perspective Nevski de Gogol (in Nouvelles de Pétersbourg)

Personnages principaux

  • « je »
  • Le lieutenant Pirogov
  • Le peintre Piskariov
  • Schiller
  • Hoffmann
  • Kuntz

Résumé

Description de la Perspective Nevski. C’est une place ? Les hommes y sont plus agréables. Le matin, la longue artère est vide, il n’y a personne. On peut être mal habillé, à cette heure-là, cela n’a pas d’importance. A midi, il y a des pédagogues avec leur pupille. Ensuite, c’est l’heure des fonctionnaires. « Moi » n’est pas un fonctionnaire. Description des passants de la Perspective Nevski. Il y a toujours un élément surprenant chez chaque passant. Pourquoi la foule se raréfie à 3h ? A 3h, c’est une nouvelle métamorphose, changement de passants. A 4h, on ne rencontre que de rares personnes plus ou moins perdues. La nuit, la rue revit. Les hommes viennent y chercher leur aventure d’un soir. Le lieutenant et le jeune homme qui l’accompagne ont choisi leurs filles. Le jeune homme est timide, il marche lentement. Il est détonnant à Saint-Pétersbourg, c’est un peintre. Piskariov, le peintre, suit sa belle inconnue en gardant une certaine distance. Il suit toujours la femme inconnue. Il arrive dans une pièce où il y a beaucoup de femmes. Il entend la voix d’un homme. Où est-il ? Dans un bordel ? Il s’est trompé, elle est bien une fille de joie tombée, depuis peu, dans la débauche. Elle est encore belle. Il est prêt à tout oublier pour la voir comme il la rêvait mais elle se montre belle et vulgaire. Il se sauve. Il plaint cette femme si belle qui est dans un tel lieu. Il pense que la beauté ne devrait pas être mêlée à la débauche. A 1h du matin, un laquais en livrée vient le chercher en coupé de la part de la femme qu’il a suivi. Celle-ci l’attend. Piskariov est impatient mais est déçu quand il arrive car il y a foule dans cette raison. Il la voit et se rend compte qu’il ne s’est pas changé. Il est gêné. Elle est toujours aussi belle. Il la trouve tellement belle qu’il ne veut que la toucher, le reste serait insolence. Elle lui dit qu’elle s’est ennuyée. Il est amoureux d’elle. Elle va lui dire son secret qui expliquerait sa présence dans la pièce de la débauche. Au moment où elle va lui parler, un homme vient la chercher, elle lui fait signer de ne pas bouger mais il n’obéit pas et la cherche en vain. Pourquoi voit-il sa chambre ? Il a rêvé et veut continuer son rêve sans succès. Elle ne réapparait pas dans ses rêves. Il ne fait plus rien à part attendre le sommeil et espérer une petite apparition. Les songes sont toute sa vie. Il reprend vie seulement la nuit. Elle hante sa vie. Il décide de prendre de l’opium qu’il achète à un Persan. Il devient fou. Il n’a plus aucun contact avec l’extérieur. Il n’attend que la nuit pour la revoir. Il vit en dehors de la réalité. L’opium aggrave les choses. Il rêve qu’elle est sa femme, il veut l’épouser pour la sortir de la débauche et faire ainsi un acte méritoire. Il reprend soin de lui. Il a du mal à retrouver la maison mais elle est bien là. Elle lui dit qu’elle était ivre. Elle correspond à une fille débauchée. Il tente de la convaincre de l’épouser. Il dit que pour vaincre la pauvreté, ils travailleront. Elle le repousse. Il part, déprimé par la réponse donnée par la femme de ses rêves. Il s’est suicidé. Il n’y a personne qui accompagne son cercueil à part quelques mendiantes qui n’ont rien d’autre à faire. On revient à Pirogov qui poursuit sa blonde. Pirogov fait partie d’une classe sociale intermédiaire. Il se croit un grand séducteur car il est intelligent et drôle. Pirogov est un homme plein de qualités. Son inconnue lui répond sèchement. Il assiste à une scène surprenante à laquelle il ne comprend pas, l’allemand Schiller et Hoffmann parlent du prix du tabac. Pirogov les interrompt au moment où Hoffmann va couper le nez de Schiller. Schiller l’envoie promener. Il ne respecte pas le rang d’officier de Pirogov. Le lendemain, il retrouve sa blonde qui ne semble pas heureuse de le voir. Il se fait faire des éperons pour faire connaissance avec la blonde qui est la femme de Schiller. L’allemand est gêné car son travail ne vaut pas aussi cher. Il n’aime pas que Pirogov s’approche de sa femme. Il s’intéresse de plus en plus à la blonde car elle est inaccessible. Il va souvent la voir sous prétexte de prendre des nouvelles de ses éperons. Après les éperons, il commande une monture pour un poignard. Il embrasse effrontément la femme de Schiller. Schiller a une vie tout ce qu’il y a de plus organisée : le narrateur parle de cela comme un trait caractéristique des Allemands. Il est jaloux à cause de Pirogov et veut se débarrasser de lui. Pirogov se vante de la relation avec la blonde alors qu’il est sur le point d’abandonner. Il apprend que Schiller n’est pas là le dimanche. Il va la voir le dimanche suivant. Il a du mal à la conquérir mais utilise la danse comme moyen de séduction. Il l’embrasse, elle crie, Schiller arrive très en colère. Les trois hommes le saisissent. Ils le mettent nu et le fouettent. Schiller a peur des conséquences de son acte. Pirogov est hors de lui et veut porter plainte. Finalement, sa colère s’atténue de plus en plus. Le narrateur trouve que l’arrangement du monde est surprenant. Il dit qu’il ne faut pas se fier aux apparences surtout sur la Perspective Nevski et ne pas se laisser aller à la curiosité. Tout ment sur la Perspective Nevski.

Publié dans 19e siècle

Partager cet article

Repost 0